Navigation – Plan du site
Actualité

Le vocabulaire de l’ornement

A vocabulary of ornament
Laurence de Finance et Pascal Liévaux
p. 123-129

Texte intégral

De l’utilité d’établir un vocabulaire de l’ornement

1Une démarche d’identification doit faire appel à un vocabulaire bien défini afin de constituer des corpus d’œuvres répondant à une même terminologie. Cette dernière est la base indispensable au développement de toute réflexion, de toute discussion. Le besoin d’utiliser une terminologie harmonisée se fait particulièrement sentir de nos jours, à une époque où l’on cherche, au plus près, à décrire, à expliquer, à décoder. Aujourd’hui, l’usage omniprésent de l’informatique qui, dans son acception première en tant que science du traitement de l’information, exige précision et rigueur, incite à constituer des bases de données documentaires impliquant la création de thesauri.

  • 1  Ségolène Bergeon-Langle, Pierre Curie, Peinture et dessin, 2 vol., (collection Principes d’analyse (...)
  • 2  La liste des titres est consultable sur http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/dapapub_fr
  • 3  Pascal Liévaux, Laurence de Finance éd., Vocabulaire de l’ornement, (collection Principes d’analys (...)

2C’est ainsi qu’en France l’Inventaire général a très rapidement ressenti l’impérieuse nécessité d’élaborer des vocabulaires normalisés dans les domaines patrimoniaux sur lesquels il exerce son expertise, qu’il s’agisse de l’architecture, du vitrail, des jardins ou de la peinture et du dessin1. La collection des Principes d’analyse scientifique, dans laquelle sont publiés depuis 1971 ces différents vocabulaires analytiques, comporte à ce jour onze titres2. Cette série d’ouvrages de référence, qui a contribué à élaborer des thesauri accessibles en ligne et à harmoniser la sémantique du champ artistique et patrimonial au-delà du ministère de la Culture et de la Communication, vers l’université ou le marché de l’art, sera prochainement enrichie d’un volume consacré à l’ornement3.

  • 4  Jean-Marie Pérouse de Montclos, Architecture, méthode et vocabulaire, (collection Principes d’anal (...)
  • 5  À noter la rareté de tels ouvrages chez nos voisins étrangers. Pour la langue anglaise, on dispose (...)

3En 1972 déjà, dans son vocabulaire de l’architecture4, Jean-Marie Pérouse de Montclos appelait de ses vœux un vocabulaire de l’ornement, y faisant même référence par anticipation pour tout ce qui concerne les ornements appliqués à l’architecture. La lecture des théoriciens des siècles passés mais aussi des historiens de l’art contemporains, si éminents soient-ils, a permis de mesurer à la fois la grande imprécision et la relative pauvreté du vocabulaire employé pour décrire le décor ornemental de l’architecture et des objets. C’est ce qui justifie la nécessité d’établir un vocabulaire descriptif pouvant servir de référence tant aux spécialistes qu’aux amateurs d’art, dont il facilitera le travail et les échanges5.

Grandeur et décadence de l’ornement

4Le rapport entre l’objet support et l’ornement a été envisagé sous des angles bien différents selon les époques. Aux antipodes de l’intérêt qu’il suscita durant une très longue période de l’histoire de l’art occidental, l’ornement est aujourd’hui victime d’un certain discrédit lié à sa supposée superficialité, à sa présence facultative, à son inutilité fonctionnelle voire à la gêne qu’il engendre dans la lecture et l’appréciation de la pureté des formes et des lignes.

  • 6  Citons, parmi tant d’autres, Michel-Ange, Philibert Delorme, Jacques Androuet du Cerceau, Borromin (...)
  • 7  Adolf Loos, Ornement et crime, Paris, 2003 [éd. orig. : Ornament und Verbrechen, Innsbruck, 1908].

5À côté des grands architectes européens qui n’ont pas dédaigné de mettre leur génie au service de l’ornement6, un architecte viennois, Adolf Loos, en décréta la mort en 1908, affirmant que « L’homme moderne n’a pas besoin de l’ornement […] Aucun des objets que nous disons modernes n’a d’ornement »7, manifestant ainsi son goût pour une architecture moderne axée sur les volumes et la structure. Cette posture radicale et théâtrale marqua si durablement les esprits que le décor ornemental en fait les frais encore aujourd’hui.

6Si l’on se souvient que pour les praticiens et amateurs d’art des siècles passés sa fonction première est de parer et d’embellir, que la beauté d’une œuvre dépend de sa présence et que sa valeur est proportionnelle à l’accumulation de ses décors, alors oui, l’ornement a très largement perdu la valeur positive qui fut si longtemps la sienne. Ce désamour actuel, plus ou moins profond selon les domaines de la création artistique, est sans doute l’une des causes de la pauvreté et, bien souvent, de l’incorrection du vocabulaire utilisé pour décrire le décor de l’architecture et des objets. Manque d’intérêt ou répugnance à s’aventurer dans un univers de formes foisonnantes et imbriquées, rares sont ceux, historiens de l’art, conservateurs, antiquaires ou experts, qui prennent la peine d’entrer dans le détail du décor ornemental. Aussi préfère-t-on passer ces éléments sous silence ou, dans le meilleur des cas, se contente-t-on de signaler leur présence en parlant d’ornement végétal, de rinceaux ou de motifs géométriques sans chercher à en étudier les détails qui sont l’essence même du décor ornemental et, surtout, sans chercher à comprendre la logique, souvent complexe et raffinée, qui a présidé à son élaboration.

Définir l’ornement

7La première difficulté fut de définir précisément ce qu’est l’ornement et de le différencier des parties essentielles à l’utilité de l’objet considéré, mais aussi des autres éléments constitutifs du décor que sont les représentations narratives et des vecteurs de discours comme les symboles et les attributs, qu’ils relèvent de la sphère religieuse, politique ou sociale. Il s’agissait de positionner l’ornement par rapport au décor, dont il est une partie constituante, et au regard du style, dont il est souvent une des caractéristiques.

  • 8  Claude Perrault, Les dix livres d’architecture de Vitruve corrigés et traduits nouvellement en Fra (...)
  • 9  « On appelle ‘ornements’ d’architecture, les pilastres, les colonnes, les moulures et sculptures q (...)
  • 10  Ornements en creux : « Ceux qui sont fouillés dans les moulures, comme les oves, canaux, rais-de-c (...)

8De la nécessité de dire le plus précisément possible ce que l’on entend par ornement est née une définition applicable à tous les domaines de l’architecture et des arts décoratifs : l’ornement est un motif ou un assemblage de motifs pouvant relever de toute technique, destiné à l’embellissement ou à la mise en valeur d’un objet, d’une architecture auxquels il est subordonné. L’ornement souligne les formes, accentue certains éléments et contribue à lier les différentes parties entre elles. Sa présence peut renforcer le caractère de l’objet auquel il s’applique, mais reste facultative et sans incidence majeure sur la fonction première de celui-ci. Ce que l’on entend par ornement a toutefois évolué au cours des siècles. Ainsi, les entablements des ordres d’architecture, considérés par Vitruve comme le premier des ornements, appartiennent, lorsqu’ils sont utilisés comme éléments porteurs, à la structure architecturale dont ils assurent la stabilité. Cette ambiguïté est relevée par Claude Perrault en 1673 dans sa traduction du traité de Vitruve : « Le mot ornamenta dans Vitruve signifie particulièrement les trois parties qui sont posées sur la colonne, à savoir l’architrave, la frise et la corniche, qui est une signification bien différente de la signification ordinaire, qui comprend toutes les choses qui ne sont point des parties essentielles, mais qui sont ajoutées seulement pour rendre l’ouvrage plus riche et plus beau, telles que sont les sculptures de feuillages, de fleurs, et de compartiments que l’on taille dans les moulures, dans les frises, dans les plafonds, et dans les autres endroits qu’on veut orner »8. À l’opposé, André Furetière, en 1690, considère que les ordres dans leur entier forment l’essentiel de l’ornement d’architecture9. Une même hésitation règne sur la nature ornementale ou non des moulures dans les écrits dAugustin-Charles d’Aviler de 1710, où ne sont retenus comme ornement que les décors en creux ou en relief que l’on y sculpte10.

Les sources du vocabulaire

9Pour élaborer le vocabulaire de l’ornement, une abondante bibliographie a été dépouillée prenant en compte des traités d’architecture, principalement ceux qui ont été publiés aux xvie, xviie et xviiie siècles, des publications d’historiens et d’historiens de l’art touchant aux domaines de l’architecture et des arts décoratifs (ouvrages généraux et monographies), des dictionnaires, des encyclopédies, des recueils de modèles, des catalogues d’exposition et de vente et des ouvrages techniques concernant des métiers spécifiques (ébénisterie, marqueterie, verre, etc.). Sur près de six cents ouvrages dépouillés, plus de quatre cents ont servi à la rédaction des définitions et à leur illustration.

  • 11  Philibert Delorme, Le premier tome de l’architecture, Paris, 1567, livre VIII, p. 245.

10La moisson fut particulièrement riche dans le domaine de l’architecture où, dès la Renaissance, les théoriciens, qu’ils soient ou non architectes, en Italie d’abord puis très rapidement en France, ont ressenti le besoin d’enrichir la terminologie pour désigner les différents éléments constitutifs des bâtiments et de leur ornementation. Des nombreux termes forgés au xvie siècle, une majorité est encore en usage. Le déficit lexicographique était alors gênant quand il s’agissait de désigner les nombreux ornements inspirés de l’Antiquité mis à la mode par les artistes ultramontains et que les théoriciens français de l’architecture souhaitaient promouvoir, sans savoir toujours les décrire. C’est ainsi que Philibert Delorme avoue son incapacité à préciser le discours qu’il tient sur une des œuvres qui illustrent sa publication : « avec tel ornement que vous le voyez, auquel je ne puis donner noms propres, mais bien dire que c’est une invention telle qui m’est venue à la fantaisie… »11.

  • 12  André Félibien, Des principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture et des autres art (...)
  • 13  François-Marie de Marsy, Dictionnaire abrégé de peinture et d’architecture, II, Paris, 1746, p. 27 (...)

11Les dépouillements d’ouvrages et l’analyse des marchés publiés ont mis au jour des désignations anciennes et ont fait apparaître des divergences et des glissements sémantiques d’un auteur à l’autre, certains utilisant de façon peu rigoureuse un vocabulaire plus imagé que scientifique. Ces termes désuets pourront être signalés dans l’ouvrage comme synonymes. Citons à titre d’exemple le cas des vermiculures, dont de célèbres interprétations ont été réalisées sur les bossages des palais du Louvre et des Tuileries. Pour Félibien, en 1690, « Il y a certaines pièces que l’on met principalement dans des ouvrages rustiques, lesquelles sont travaillées avec certains entrelacs gravés avec la pointe, en sorte que cela représente comme des chemins faits par des vers, ainsi qu’il s’en voit dans quelques pierres et dans les carrières ; ce que les sculpteurs prétendent imiter dans certains ordres, et ils appellent ce travail vermiculé »12. Mais en 1746, François-Marie de Marsy utilise encore le terme de tortillis, qu’il définit comme étant « une manière de sculpture vermoulue et déchiquetée, faite sur un bossage rustiqué : comme celle de la porte Saint Martin à Paris, et de quelques encoignures du Louvre »13. Le terme tortillis sera cité dans le Vocabulaire de l’ornement à paraître comme synonyme de bossage vermiculé qui fera l’objet d’une définition.

  • 14  Sebastiano Serlio, Reigles générales d’architecture, sur les cinq manières d’édifices... avec les (...)
  • 15  Francesco Colonna, Le Songe de Poliphile, trad. Jean Martin, Paris, 1546 [éd. orig. : Hypnerotomac (...)
  • 16  Andrea Palladio, Les quatre livres de l’architecture d’André Palladio mis en françois par Roland F (...)
  • 17  Diego de Sagredo, Raison d’architecture antique, extraicte de Victruve et aultres anciens architec (...)

12Dans le domaine privilégié de l’architecture, les nombreux traités publiés en France du xvie au xviiie siècle permettent de suivre l’évolution d’un vocabulaire qui s’est considérablement enrichi depuis la Renaissance de termes empruntés à Vitruve ou aux théoriciens italiens. Le plus souvent, le mot étranger est repris tel quel, simplement adapté à la prononciation française, parfois même sans en changer l’orthographe. C’est le cas du terme architrave qui reste identique en italien et en français. D’autres mots sont acclimatés à la langue française. Ainsi, le terme modiglion, introduit en 1545 par Pieter Coecke van Aelst14, a été francisé l’année suivante par Jean Martin en modion ou modillon15, qui est resté la forme définitive. Une grande partie de ce vocabulaire a été élaborée dans la première moitié du xvie siècle. C’est le cas notamment de toute la terminologie liée aux ordres, qui est cependant complétée à la marge dans la première moitié du xviie siècle, notamment avec la naissance de mots tels que fusarole, listel ou ove qui apparaissent en 1650 dans la traduction du traité d’Andrea Palladio par Roland Fréart de Chambray16. Les dépouillements bibliographiques mettent en relief le caractère parfois fluctuant du vocabulaire relatif à l’ornement. C’est ainsi que la traduction française de l’ouvrage de Diego de Sagredo (vers 1537)17 propose trochil et contre bozel pour désigner la scotie, terme introduit peu après par Van Aelst en 1545. Il arrive aujourd’hui encore que le bâton-rompu, terme retenu dans l’ouvrage, soit appelé bâton brisé ou tore brisé, qui ne seront signalés que comme synonymes. D’autres désignations issues de termes propres à un métier identifié, comme le filet perlé dont les peintres verriers entourent aux xiie et xiiie siècles les médaillons figurés, sont définis et leur usage est précisé dans le commentaire. Des termes spécifiques, issus d’ouvrages sur l’orfèvrerie ou la marqueterie, font également l’objet d’une définition accompagnée d’un commentaire et d’une illustration.

L’élaboration d’un Vocabulaire de l’ornement

13Le Vocabulaire de l’ornement réunira environ 1 200 définitions issues d’un corpus beaucoup plus abondant en raison de l’existence de nombreux synonymes qui sont signalés en fin de notice et indexés en fin de volume. Les termes choisis permettent de désigner, de décrire et d’analyser les ornements portés aussi bien par l’architecture que par les objets appartenant aux domaines les plus variés des arts décoratifs. Là se trouve l’une des principales difficultés de l’entreprise car chaque terme doit correspondre à un ornement précis qu’il désignera toujours, quel que soit le support (architecture ou objet), quels que soient les matériaux et les techniques de mise en œuvre. Il doit pouvoir être utilisé dans la description du mobilier comme dans celle du vitrail, dans celle de l’orfèvrerie comme dans celle du textile. Mais le décor né d’une technique spécifique – damassé, guillochis, mati… – n’est pas pris en compte. Ces termes issus de la technique sont en revanche définis dans les autres vocabulaires de la même collection, car spécifiques aux différents domaines, auxquels il est conseillé au lecteur de se référer.

14La fantaisie, l’imaginaire, règnent en maître sur l’ornement, qui peut être inscrit dans la masse ou en surface, en relief ou en creux, jouer sur la couleur, la lumière et les matériaux. L’ornement est composé pour un espace défini et limité et, s’il est bidimensionnel, il est assujetti à une surface et répond à ses exigences. Composé d’éléments individuels qui se prêtent à différentes formes d’association, de répétition ou d’alternance en ligne, il devient un ornement courant. Mais le décor ornemental peut aussi être composé d’un centre à partir duquel se mettent en place des compositions plus ou moins complexes, rayonnantes ou axées, dans lesquelles les axes horizontaux et verticaux peuvent être combinés à d’autres. La relation entre les différents éléments décoratifs répond à une combinatoire dont le vocabulaire est lui aussi défini.

15C’est la raison pour laquelle, privilégiant l’approche morphologique, l’ouvrage se compose de deux parties principales. Dans la première, consacrée au vocabulaire des figures simples, les ornements sont classés selon leur origine graphique, qu’elle appartienne à la nature ou à l’art. C’est ainsi que dans la section consacrée à la nature sont regroupés les ornements inspirés de la flore (feuille, fleurette, palmette…), de la faune (protomé, griffe, plume…) et de la figure humaine (masque, mascaron, atlante…), sans oublier les monstres et autres créatures hybrides (sirène, sphinx, chimère…). Alors que dans la section consacrée à l’art, ont été réunis les ornements repris de la géométrie (zigzag, vague, coup de fouet…), ou issus de l’architecture (balustre, fronton, pinacle…) ou des objets manufacturés (bouclier, vase, piastre). La seconde partie, qui relève de la syntaxe ornementale, est consacrée aux termes précisant les dispositions (tête-bêche, affronté, accolé…), aux différents types de compositions (centrée, rayonnante, en damier…), aux motifs complexes (arabesques, grotesques). Cette classification, qui n’est pas habituelle dans les ouvrages consacrés à l’ornement, a paru la plus simple et la plus respectueuse de l’approche morphologique souhaitée et privilégiée par la collection à laquelle appartient ce vocabulaire.

  • 18  Les renvois dirigent le lecteur vers l’ouvrage collectif de l’Inventaire général, Les armoiries, l (...)

16Les définitions sont hiérarchisées sur trois niveaux. Une définition d’ordre général (niveau 1) peut contenir des définitions de termes qui lui sont liés (niveau 2), ces derniers étant alors soulignés dans la définition générale et indexés en fin de volume. Des termes voisins ou synonymes (niveau 3) répondant à la même définition sont signalés en fin de rubrique, référencés et indexés. Chaque définition est suivie d’un commentaire dont la longueur et la richesse sont tributaires des informations fournies par les dépouillements préalables, compte tenu de l’impossibilité de mener une recherche sur chacun des termes retenus. Le commentaire précise, lorsqu’ils sont connus, l’historique de l’apparition du terme et son emploi par les praticiens et les historiens de l’art, ainsi que sa spécificité liée éventuellement à un domaine, à une époque ou à une technique. Les commentaires sont souvent enrichis de citations extraites de la bibliographie. Toutes les définitions relevées ne sont cependant pas citées ; sont privilégiées celles qui apportent une justification sur le sens actuel du terme ou qui précisent son emploi dans un domaine bien précis. Mais les citations peuvent conforter la définition retenue, ou rendre compte des divergences ou des glissements sémantiques d’un ouvrage à l’autre en signalant les désignations anciennes. Le commentaire peut aussi faire référence à des symboles ou à des termes propres à l’héraldique, qui ne sont pas définis dans l’ouvrage mais qu’il a paru intéressant de rapprocher de certaines définitions. Ainsi le terme besant est-il cité en commentaire de la définition de disque, comme un spécifique de l’héraldique, accompagné d’un renvoi bibliographique18. Enfin, la rubrique Voir aussi renvoie vers des termes définis ailleurs dans l’ouvrage, quel qu’en soit le niveau d’occurrence, avec lesquels le terme traité offre une parenté ou est en opposition.

17Comme les autres vocabulaires de la collection et en accord avec les études de l’Inventaire général du patrimoine culturel, le Vocabulaire de l’ornement couvre la période du vie siècle à la Seconde Guerre mondiale. Cette limite haute s’impose d’autant plus que la décennie 1950 correspond à un changement complet dans le domaine du décor : c’est le moment où l’ornement disparaît au profit du design. Géographiquement, son terrain se limite à la France, tout en tenant compte bien évidemment des différentes influences étrangères venues enrichir successivement, et ce d’une manière constante, le patrimoine national. Cela peut, certes, être artificiel et réducteur dans un domaine où la circulation des hommes et des objets a toujours entretenu de vigoureux échanges entre les pays et les continents. Ce choix s’est cependant imposé pour deux raisons. L’une est historique – il existe bien une histoire de l’ornement propre à la France –, l’autre pratique, liée à l’accès aux objets et aux œuvres.

18Le très large éventail chronologique concerné par cette étude permet d’étudier et de comparer le vocabulaire ornemental spécifique aux différentes périodes, bien que la structure de l’ouvrage ne soit nullement chronologique. Sans faire une grammaire des styles, il a paru inévitable et utile, pour aider à la datation de certaines œuvres, de préciser dans le commentaire des termes définis son appartenance, son épanouissement qui en fait l’apanage d’un style. En effet d’une époque à l’autre le vocabulaire décoratif est soit réutilisé et adapté aux formes nouvelles soit banni et remplacé par des créations. La notion de style correspond à un ensemble de caractères employés sur un temps plus ou moins long, se retrouvant constamment dans les formes et les décors au point d’en devenir les caractéristiques. À titre d’exemple, le Vocabulaire de l’ornement définit aussi bien le bestiaire des chapiteaux que les crochets de feuillage, ce n’est que dans le commentaire qu’il est précisé que chacun de ces ornements relève plus spécifiquement de l’art roman ou de l’art gothique. Il en est de même du parchemin replié ou des plis de serviette, draperie plissée fréquemment sculptée sur les boiseries et meubles des xive et xve siècles avant le déferlement des ornements de la Renaissance auxquels l’ouvrage fait par ailleurs une large place descriptive. Le même procédé est appliqué aux définitions illustrées des différents ordres d’architecture, mais aussi aux atlantes, termes et harpies qui, à la Renaissance, les accompagnent ou même se substituent volontiers aux colonnes proprement dites. La même exigence descriptive est requise pour les ornements et compositions empruntés à l’Antiquité et pour les trophées, masques, putti et broderies du « style français » voulu par Louis XIV, ainsi que pour les ornements féeriques du style Régence. Par ailleurs, comment décrire les courbes, contre-courbes et crossettes sans évoquer, dans le commentaire, la profusion de formes illogiques et asymétriques propres au style rocaille ? Le retour à la ligne droite et aux éléments antiques, apanage du style Louis XVI, en nette démarcation avec l’époque antérieure, est rappelé dans les commentaires accompagnant les définitions de grecque, rosace, guirlande de laurier, cassolette. De même que la présence de ruban tournant, de nœud, et cocarde, simulés dans le bois ou le bronze, bénéficient d’un commentaire historique rappelant leur lien avec la mode vestimentaire du xviiie siècle. D’autres ornements, telle que la palmette, isolée ou en frise, traverse les styles mais son importance dans le décor Empire aux côtés de l’abeille, du foudre ou de la fritillaire, en fait un élément plus spécifiquement napoléonien. La reprise d’éléments gothiques enrichis avec fantaisie par les artistes de l’époque romantique fait l’objet de commentaires au même titre que l’ornementation foisonnante des décors Napoléon III. Enfin, les chapitres sur la faune et la flore accordent une large place au décor Art nouveau, qui s’est abondamment inspiré de la nature, tandis que celui consacré aux décors issus des formes géométriques inclut des éléments Arts déco, caractérisés par la simplicité des formes et l’élégance des lignes liées à la richesse des matériaux et des techniques de mise en œuvre. Cette mise en parallèle de l’ornementation et d’une époque permet de constater la naissance puis la permanence d’un élément décoratif, son enrichissement éventuel, la diversité de la combinatoire dans laquelle il s’inscrit et la durée de son utilisation.

19Selon l’approche morphologique qui caractérise les ouvrages de la collection, chaque terme se doit d’être accompagné d’une ou, si nécessaire, de plusieurs illustrations, photographies, dessins ou gravures, d’ensemble ou de détails. Ainsi, la forme la plus courante de l’ornement défini est illustrée en priorité, accompagnée parfois d’autres images qui montrent une variante ou un traitement plus particulier ou même exceptionnel. Tout autant que la définition dont elle est le complément indispensable, l’illustration permettra d’appréhender le domaine de l’ornement, si propice à l’invention et au caprice, dans son extrême diversité. Une définition précise des ornements et de leur combinatoire ainsi appliqués à l’architecture comme aux objets d’art, regroupant pour la première fois des termes historiques, des termes d’atelier, des termes usuels dont il rappelle le sens propre, originel et l’usage qu’on en fit à travers les siècles, s’impose comme un préalable indispensable à une histoire renouvelée de l’ornement.

Haut de page

Notes

1  Ségolène Bergeon-Langle, Pierre Curie, Peinture et dessin, 2 vol., (collection Principes d’analyse scientifique), Paris, 2009.

2  La liste des titres est consultable sur http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/dapapub_fr

3  Pascal Liévaux, Laurence de Finance éd., Vocabulaire de l’ornement, (collection Principes d’analyse scientifique), Paris, à paraître.

4  Jean-Marie Pérouse de Montclos, Architecture, méthode et vocabulaire, (collection Principes d’analyse scientifique), Paris, 1972, 2e édition 1989, 3e édition 1993. Une nouvelle édition revue et augmentée est en préparation par le même auteur aux Éditions du patrimoine.

5  À noter la rareté de tels ouvrages chez nos voisins étrangers. Pour la langue anglaise, on dispose d’un dictionnaire alphabétique illustré de Philippa Lewis et Gillian Darley, Dictionary of ornament, Londres, 1985.

6  Citons, parmi tant d’autres, Michel-Ange, Philibert Delorme, Jacques Androuet du Cerceau, Borromini, les deux Mansart ou encore, sous l’Empire, Charles Percier et Pierre-François Léonard Fontaine, qui commencent leur carrière en publiant un Recueil de décorations intérieures (Paris, 1801).

7  Adolf Loos, Ornement et crime, Paris, 2003 [éd. orig. : Ornament und Verbrechen, Innsbruck, 1908].

8  Claude Perrault, Les dix livres d’architecture de Vitruve corrigés et traduits nouvellement en François avec des notes et des figures, Paris, 1673, p. 5, n. 2.

9  « On appelle ‘ornements’ d’architecture, les pilastres, les colonnes, les moulures et sculptures qui ornent et qui embellissent un bâtiment » (André Furetière, Dictionnaire universel, II, Paris, 1690).

10  Ornements en creux : « Ceux qui sont fouillés dans les moulures, comme les oves, canaux, rais-de-cœur, etc. », ornements de relief : « Ceux qui sont taillés sur le contour des moulures, comme les feuilles d’eau, et de refend, les joncs, les coquilles, etc. » (Augustin-Charles d’Aviler, Cours d’architecture, II, Explication des termes d’architecture, Paris, 1710, pl. B, p. vi).

11  Philibert Delorme, Le premier tome de l’architecture, Paris, 1567, livre VIII, p. 245.

12  André Félibien, Des principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture et des autres arts qui en dépendent, avec un dictionnaire des termes propres à chacun de ces arts, Paris, (1676) 1690, p. 784.

13  François-Marie de Marsy, Dictionnaire abrégé de peinture et d’architecture, II, Paris, 1746, p. 275-276.

14  Sebastiano Serlio, Reigles générales d’architecture, sur les cinq manières d’édifices... avec les exemples danticquitez, selon la doctrine de Vitruve, Pieter Coecke van Aelst éd. et trad., Anvers, 1545 [éd. orig. : Regole generali di architettura, Venise, 1537].

15  Francesco Colonna, Le Songe de Poliphile, trad. Jean Martin, Paris, 1546 [éd. orig. : Hypnerotomachia Poliphili, Venise, 1499].

16  Andrea Palladio, Les quatre livres de l’architecture d’André Palladio mis en françois par Roland Fréart de Chambray, Paris, 1650 [éd. orig. : I Quattro Libri dell’Architettura, Venise, 1570].

17  Diego de Sagredo, Raison d’architecture antique, extraicte de Victruve et aultres anciens architecteurs, nouvellement traduit d’espagnol en françoys à l’utilité de ceux qui se délectent en édifices, Paris, (vers 1537) 1608 [éd. orig. : Medidas del romano o Uitruuio, Tolède, 1526].

18  Les renvois dirigent le lecteur vers l’ouvrage collectif de l’Inventaire général, Les armoiries, lecture et identification, (collection Documents et méthodes), 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence de Finance et Pascal Liévaux, « Le vocabulaire de l’ornement », Perspective, 1 | 2010, 123-129.

Référence électronique

Laurence de Finance et Pascal Liévaux, « Le vocabulaire de l’ornement », Perspective [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 14 août 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://perspective.revues.org/1223

Haut de page

Auteurs

Laurence de Finance

Musée des Monuments français, Cité de l’architecture et du patrimoine

Pascal Liévaux

Ministère de la culture, direction générale des patrimoines

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org