Navigation – Plan du site
Antiquité
Travaux

L’Acropole d’Athènes en chantier : restaurations et études depuis 1975

The Acropolis of Athens: conservation and research since 1975
La Acrópolis de Atena en obras : restauraciones y estudios desde 1975
Die Akropolis von Athen als Baustelle : Restaurationen und Studien seit 1975
L’acropoli di Atene in cantiere : restauri e studi dal 1975
Bernard Holtzmann
p. 263-281

Résumés

L’Acropole d’Athènes est depuis bientôt quarante ans engagée dans un processus de restauration systématique qui a insufflé aux études la concernant une dynamique­ nouvelle. Des problèmes s’en trouvent renouvelés, des idées reçues contestées : pour l’époque archaïque, la question de l’ « architecture H » (un ou deux temples d’Athèna ?) est relancée, le terminus ante quem (480 avant J.-C.) fourni par le « Perserschutt » remis en cause ; pour l’époque classique, la fonction du Parthénon et le sujet de la « frise des Panathénées » font à nouveau problème­, tandis que la fonction des deux baldaquins de l’Érechtheion est, elle, élucidée. La topographie (remodelage périphérique­ du plateau par Cimon ; aménagement de la terrasse de la Chalcothèque) et les institutions (commissions de gestion des biens de la déesse et d’organisation des concours lors des Grandes Panathénées) sont plus précisément étudiées ; l’importance­ de la statuaire honorifique à partir du ivesiècle commence à apparaître. L’histoire­ ultérieure­ du site, notamment aux époques médiévale­ (château-fort des Propylées) et turque (le désastre de 1687 et ses conséquences), est mieux connue, la question des « marbres Elgin » du British Museum posée en termes nouveaux par l’inaugu­ration d’un nouveau musée de très grande envergure.

Haut de page

Texte intégral

1On a pu croire un temps que l’Acropole d’Athènes allait cesser d’être un sujet majeur dans l’étude de la Grèce ancienne : après la restauration extensive des monuments du ve siècle par Nicolaos Balanos entre 1895 et 1940 et le réaménagement du musée par Yannis Miliadis de 1953 à 1964 (Brouskari, 1974), le site semblait avoir atteint un équilibre durable et la recherche ses limites. Parallèlement, le tourisme de masse, dont le spectacle Son et Lumière inauguré en mai 1959 avait symboliquement marqué l’avènement, prenait le pas sur l’érudition et la ferveur qui avaient caractérisé depuis deux siècles le rapport de l’Occident avec ce haut lieu, où il avait peu à peu renoué avec la part la plus lumineuse de ses origines.

2Cependant l’urgence apparut bientôt de conjurer des menaces nouvelles : l’érosion du site en raison de sa fréquentation intensive, la pollution atmosphérique provoquée par l’exubérance de la ville moderne, mais surtout les dommages que l’incurie de Balanos commençait à infliger aux bâtiments antiques qu’il avait restaurés en utilisant des scellements de fer non isolés, dont la corrosion commençait à faire éclater les marbres. Avec la constitution, en mars 1975, du Comité pour la Conservation des Monuments de l’Acropole (CCMA), une nouvelle phase de l’histoire moderne de l’Acropole a commencé, qui n’est pas encore achevée, mais dont la réalisation a d’ores et déjà amené un renouvellement considérable des connaissances : les études géomorphologiques et topographiques du site (plateau et pentes), la restauration des quatre bâtiments antiques majeurs, les inventaires exhaustifs de blocs antiques errants, les reclassements effectués à l’occasion de l’installation du nouveau musée (Filetici, 2003) ont fourni à la recherche quantité de données nouvelles qui expliquent l’abondance de la bibliographie récente sur tous les aspects de ce vaste sujet (Dyabola, www.db.dyabola.de).

3Cette activité scientifique est stimulée par la politique de communication très généreuse menée d’emblée par le CCMA, dont Charalambos Bouras est depuis l’origine la cheville ouvrière : outre cinq colloques internationaux organisés jusqu’ici (Restoration 1977, 1985, 1990, 1995, 2002), deux revues informent régulièrement sur l’état des travaux (Anthemion, Restoration News), que retracent également des publications indépendantes (Economakis, 1994 ; Mavrommatis, 2002 ; Mallouchou-Tufano, 2006 ; Ioannidou, Lembidaki, 2011). D’autre part, le service pédagogique dirigé par Cornelia Hadziaslani jusqu’en 2011 (Anthemion, passim ; Hadziaslani, 1992) a su, par des procédés ingénieux, intéresser à l’histoire et au devenir de l’Acropole le monde scolaire grec.

4Les recherches ainsi diffusées ont donné lieu jusqu’ici à trois synthèses (Hurwit, 1999 ; Schneider, Höcker, 2001 ; Holtzmann, 2003).

L’Acropole avant 480

5Dans la longue histoire de l’Acropole, les périodes antérieures au ve siècle ont été révélées par la fouille systématique du plateau, réalisée entre 1885 et 1890, qui est allée presque partout jusqu’au rocher, en sorte qu’il faut se contenter des observations et des trouvailles faites alors pour essayer d’en saisir quelque chose. Si la publication commentée (Bundgaard, 1974) des dossiers de Georg Kawerau, architecte de la fouille, a permis de compléter quelque peu la publication succincte de Panagiotis Kavvadias, la documentation n’en reste pas moins généralement floue et de plus sujette à caution : on a fait observer dernièrement (Stewart, 2008, p. 389-393) que les remblais exigés par l’extension et le remodelage du plateau au ve siècle n’ont pu être fournis que partiellement par la terre disponible sur place et que l’on a dû en apporter en grande quantité d’un peu partout, en sorte qu’on ne peut, en toute rigueur, rien déduire des objets qui y ont été trouvés pour l’histoire du site… Or il s’agit surtout de tessons de céramique particulièrement mobiles, si bien que n’échappent au doute que les cinq tombes d’enfant trouvées sur le plateau et datées de la fin de l’Helladique moyen, peu avant 1600 avant J.-C.

6Pour la période suivante, dite mycénienne (1600-1100), l’ouvrage de Spyros Iakovidis continue à faire autorité (Mountjoy, 1995), bien que l’existence d’une muraille impressionnante, toujours visible aux extrémités est et ouest de l’Acropole, n’implique pas forcément la présence, entièrement hypothétique, d’un palais comparable à ceux de Mycènes et Tyrinthe (Holtzmann, 2003, p. 34-37). En renforçant l’unité topographique de cette colline au sommet presque plan, elle lui confère en tout cas une fonction défensive.

7Sa fonction religieuse n’apparaît que bien plus tard, au viiie siècle, avec des offrandes peu nombreuses, mais dont le type et la qualité attestent l’existence d’un sanctuaire important (Scholl, 2006). Cependant, l’emprise topographique et le faciès architectural de celui-ci nous échappent complètement, les plus anciens vestiges architecturaux ne datant au plus tôt que de la fin du viie siècle. Il s’agit ici du premier dossier majeur que les recherches en cours commencent à faire évoluer, car les inventaires de blocs errants sur le plateau et sur ses pentes ont fourni assez d’éléments nouveaux pour qu’il soit possible de reprendre le problème que posent ces bâtiments disparus, sans ancrage au sol sauf un. En ce qui concerne les sept petits édifices, qu’il vaut mieux ne pas appeler « trésors » puisque le seul texte susceptible de les concerner les qualifie du terme très neutre d’oïkèmata qui n’indique aucune fonction précise, l’étude en cours (Klein, 1991) apportera sans doute un reclassement et de nouvelles datations. Quant aux blocs de grand module, traditionnellement connus sous le nom d’« architecture H », ils font l’objet d’une discussion périodiquement relancée (Holtzmann, 2003, p. 75-81) : appartiennent-ils à un ou bien à deux temples ? Une seule fondation est connue, entre le Parthénon et l’Érechtheion, mais une autre pourrait se trouver sous le Parthénon. L’architecte Manolis Korrès, avec l’autorité que lui donnent vingt-cinq ans de fréquentation quotidienne du site et ses nombreuses observations nouvelles, a redonné crédit à la thèse de deux temples (Korrès, 1997) : le premier au sud, sous le Parthénon actuel (vers 570-560), le second (vers 520) sur la fondation visible. Cependant, les remarques très précises faites dernièrement par Konstantin Kissas, qui a inventorié entre 1994 et 2006 plus de vingt mille fragments de toute espèce, vont plutôt dans le sens d’un temple unique construit au début du vie siècle et plusieurs fois modernisé au cours de ce siècle (Kissas, 2008).

8C’est au premier état de ce temple qu’appartiendrait peut-être la toiture laconienne en marbre de Naxos, dont les fragments connus sont passés de quarante-sept en 1904 à cent soixante-deux aujourd’hui ; quatre seulement étant inachevés, il faut abandonner l’hypothèse d’une toiture qui n’aurait jamais été posée : ce devait être des pièces en surnombre destinées à en remplacer éventuellement d’autres. Ce raffinement très coûteux, qui n’était jusqu’ici connu à cette date qu’à l’oïkos des Naxiens de Dèlos, montre en tout cas qu’il s’agissait d’un bâtiment de prestige. Ce serait là un premier témoignage de la façon attique d’intégrer des traits ioniens insulaires dans un style architectural qui reste essentiellement dorique jusqu’au dernier quart du ve siècle. Les huit colonnes ioniques connues sur l’Acropole avant cette date sont en effet des supports isolés d’offrandes (Mcgowan, 1997) : la plus grande n’est connue que par deux fragments de chapiteau en calcaire qui permettent de lui restituer des dimensions colossales (2,10 mètres sur 1,15 mètre) et une hauteur d’environ onze mètres, ce qui en fait un signal aussi spectaculaire que la colonne des Naxiens à Delphes, peut-être installée sur la tombe de Kécrops (Korrès, 1998).

9Tous ces bâtiments archaïques étaient ornés de décors sculptés (Santi, 2010) dont l’attribution à un bâtiment précis et la datation posent parfois problème ; les grands frontons anciens en calcaire et les premiers frontons en marbre, dont la composition et la date (520 ou 500 ?) sont particulièrement disputées, font aujourd’hui l’objet d’une nouvelle étude. Parmi le matériel votif en terre cuite, les plaques à relief ou seulement peintes ont été étudiées dernièrement (Vlassopoulou, 2003 ; Schulze, 2004). Pour la sculpture votive en marbre, qui constitue le grand apport de la fouille de la fin du xixe siècle et dont l’ensemble sans pareil reste essentiel pour la connaissance de l’art archaïque, le grand catalogue de Hans Schrader, Ernst Langlotz et Walter-Herwig Schuchhardt n’a pas été remplacé, mais des volumes­­ récents ont complété­ ou renouvelé l’illustration de ces œuvres célèbres (Trianti, 1998 ; Karakasi, 2001), tandis que des études de détail (Schmaltz, 2009 ; Vlassopoulou, 2011) ont mis en valeur l’importance de la poly­chromie (Brinkmann, 2003, no6-127) et que le reclassement des fragments sculptés dans les réserves du nouveau musée a permis de compléter diverses statues (Jacob, 2011). Plus que l’appréciation esthétique des quelque deux cents statues de jeune fille (coraï) plus ou moins bien conservées, c’est désormais leur identité (Keesling, 2003 ; Stieber, 2004), – la déesse elle-même, une desservante du culte, une figure idéale ? – et celle des dédicants, connue par les inscriptions gravées sur les bases (Kissas, 2000), qui suscite l’étude : l’instauration de la démocratie en 508 a-t-elle retenti sur la production de sculptures votives ?

10Depuis un siècle, les objets trouvés dans les remblais antiques de l’Acropole, la plupart mutilés, ont été considérés comme des témoignages du saccage du sanctuaire par les Perses en 480-479, enfouis car profanés, mais sur place car appartenant à la divinité. On disposait ainsi d’un terminus ante quem essentiel pour dater le passage de l’archaïsme au « style sévère » préclassique, c’est-à-dire pour fixer le moment crucial où la sculpture grecque entame son aventure singulière en s’affranchissant de ses modèles orientaux. Cette assurance a d’abord été ébranlée à propos de l’Éphèbe de Critios, premier chef-d’œuvre du nouveau style, considéré jusque-là comme de très peu antérieur à 480 : on s’est efforcé de prouver (Hurwit, 1989) que le contexte de fouille où il a été retrouvé n’était pas celui du « Perserschutt », expression accréditée depuis 1887 pour désigner le remblai contenant les œuvres mutilées ; les Athéniens auraient donc eux-mêmes décapité cette statue au plus tard quarante ans après sa consécration… Même si la chose reste très peu vraisemblable, le doute ainsi introduit sur la validité du terminus ante quem traditionnel s’est trouvé renforcé par l’étude minutieuse des données connues de la fouille (Lindenlauf, 1997 ; Steskal, 2004) : en fait, il n’y a de « Perserschutt » assuré que la fosse où ont été retrouvées en 1886 quatorze statues de corè archaïques. Toutes les autres trouvailles proviennent de remblais antiques hétérogènes, dont les plus récents peuvent dater de 430 environ, et qui, de plus, ont souvent été perturbés ultérieurement : les œuvres datées jusqu’ici de peu avant 480 peuvent dès lors théoriquement dater de peu après. On a donc pu soutenir récemment (Stewart, 2008) que le début du « style sévère » se situait non pas dans la décennie 490-480, mais dans la décennie­ 480-470, le second groupe des Tyrannoctones de Critios et Nèsiotès, installé sur l’Agora en 477-476, en constituant le manifeste fondateur. Le « style sévère » serait alors l’invention de ces deux Athéniens à la suite de la rupture provoquée par la catastrophe de 480-479, et non pas le résultat de l’évolution générale de la sculpture grecque.

11Hormis les travaux de restauration minimaux indispensables à la reprise de l’activité religieuse, il ne se passe rien sur l’Acropole avant les années 470-460 : la thèse traditionnelle d’une muraille nord aussitôt reconstruite sous l’autorité de Thémistocle, tandis que le reste du plateau serait resté sans défense, est désormais contestée (Lambrinoudakis, 1999 ; Holtzmann, 2003, p. 91-95 ; Steskal, 2004) : les travaux entrepris par Cimon concernent très vraisemblablement l’ensemble du site (Di Cesare, 2004), avec l’extension maximale de la terrasse sud (Korrès, 2004) jusqu’au bord d’une rupture de pente presque verticale et l’inclusion dans la muraille nord, bien visible depuis le nouveau centre public de la ville, de l’enta­blement du temple archaïque et de tambours de colonne du Pré-Parthénon pour perpétuer le souvenir du saccage perse. Derrière ces murs de terrasse qui donnent au plateau sa forme définitive ont été entassés de quarante à cinquante mille mètres cubes de remblais, en partie apportés de la ville basse (Stewart, 2008), tandis qu’un mur d’enceinte en calcaire du Pirée, long de plus de sept cents mètres et haut d’au moins quatre mètres, isolait visuellement le sanctuaire de la ville. Tous ces travaux annoncent la volonté de reconstruire les bâtiments du sanctuaire ; les circonstances politiques ayant empêché Cimon de le faire, ce sera la tâche de Périclès.

Les bâtiments en marbre de l’Acropole classique

Le Parthénon

12Avec la reconstruction de l’Acropole durant la seconde moitié du ve siècle, la situation documentaire change du tout au tout : les textes et les monuments limitent le champ des hypothèses, ce qui ne veut pas dire que tout ait été dit, l’abondante bibliographie concernant le Parthénon en témoigne. Peu de temps avant que ne commence, en 1983, la restauration de celui-ci, toujours en cours aujourd’hui, un congrès lui a été consacré (Berger, 1984a) qui, loin de clore les débats, les a au contraire relancés.

13La question complexe du financement du Parthénon a fait l’objet de plusieurs études qui en ont démêlé l’écheveau (Giovannini, 1990, 1997 ; Pope, 2000) ; le coût des travaux a été évalué dernièrement (Monaco, 2008) à 700-800 talents pour le bâtiment, soit probablement un peu moins que celui de la statue chryséléphantine d’Athèna qu’il abrite (705-996 talents). Les recherches métrologiques suscitées par ce bâtiment bien conservé et d’une maîtrise technique fascinante (Haselberger, 2005) continuent : le module employé pourrait être, plutôt qu’un pied, la coudée de 0,49 mètre ; c’est du moins l’unité qui donne le plus de mesures en nombres entiers (Berger, 1984b). Quant aux proportions, on a depuis longtemps constaté la fréquence du rapport 4/9 ; mais on a aussi relevé dans le plan nombre d’intervalles épimores 4/5, 6/7, 8/9, etc. (Sonntagbauer, 1998). Cependant, Korrès a souligné « la résistance incomparable du bâtiment aux divers essais théoriques de le réduire à des systèmes numériques­ parfaits et à des proportions harmonieuses » (Korrès, 1994, p. 79-80) : il a montré que divers remaniements avaient été effectués au cours de la construction, comme il arrive fréquemment dans l’architecture grecque ancienne, ce qui rend illusoires ces recherches­ fondées sur le présupposé d’une cohérence absolue. Il a découvert d’autre part que la grande salle orientale où était installée la statue colossale d’Athèna n’était pas, comme on le croyait jusqu’ici, seulement éclairée par l’ouverture de l’imposante porte centrale à deux battants, mais que les nefs latérales étaient éclairées par deux grandes baies (Korrès, 1984). Il a aussi retracé, par une suite de dessins didactiques qui ont été exposés dans différentes villes d’Europe et sont devenus célèbres, les étapes de l’extraction, du transport et de la mise en place d’un bloc de marbre jusque sur le site du Parthénon (Pentélique..., 1995).

14Les nombreuses observations nouvelles faites durant la préparation (Restoration, 1985, 1990) et la réalisation de la restauration des différentes parties du bâtiment rendent désormais nécessaire un volume de synthèse qui complétera, pour l’architecture, la grande publication en trois volumes d’Anastasios Orlandos (Orlandos, 1976-1978). En attendant, deux volumes collectifs, où le Parthénon est envisagé sous tous ses aspects, présentent commodément l’état des questions, l’un par une équipe grecque où figurent Manolis Korrès, Charalambos Bouras, Angelos Delivorrias et Fani Mallouchou-Tufano (Tournikiotis, 1994) ; l’autre, qui fournit une bibliographie presque exhaustive, a été réalisé par une équipe américaine (Neils, 2005).

15La fonction du Parthénon continue à être discutée. Elle est pour le moins hybride, puisque sa salle ouest, le Parthénôn proprement dit, n’a jamais eu de fonction religieuse : c’est le coffre-fort de la cité, placé sous la protection d’Athèna. La salle est, en revanche, présente le dispositif d’un temple, agencé de manière à mettre le mieux possible en valeur la statue colossale réalisée sous la direction de Phidias (Lapatin, 2001) en lui procurant un espace intérieur d’une ampleur inusitée. Cette Athèna Parthénos, bien connue par les textes et par de nombreuses reproductions réduites plus ou moins simplifiées (Leipen, 1971 ; Nick, 2002), est-elle une statue de culte, comme on l’a encore dernièrement affirmé­ (Nick, 2002) ? Certainement pas, car elle ne se prête, par ses matériaux et par ses dimensions, à aucun des rituels dont fait l’objet la primitive statuette en bois d’Athèna Polias, conservée dans la salle est de l’Érechtheion ; elle n’a en outre ni personnel, ni autel, ni offrandes explicites. C’est l’illustration extrême d’un phénomène bien attesté depuis le ve siècle : la mise en place, auprès des statues de culte anciennes, dont le rituel (Christopoulos, 1992 ; Robertson, 2004) entretient l’aura numinale auprès des fidèles, de représentations de la divinité­ qui en donnent une image plus satisfaisante esthétiquement (Platt, 2011, p. 83-114 ; Holtzmann, à paraître).

16Le décor sculpté du Parthénon, par son abondance et sa qualité exceptionnelles, sa place dans l’évolution de la sculpture grecque et le pro­blème irritant que pose son démembrement depuis 1802, est l’élément le plus médiatisé de l’Acropole. Après les trois catalogues détaillés (frontons, métopes, frise ionique) publiés par Frank Brommer entre 1963 et 1977, qu’est venu couronner un ouvrage de synthèse destiné à un plus vaste public (Brommer, 1979), trois volumes ont complété la documentation de ces ensembles (Berger, 1986 ; Palagia, 1993 ; Berger, Gisler-Huwiler, 1996), tandis que Alexandros Mantis (Mantis, 1997) entreprenait la recomposition des métopes centrales du côté sud en utilisant les dessins dits de Carrey pour identifier­ divers fragments sculptés retrouvés à l’occasion de l’inventaire des marbres errants en contrebas de la terrasse sud de l’Acropole, dans la zone de l’Asclèpieion. Divers raccords et identifications de fragments ont d’autre part été réalisés (Despinis, 1982 ; Beschi, 1995). Dernièrement, un album consacré à la partie du décor sculpté conservée au British Museum (Jenkins, 2007) se signale par la qualité de son illustration, qui révèle des détails jusqu’ici imperceptibles et rend justice à la vivacité étonnante du marbre du Pentélique, fût-il meurtri (Pasquier, 2007a).

17La frise ionique, dite des Panathénées, est l’élément le plus original des sculptures du Parthénon : incongrue sur un bâtiment dorique, paradoxale quant à son emplacement, énigmatique quant à son sens, elle ne cesse de solliciter l’ingéniosité des chercheurs (Queyrel, 2008) et la curiosité du public (www.parthenonfrieze.gr). Plusieurs publications en ont reproduit le déroulement et évoqué les principaux aspects (Jenkins, 1994 ; Neils, 2001 ; Delivorrias, Mavrommatis, 2004). Plus que sa place dans l’histoire de l’art grec, à l’interface des styles sévère et riche (Leibundgut, 1991 ; Holtzmann, 2003, p. 121-144), c’est l’identification de son sujet qui a suscité des propositions nouvelles, l’opinion commune selon laquelle on avait là une représentation de la procession des Panathénées, apparaissant­ de plus en plus contestable. Les mythes, les événements historiques, les institutions de la cité ont été proposés comme clefs de lecture, sans parvenir jusqu’ici à rendre compte de l’ensemble du visible. Dans l’état actuel de la question, c’est l’interprétation de Jerome J. Pollitt (Pollitt, 1997) qui paraît la plus vraisemblable : la frise évoquerait les trois aspects que Périclès met en avant pour définir le mode de vie athénien, dans la célèbre oraison funèbre retranscrite par Thucydide (II, 35-46) : la formation militaire, représentée par les exercices de la cavalerie, très développée par Périclès ; les concours qui stimulent la mentalité agonistique, représentés par les courses d’apobates ; l’activité reli­gieuse, représentée par des préparatifs de sacrifice­ et par la remise du nouveau péplos d’Athèna, le jour de la fête nationale – une démarche esthétique typi­que du ve siècle : non pas la reproduction du réel (mimèsis), mais la mise en composition d’éléments du réel pour créer une réalité supérieure, harmonisée.

Les Propylées

18Les livres de William Bell Dinsmoor et de son fils (Dinsmoor Jr., 1980, 2004) ont marqué une étape importante dans la connaissance du site, le premier en fournissant une étude exhaustive des états antérieurs au bâtiment de Mnésiclès ; le second en présentant les observations accumulées sur ce dernier par Dinsmoor Sr. depuis 1908, parmi lesquelles l’observation de raffinements semblables à ceux du Parthénon (convexité­ des lignes horizontales, inclinaison des verticales, renflement des colonnes doriques) et l’existence d’acrotères au fronton est. Cependant l’étude est restée incomplète sur certains points (Holtzmann, 2007), en sorte qu’il faut attendre la nouvelle publication d’ensemble que prépare Tasos Tanoulas, qui a dirigé la restauration des Propylées de 1989 à 2010 (Tanoulas, 1994). L’élément le plus instructif de celle-ci aura été la confection à l’ancienne de deux chapiteaux ioniques du passage central : à partir des soixante-dix-huit fragments conservés des six chapiteaux originaux, il aura fallu vingt-sept mois à deux ouvriers pour tailler ces pièces qui pèsent chacune 2,2 tonnes (Tanoulas, 2006). Une fois le passage central construit en moins de cinq ans, un décret daté de 434-433 liquidera à moindres frais le projet des Propylées : les grandes salles latérales du côté est ne seront pas réalisées, car celle du sud aurait nécessité un arasement du rocher considérable faisant disparaître une grande partie de la terrasse attribuée par la recherche moderne à Artémis Brauronia, vraisemblable­ment à tort (Holtzmann, 2003, p. 151-152).

Le temple d’Athèna Nikè

19Ce petit temple ionique, construit peu avant 425, a connu, entre 2001 et 2010, son troisième remontage complet. Ce fut l’occasion de revoir à la lumière du jour l’état antérieur découvert par Balanos en 1936, dont Ira Mark a exploité la documentation restée inédite (Mark, 1993). Ce sanctuaire très modeste, construit vers 448-445, n’aura pas duré bien longtemps (Gill, 2001) : il a disparu lors du remodelage complet du flanc ouest de l’Acropole par Mnèsiclès, qui a créé là un paysage architectural sans pareil. Le choix de l’ordre ionique, plus gracile, a été commandé par l’étroitesse du site, quand bien même surélevé et agrandi pour être de plain-pied avec les Propylées. La restauration, dirigée par Dèmosthénès Giraud (Giraud, 1994), a rendu à cette chapelle élégante une partie de son fronton est, complétant ainsi sa silhouette. La frise présente la particularité, rare dans l’art grec, de représenter en partie des scènes de bataille historiques : la présence de Perses est assurée sur le côté sud ; les combats des côtés nord et ouest sont plus difficiles à reconnaître. Ces scènes sont particulièrement bien venues pour un édifice consacré à Athèna apportant la Victoire, un culte caractéristique de l’Athènes impérialiste. Peu avant son effondrement final face à Sparte – avant 415 ou vers 406 ? –, ce sanctuaire éminemment politique fit l’objet d’un embellissement specta­culaire, avec un parapet sculpté établi en bordure de la terrasse (Brouskari, 1999), où le maniérisme attique éclos au Parthénon trouve son expression la plus achevée.

L’Érechtheion

20Réduit à l’état d’une coquille vide et rendu très fragile par les vicissitudes de son histoire postantique, l’Érechtheion a bénéficié d’un traitement d’urgence : c’est par lui que les restaurations actuelles ont commencé (1979-1987). Un tome d’Anthemion (2012) a résumé dernièrement les diverses interventions ponctuelles réalisées depuis, qui portent surtout sur la protection contre la pollution atmosphérique et la restauration des caissons à décor peint du plafond du baldaquin aux caryatides. La mort prématurée du responsable des travaux, Alexandros Papanikolaos, a retardé la publication, désormais imminente, du volume de synthèse final qui complétera la publication exemplaire de 1927, dirigée par Gorham Phillips Stevens, l’un des meilleurs connaisseurs de l’Acropole. L’aspect général du bâtiment s’en est trouvé amélioré sur trois points : la façade est a retrouvé son inté­grité par l’adjonction du moulage de la colonne et de l’entablement de l’angle nord, conser­vés au British Museum ; l’encadrement de la fenêtre méridionale de la façade ouest a été complété ; le remplacement des caryatides originales par des moulages a permis de se passer des supports intermédiaires en métal qui déparaient le baldaquin sud, dont la fonction est désormais élucidée (Scholl, 1995) : loin d’être une tribune, suivant l’appellation moderne traditionnelle, c’est un espace interdit (abaton) où l’on déposait ou jetait des offrandes­ au héros Kécrops, dont ce baldaquin original signalait la tombe, située en contrebas. Quant aux caryatides, qui tenaient chacune une coupe pour une libation funéraire, elles reprennent une formule architecturale apparue au vie siècle dans des bâtiments de prestige de tout petit module, où des colonnes seraient trop chétives. À cette élégante excroissance correspond au nord un baldaquin de même plan, mais plus vaste et plus haut, qui s’avère être beaucoup plus que le « porche nord » : l’hèrôon d’Érechthée, l’Érechtheion proprement dit, qui a fini par donner son nom à l’ensemble du bâtiment parce qu’il en est la partie la plus originale, tout comme le Parthénon doit son nom à sa grande salle ouest (Holtzmann, 2003, p. 171-174).

21Le décor sculpté est formé de deux ensembles très différents. Les six caryatides (Lauter, 1976) exécutées avant 415 puisqu’elles apparaissent dans le descriptif du bâtiment rédigé en 409 avant la reprise des travaux, sont d’un style beaucoup plus retenu que la frise, dont nous connaissons par les fragments de comptabilité conservés le nom de certains exécutants – une différence qui illustre la polarité stylistique qui règne dans l’Athènes postpéricléenne et que représentent en sculpture deux élèves de Phidias, le conservateur Alcamène et le maniériste Agoracritos. Le nombre de fragments de la frise, aisément reconnaissables par leur petite taille et par leur revers aplani, puisqu’il s’agit de statuettes en ronde-bosse fixées par des agrafes au fond en calcaire gris-bleu d’Eleusis, continue­ à croître (Trianti, 2012) sans que l’énigme du sujet représenté s’en trouve résolue­ : la plupart des personnages sont immobiles ou en mouvement calme, ­la majorité sont des femmes ; une scène de départ semble probable.

Bâtiments et monuments ultérieurs

22Outre les quatre édifices en marbre qui subsistent, des bâtiments de service en matériaux moins nobles ont existé, difficiles à dater, car il n’en reste que les fondations en calcaire. Du côté nord, à trente mètres à l’ouest de l’Érechtheion, c’est d’abord la « maison des Arrhéphores », qui a dû être plus que cela : le siège du personnel religieux. Ses fondations massives, conservées sur presque cinq mètres de hauteur contre la muraille nord, ont été soigneusement remblayées en 2006- 2007 pour les préserver des intempéries (Englezos, 2007). Un peu plus loin vers l’ouest, le « Bâtiment nord-ouest », recouvert aujourd’hui par une baraque de chantier, reste également mystérieux (Tanoulas, 1992) : serait-ce un corps-de-garde, à proxi­mité de l’entrée du sanctuaire ?

23En contrebas de la façade ouest du Parthénon, le rocher a été arasé pour créer une grande cour devant une halle adossée à la muraille sud, la Chalcothèque, construite vers 375 (La Folette, 1986), pour abriter des offrandes. Du côté du Parthénon, les neufs degrés taillés dans le rocher ne sont pas un escalier d’accès à celui-ci, mais un présentoir à offrandes, comme l’indique l’existence de trente-huit cavités, surtout pour stèles. Plutôt que de restituer au-dessus de ces neuf degrés rupestres huit degrés construits de manière à atteindre le niveau du Parthénon (Becker, 2004), il paraît plus vraisemblable de supposer là l’existence d’un mur de terrasse marquant une césure nette entre les deux zones (Holtzmann, 2003, p. 197-198), qu’implique au demeurant l’existence d’une clôture et d’une porte du côté nord de la cour de la Chalcothèque.

24Devenu presque aussitôt, par la dureté des temps qui ont succédé à son bref apogée, un lieu de mémoire où il était malséant d’ajouter ou de modifier quelque chose, le sanctuaire n’a connu que des aménagements architecturaux minimes­ et tardifs. Sous Auguste (Burden, 2000), l’Érechtheion, dont la partie ouest avait été gravement endommagée par un incendie, est restauré, de même que le socle de l’Athèna Promachos en bronze, tandis qu’en 19 avant J.-C. est construit devant le Parthénon un petit monoptère­ ionique dédié par la cité à Rome et Auguste (Schäfer, 1998), probablement à l’occasion de la troisième visite du Prince à Athènes, après la restitution par les Parthes des enseignes romaines perdues dans le désastre de Carrhes, en 53. C’est alors aussi qu’ont dû être réalisés des moulages des caryatides de l’Érechtheion, dont des copies ornent le forum d’Auguste, à Rome. Enfin, c’est probablement sous Claude qu’est installé­ devant les Propylées le grand escalier de marbre qui remplace la rampe classique.

25Ce faciès architectural presque inchangé jusqu’à la fin de l’Antiquité ne doit pas leurrer : entre les monuments classiques, l’espace du sanctuaire était saturé de stèles inscrites de toute espèce (Holtzmann, 2003, p. 190-195) et d’offrandes sculptées, parfois pittoresques, comme le Cheval de Troie de Strongylion (D’Agostino, 2007), certaines assez célèbres pour avoir été copiées, comme la Suppliante Barberini, œuvre de Deinoménès d’Argos, dont cinq fragments de l’original sont désormais connus (Despinis, 2008). La tête méconnue d’une statue colossale a été attribuée dernièrement à l’Artémis Brauronia de Praxitèle, dont ce serait ainsi le seul fragment d’original conservé (Despinis, 1994 ; Pasquier, 2007b). Cependant, dès la seconde moitié du ive siècle, la sculpture votive traditionnelle (Keesling, 2005) est concurrencée par l’essor rapide (Keesling, 2007) des statues-portraits en bronze dédiées par la cité (Krumeich, 2007) ou par d’autres groupes sociaux pour honorer un personnage méritant, au point de dominer le paysage statuaire du sanctuaire à la fin de l’époque hellénistique : sur les quelque trois cents statues hono­ri­­fiques connues depuis le début du ive siècle, une centaine date du ier siècle avant J.-C. Cette politisation spectaculaire de l’espace sacré, attestée par les bases inscrites de statues presque toutes disparues, fait aujourd’hui l’objet d’une recherche intensive (Krumeich, Witschel, 2010). Pour l’époque impériale, la situation est différente : bon nombre de portraits en marbre ont survécu, la plupart mutilés (Dontas, 2004).

26De ce grouillement de statues, certaines assez éphémères, émergent quelques monuments plus ambitieux en rapport avec la dynastie attalide de Pergame, grande bienfaitrice d’Athènes au iie siècle : si deux statues colossales, réattribuées à Marc Antoine, ont disparu sans laisser de traces (Di Cesare, 2010), on a pu restituer avec certitude un pilier votif semblable à celui dressé devant les Propylées sur la terrasse inférieure nord, qui sera réat­tribué à Agrippa (Queyrel, 2003) : portant comme ce dernier un quadrige en bronze, il était situé à l’angle nord-est du Parthénon (Korrès, 2000) et sera réattribué, lui, à un empereur ­julio-claudien. Aussi bien les Attalides ont-ils été les seuls monarques hellénistiques autorisés à dresser dans le sanctuaire une offrande de prestige, appelée­ par les modernes « la petite offrande attalide » ou plus familièrement « les petits Galates », pour la distinguer de l’offrande­ dressée­ sur l’Acropole de Pergame. Cette offrande spectaculaire a fait dernièrement l’objet d’une publication nouvelle, à la lumière d’éléments de sa base identifiés par Manolis Korrès (Stewart, 2004) : d’après les mortaises creusées dans leur face supérieure pour les fixer, les nombreuses figures en bronze de cet ensemble formé de quatre groupes de combattants mesuraient environ les deux tiers de la taille naturelle.

Institutions financières et agonistiques

27Deux institutions importantes liées à l’Acropole ont bénéficié depuis une génération de l’intérêt général pour la gestion des sanctuaires d’une part, pour l’activité agonistique d’autre part.

28La gestion du sanctuaire est bien connue à partir de la remise en ordre financière dont témoigne le premier décret de Callias, en 434 (Marginesu, 2010). Les biens mobiliers de la déesse – parure de la statue de culte, mobilier cultuel et offrandes diverses – sont administrés par une commission annuelle de dix membres qui produit chaque année, à sa sortie de charge, un inventaire gravé sur une stèle de marbre de tous ces objets précieux, la plupart en or, argent et ivoire, conservés dans divers locaux à l’accès contrôlé (presque six cents dans le Parthénon). Ce système ayant été pratiqué jusqu’à la fin du ive siècle, ce sont environ cent trente très grandes stèles, dont on a retrouvé de très nombreux fragments (Harris, 1995), qui étaient exposées dans un endroit inconnu du sanctuaire.

29Les Panathénées, fête nationale des Athéniens, étaient elles aussi gérées par des commissions de dix membres : hiéropes pour les Petites Panathénées annuelles ; athlothètes pour les Grandes Panathénées, qui donnaient lieu, tous les quatre ans, à des concours très développés­ de type olympique, institués en 566, ouverts aussi aux Grecs non-Athéniens. Tous les aspects de cette fête complexe, qui culminait avec la procession aboutissant sur l’Acropole à la remise à la déesse de son nouveau péplos et à un sacrifice d’une centaine de vaches, ont été étudiés durant les dernières décennies (Goddess…, 1992 ; Neils, 1996). Un rassemblement de tous les testimonia littéraires et épigraphiques a permis de retracer l’histoire millénaire de l’institution, qui survécut encore quelque temps à l’interdiction des cultes païens, en 392 après J.-C. (Shear, 2001). Il est désormais établi (Mansfield, 1994) qu’il faut distinguer entre le péplos annuel tissé par les Ergastines, qui était porté par la statuette de culte d’Athèna Polias, et le péplos quadriennal, une grande tapisserie historiée tissée par des spécialistes, qui servait de voile au bateau traîné durant la première partie de la procession. Il est admis aussi que l’hécatombe, sacrifice de cent victimes, était un idéal que la com­mission d’organisation n’atteignait que rarement, soit par manque de crédits, soit faute de bétail (Rosivach, 1991). L’articulation générale des concours panathénaïques (Palagia, Choremi-Spetsieri, 2007) et, plus particulièrement, leur programme musical original (Kotsidu, 1991) sont bien connus. Quant aux amphores panathénaïques, les vases contenant l’huile offerte en prix aux vainqueurs des concours athlé­tiques et musicaux, leur forme et leur décor ont peu évolué entre 566 et le début du ier siècle avant J.-C. Sur les quelque cent trente-huit mille vases produits durant cette période, environ quatre cents ont été retrouvés (Bentz, 1998).

L’Acropole médiévale et moderne

30L’Acropole postantique se trouve dans la même situation documentaire que l’Acropole archaïque­ : ses vestiges sont minimes, les témoignages rares et peu précis. C’est que pendant tout le xixe siècle, on s’est efforcé d’en faire disparaître les traces, au profit de l’état classique : Heinrich Schliemann, en 1875, finança la démolition de son élément le plus spectaculaire, la haute tour médiévale faite de blocs antiques remployés. Quelques études récentes ont cependant retracé les étapes de cette longue histoire (Holtzmann, 2003, p. 241-273). La période byzantine (viie-xiie siècle) est connue surtout grâce au Parthénon, trans­formé en église de la Vierge (Kardellis, 2009) au prix d’une inversion qui a mutilé la façade est (Pollini, 2007), tandis que la période franque (xiiie-xve siècle) l’est grâce aux Propylées, transformés en château-fort des ducs d’Athènes (Tanoulas, 1997).

31Avec la domination turque (1456-1833) commence le temps des voyageurs occidentaux, très peu nombreux et mal renseignés jusqu’à la fin du xviie siècle. Le séjour à Athènes que fait en 1674 le marquis de Nointel, ambassadeur de Louis XIV auprès de la Sublime Porte, reste une étape importante dans la reconnaissance de l’Acropole, devenue une citadelle interdite aux étrangers. Les dessins du décor sculpté du Parthénon que réalise avec une longue-vue l’un des deux peintres qui accompagnent l’ambassadeur constituent l’unique témoignage précis antérieur à la catastrophe de 1687 ; c’est donc sur eux que reposent toutes les attributions de fragments errants de ce décor, notamment la reconstitution des métopes centrales du côté sud. Ces dessins, conservés à la Bibliothèque nationale de France (BNF), continuent à être désignés sous le nom de « dessins de Carrey », bien que l’historien Albert Vandal ait prouvé dès 1900, dans sa biographie du marquis de Nointel, qu’ils ne pouvaient être l’œuvre de ce peintre originaire de Troyes et que Charles Picard, dans tous ses écrits sur le Parthénon, l’ait appelé plus justement l’Anonyme de Nointel. Or cet anonymat vient d’être levé avec certitude (De Rycke, 2007) : ces dessins ont été réalisés par Arnould de Vuez, jeune peintre originaire de Saint-Omer qui a fait ensuite carrière à Lille, ce qui explique les quelques annotations en flamand qui figurent sur ses dessins.

32Treize ans plus tard, le 26 septembre 1687, l’artillerie de Morosini (Sacconi, 1991), dirigée par des officiers français et allemands, faisait du Parthénon une ruine béante exposée à toutes les déprédations (Explosion, 1990), qui culmi­neront avec l’entreprise de lord Elgin, ambassadeur d’Angleterre et membre de la Société des Dilettanti. Les travaux entrepris par Alessia Zambon sur le fonds Fauvel de la BNF, très peu exploité jusqu’ici, éclaireront le rôle exact de cet agent artistique du comte de Choiseul-Gouffier, ambassadeur de France établi depuis 1786 à Athènes, qui allait devenir le meilleur connaisseur des antiquités d’Athènes et le principal adversaire de l’équipe patronnée par lord Elgin.

33La question épineuse du retour éventuel à Athènes des « marbres Elgin » du Parthénon, relancée avec éclat en 1982 par Mélina Mercouri, alors ministre de la Culture de Grèce, a provoqué nombre de publications, les unes documentaires et historiques, les autres plus engagées, voire polémiques. Par-delà l’ouvrage qui donne l’information de base (Clair, 1998), des sources documentaires inédites ou tombées dans l’oubli ont été étudiées, comme les dossiers de dessins et de correspondance de lord Elgin conservés au British Museum (Gallo, 2009) ; les papiers de Lusieri, agent d’Elgin à Athènes jusqu’en 1821, conservés à Broomhall, le château d’Elgin en Écosse (Williams, 2002) ; les relevés faits pour Elgin par l’architecte sicilien Sebastiano Ittar (Buscemi, 2008). La controverse elle-même reste vive (King, 2006 ; Hitchens, 2008) même après l’inauguration du nouveau musée de l’Acropole, qui ôte un argument pratique important aux tenants de leur non-restitution : il y a désormais à Athènes un musée destiné à ­accueillir dignement cet ensemble. Un petit fragment de la frise des Panathénées a d’ailleurs été rendu par l’université de Heidelberg en 2006 (Nostoi), un autre par le Vatican.

Le nouveau musée et la fin des restaurations

34Après une très difficile et longue gestation marquée par quatre concours d’architecture et une construction retardée par des batailles juridiques d’arrière-garde, le nouveau musée de l’Acropole, situé au bas de son versant sud, a ouvert ses portes en juin 2009. Une politique généreuse d’horaires et de prix a contribué à en faire un succès populaire : il a accueilli 1,3 million de visiteurs en 2010, bien plus que l’Acropole elle-même. À ce bâtiment original conçu par Bernard Tschumi (Tschumi, 2009), qui a poussé à l’extrême la volonté­ de faire bénéficier toutes les œuvres de la lumière naturelle, les critiques, surtout locales, n’ont pas manqué : inadéquation du site, du bâtiment, de la présentation… Il n’en reste pas moins qu’avec ses quatorze mille mètres carrés d’exposition, soit dix fois plus que l’ancien musée blotti dans l’angle sud-est du site, ce bâtiment d’une monumentalité très retenue a permis de recomposer des ensembles jusqu’ici disjoints, de déployer la sculpture votive archaïque dans l’espace au lieu de la plaquer contre des murs, de faire revenir du Musée national des docu­ments essentiels – inscriptions, vases et petits bronzes – qui donnent une idée plus juste de ce qu’était le sanctuaire antique (Holtzmann, 2010 ; Caskey, 2011).

35Dans le bilan très succinct des travaux de restauration entrepris depuis trente ans sur l’Acropole, Maria Ioannidou (Ioannidou, 2005), leur directrice jusqu’en 2011, a fourni un tableau très complet du calendrier des interventions déjà planifiées par des études préliminaires : il s’étend jusqu’à l’année 2020, à moins que la dureté des temps ne provoque un ralentissement, leur financement n’étant assuré que jusqu’en 2013, en grande partie par des fonds de l’Union européenne.

36Les trois interventions qui ont dominé la décennie 2000-2010 (Ioannidou, 2010) – sur la colonnade nord du Parthénon, le passage central des Propylées et le temple d’Athèna Nikè – étant terminées, les seuls travaux d’envergure concernent désormais le Parthénon, où la restauration du côté ouest a nécessité l’implantation d’un socle en béton pour la grue mobile établie précédemment du côté nord. Alors que le dépôt de toutes les métopes ouest était initialement prévu, comme du côté est, ce qui aurait entraîné le démontage de tout le fronton, jamais touché jusqu’ici, il a été décidé de s’en tenir aux angles, de manière à pouvoir déposer aussi les deux premières métopes des côtés nord et sud, qui, n’ayant pas été martelées par les Chrétiens, méritent particulièrement d’être mises à l’abri. De ce côté, la tâche la plus délicate sera de remplacer le linteau en béton de la porte ouest par un linteau en marbre, dont les blocs étaient les plus massifs du Parthénon. Après quoi, il restera à compléter dans la mesure du possible la colonnade sud et les murs nord et sud, ce qui mènera probablement au-delà de 2020.

37Ces travaux amélioreront certainement la résistance du bâtiment et son aspect, mais apporteront peu de connaissances nouvelles. Il n’en va pas de même de l’étude en cours des sept cent quarante mètres de murailles extérieures tardives (Manidaki, 2006), où les remplois antiques sont nombreux. Certains, particulièrement flagrants, ont déjà été identi­fiés, mais il en reste certainement beaucoup à découvrir. Après l’inventaire, maintenant achevé, des blocs errants, c’est le dernier gisement d’informations sur l’Acropole antique qui reste à exploiter.

38Tous ces travaux, menés avec les techniques les plus avancées et la déontologie la plus stricte, contribuent à maintenir l’Acropole dans l’actualité et à soutenir les études qui la concernent­, au moment même où la place de l’Antiquité classique dans la civilisation européenne s’amenuise inexorablement. Sans doute ne s’est-on jamais autant ni si bien occupé de l’Acropole, mais nous exalte-t-elle encore, comme elle le faisait jadis, quand on l’aimait – parce qu’on la connaissait moins ? Il faut en prendre son parti, à chaque époque son Acropole : d’abord esthétique, puis politique, et maintenant technique…

Haut de page

Bibliographie

– Becker, 2004 : Thomas Becker, Griechische Stufenanlagen, Münster, 2004, p. 271-275.

– Bentz, 1998 : Martin Bentz, Panathenäische Preisamphoren: eine athenische Vasengattung und ihre Funktion­ vom 6. bis zum 4. Jahr­hundert v. Chr., Bâle, 1998.

– Berger, 1984a : Ernst Berger éd., Parthenon-Kongress, (colloque, Bâle, 1982), Mayence, 1984.

– Berger, 1984b : Ernst Berger, « Zum Mass- und Proportions­system des Parthenon – ein Nachwort zur Diskussion des Bauentwurfes », dans Berger, 1984a, p. 119-174.

– Berger, 1986 : Ernst Berger, Der Parthenon in Basel: Dokumentation zu den Metopen, Mayence, 1986.

– Berger, Gisler-Huwiler, 1996 : Ernst Berger, Madeleine Gisler-Huwiler, Der Parthenon in Basel: Dokumentation zum Fries, Mayence, 1996.

– Beschi, 1995 : Luigi Beschi, « La testa Laborde nel suo contesto partenonico: una proposta », dans Rendiconti dell’Academia, 1995, p. 491-512.

– Brinkmann, 2003 : Vinzenz Brinkmann, Die Polychromie der ­archaischen und frühklassischen Skulptur, Munich, 2003.

– Brommer, 1979 : Frank Brommer, Die Parthenon-Skulpturen: Metopen, Fries, Giebel, Mayence, 1979.

– Brouskari, 1974 : Maria Brouskari, Musée de l’Acropole : catalogue descriptif, Athènes, 1975.

– Brouskari, 1999 : Maria Brouskari, « Τὸ θωράκιο τοῦ ναοῦ τῆς Ἀθηνᾶς Νικῆς », dans Archaiologike Ephemeris, 137, 1998, p. 1-268.

– Buitron-Oliver, 1997 : Diana Buitron-Oliver éd., The Interpretation of Architectural Sculpture in Greece and Rome, (Studies in History of Art, 49), (colloque, Washington, 1993), Washington/Hanover (NH), 1997.

– Bundgaard, 1974 : Jens Bund­gaard éd., The Excavation of the Athenian Acropolis 1882-1890: the Original Drawings Edited from the Papers of Georg Kawerau, 2 vol. , ­Copenhague, 1974.

– Burden, 2000 : Jeffrey Christopher Burden, Athens, Remade in the Age of Augustus: a Study of the ­Architects and Craftsmen at Work, Ann Arbor, 2000, p. 31-75.

– Buscemi, 2008 : Francesca ­Buscemi, L’Atene antica di Sebastiano ­Ittar, Palerme, 2008.

   

– Caskey, 2011 : Miriam Caskey, « Perceptions of the New Acropolis Museum », dans American Journal of Archaeology, 115, 2011, publié en ligne: http:/www.ajaonline.org/online-review-museum/911.

– Christopoulos, 1992 : Ménélaos Christopoulos, « ῎Οργια ἀπόρρητα: quelques remarques sur les rites des Plyntéries », dans Kernos, 5, 1992, p. 27-39.

– Clair, 1998 : William Saint Clair, Lord Elgin and the Marbles: the Contro­versial History of the Parthenon, Londres, (1967) 1998.

   

– D’Agostino, 2007 : Bruno D’Agostino, « The Trojan Horse », dans Annali dell‘Istituto Universitario Orientale di Napoli: seminario di studi del mondo classico, Sezione di archeologia e storia antica, 13-14, 2007, p. 185-196.

– Delivorrias, Mavrommatis, 2004 : Angelos Delivorrias, Sokratis Mavrommatis, The Parthenon Frieze: problems, challenges, inter­pretations, Athènes, 2004.

– De Rycke, 2007 : Jean-Pierre De Rycke, « Arnould de Vuez, auteur des dessins du Parthénon attribués à Carrey », dans Bulletin de correspondance hellénique, 131, 2007, p. 721-753.

– Despinis, 1982 : Giorgos Despinis­, Παρθενώνεια, Athènes, 1982.

– Despinis, 1994 : Giorgos Despinis, « Neues zu einem alten Fund », dans Mitteilungen des Deutschen Archäo­logischen Instituts, Athenische Abteilung, 109, 1994, p. 173-198.

– Despinis, 2008 : Giorgos Despinis­, « Klassische Skulp­turen von der Athener Akropolis », dans Mitteilungen des Deutschen Archäo­logischen Instituts, Athenische Abteilung­, 123, 2008, p. 238-268.

– Di Cesare, 2004 : Riccardo Di Cesare, « La storia murata. Note sul significato del riutilizzo di materiali architettonici nel muro di cinta dell’ Acropoli di Atene », dans Quaderni Ticinesi di Numismatica e Antichità classiche, 33, 2004, p. 99-134.

– Di Cesare, 2010 : Riccardo Di Cesare, « L’Acropoli dall’ellenismo all’impero ‘umanistico’. Aspetti poli­tici di monumenti », dans Krumeich­, Witschel, 2010, p. 233-250.

– Dinsmoor Jr., 1980 : William B. Dinsmoor Jr, The Propylaia of the Athenian Akropolis, I, The Prede­cessors, Princeton, 1980.

Dinsmoor Jr., 2004 : William B. Dinsmoor Jr., The Propylaia to the Athenian Akropolis, II, The Classical Building, Princeton, 2004.

– Dontas, 2004 : Georgos Dontas, Les Portraits attiques au Musée de l’Acropole, Athènes, 2004.

   

– Economakis, 1994 : Richard Economakis éd., Acropolis Resto­ration: the CCAM Interventions, Londres, 1994.

– Englezos, 2007 : Dimitrios N. Englezos, « Protective filling of ancient monuments. The case of the Arrhephorion on the Athenian­ Acropolis », dans The Acropolis Resto­ration News, 7, 2007, p. 19-23, publié en ligne: www.ysma.gr/static/files/Newsletter_7_eng.pdf.

– Explosion, 1990 : Die Explosion des Parthenon, Hayo Heinrich, Elke Goemann éd., (cat. expo., Berlin-Charlottenburg, Antikenmuseum, 1990), Berlin, 1990.

   

– Filetici, 2003 : Maria Gracia Filetici éd., I restauri dell’Acropoli di Atene 1975-2003: Restoration of the Athenian Acropolis 1975-2003, Rome, 2003.

   

– Gallo, 2009 : Luciana Gallo, Lord Elgin and Ancient Architecture: The Elgin ­Drawings of the British Museum, Cambridge, 2009.

– Gill, 2001 : David W.J. Gill, « The Decision to build the Temple of Athena­ Nike (IG I3 35) », dans Historia­, 50, 2001, p. 259-278.

– Giovannini, 1990 : Adalberto Giovannini, « Le Parthénon, le trésor d’Athènes et le tribut des Alliés », dans Historia, 39, 1990, p. 129-148.

– Giovannini, 1997 : Adalberto Giovannini, « La participation des Alliés au financement du Parthénon­ : aparchè ou tribut ? », dans Historia, 46, 1997, p. 145-157.

– Giraud, 1994 : Demosthenes Giraud, Μελέτη αποκαταστάσεως του ναού της Αθηνάς Νικής, Athènes, 1994.

– Goddess…,1992 : Goddess and Polis: The Panathenaic Festival in Ancient Athens, Jenifer­ Neils éd., (cat. expo., Hood Museum of Art, Hanover, 1992), Princeton, 1992.

   

– Hadziaslani, 1992 : Cornelia Hadziaslani, « Educational Programmes on the Athenian Acropolis », dans Economakis­, 1994, p. 92-99.

– Harris, 1995 : Diane Harris, The Trea­sures of the Parthenon and Erechtheion, Oxford, 1995.

– Haselberger, 2005 : Lothar Haselberger­: « Bending the Truth: Curvature and other Refinements of the Parthenon­ », dans Neils, 2005, p. 101-157.

– Hitchens, 2008 : Christopher Hitchens, The Parthenon Marbles: the Case for Reunification, 3e éd., Londres, 2008.

– Hoepfner, 1997 : Wolfram Hoepfner éd., Kult und Kultbauten auf der Akropolis, (colloque, Berlin, 1995), Berlin, 1997.

– Holtzmann, 2003 : Bernard Holtz­mann­, L’Acropole d’Athènes: monuments, cultes et histoire du sanctuaire d’Athèna­ Polias, Paris, 2003.

– Holtzmann, 2007 : Bernard Holtzmann, compte-rendu de Dinsmoor, 2004, dans TOΠΟΙ, 15, p. 567-572.

– Holtzmann, 2010 : Bernard Holtzmann, « Le nouveau Musée de l’Acropole », dans Revue archéologique 2010, p. 321-332.

– Holtzmann, à paraître : Bernard Holtzmann, « Statues de culte et figures­ associées d’Athéna sur l’Acropole d’Athènes », dans Sylvia Estienne, Francis­ Prost éd., Construire le divin en images, Rennes, à paraître.

– Hurwit, 1989 : Jeffrey M. Hurwit, « The Kritios Boy: Discovery, Reconstruction and Date », dans American ­Journal of Archaeology, 93, 1989, p. 41-80.

– Hurwit, 1999 : Jeffrey M. Hurwit, The Athenian Acropolis: History, Mythology, and Archaeology from the Neolithic Era to the Present, Cambridge, 1999.

   

– Ioannidou, 2005 : Maria Ioannidou, « 30 χρόνια αναστηλωτικές επεμβάσεις στα μνημεία της ακρόπολης », dans Athemion, 13, 2005, p. 19-22.

– Ioannidou, 2010 : Maria Ioannidou, « 2009-2010, Progress in the works of restoration on the Acropolis », dans The Acropolis Restoration News, 10, 2010, p. 59-64, publié en ligne: http://www.ysma.gr/static/files/Newsletter_10_eng.pdf.

– Ioannidou, Lembidaki, 2011 : Maria Ioannidou­, Evi Lembidaki, The Restoration of the Athenian Acropolis, 2e éd., Athènes, 2011.

   

– Jacob, 2011 : Raphaël Jacob, « Note de sculpture archaïque : raccords récents au Musée de l’Acropole », dans Bulletin de correspondance hellénique, 135, 2011.

– Jenkins, 1994 : Ian Jenkins, The Parthenon­ Frieze, Londres, 1994.

– Jenkins, 2007 : Ian Jenkins, The Parthenon­ Sculptures in the British Museum, Londres, 2007.

   

– Karakasi, 2001 : Katerina Karakasi, Archaische Koren, Munich, 2001.

– Kardellis, 2009 : Anthony Kardellis, The Christian Parthenon: Classicism and Pilgrimage in Byzantine Athens, Cambridge, 2009.

– Keesling, 2003 : Catherine M. Keesling­, The votive statues of the Athenian Acropolis, Cambridge, 2003.

– Keesling, 2005 : Catherine M. Keesling­, « Patrons of Athenian Votive Monuments of the Archaic and Clas­sical Periods », dans Hesperia: Journal of the American School of Classical Studies at Athens­, 74, 2005, p. 395-426.

– Keesling, 2007 : Catherine M. Keesling­, « Early Hellenistic Portrait Statues on the Athenian Acropolis – Sur­vival, Reuse, Transformation », dans Peter­ Schultz, Ralf von den Hoff éd., Early Hellenistic Portraiture, Cambridge, 2007, p. 141-160.

– King, 2006 : Dorothy King, The Elgin Marbles, Londres 2006.

– Kissas, 2000 : Konstantin Kissas, Die attischen Statuen- und Stelenbasen archai­scher Zeit, Bonn, 2000.

– Kissas, 2008 : Konstantin Kissas, Archai­sche Architektur der Athener Akro­polis, Wiesbaden, 2008.

– Klein, 1991 : Nancy L. Klein, « A Reconsideration of the Small Poros Buildings on the Athenian Acropolis », dans American Journal of Archaeology, 95, 1991, p. 335.

– Korrès, 1984 : Manolis Korrès, « Der Pronaos und die Fenster des Par­thenon », dans Parthenon-Kongress, 1984, p. 47-74 et 370-371.

– Korrès, 1994 : Manolis Korrès, « Der Plan des Parthenon », dans Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Athenische Abteilung, 109, 1994, p. 53-120, pl. 18-24.

– Korrès, 1997 : Manolis Korrès, « Die Athena-Tempel auf der Akropolis », dans Hoepfner, 1997, p. 218-241.

– Korrès, 1998 : Manolis Korrès, « An early Attic Ionic capital and the Kecropion­ of the Athens Acropolis », dans Essays on Greek Art in honour of John Boardman, Oxford 1998, p. 95-107.

– Korrès, 2000 : Manolis Korrès, « Αναθηματικά και τιμητικά τέθριππα στην Αθήνα και τους Δελφούς », dans Anne Jacquemin­, Delphes cent ans après la grande fouille: essai de bilan, (Bulletin de Correspondance Hellénique, 36), Athènes, 2000, p. 314-325.

– Korrès, 2004 : Manolis Korrès, dans Stewart, 2004, p. 274-278.

– Korrès, 2008 : Manolis Korrès, « Archi­tettura classica ateniese », dans XLVII Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Tarente, 2008, p. 17-46.

– Kotsidu, 1991 : Haritini Kotsidu, Die musischen Agone der Panathenäen in archai­scher und klassischer Zeit, Munich, 1991.

– Krumeich, 2007 : Ralf Krumeich, « Ehrenstatuen als Weihgeschenke auf der Athener Akropolis. Staatliche Ehrun­gen in religiösem Kontext », dans Christian Frevel, Henner von Hesberg éd., Kult und Kommunikation, Wiesbaden, 2007, p. 381-413.

– Krumeich, Witschel, 2010 : Ralf Krumeich­, Christian Witschel, Die Akropolis von Athen im Hellenismus und in der römischen Kaiserzeit, Wiesbaden, 2010.

   

– La Follette 1986 : Lætitia La Follette, « The Chalkotheke on the Athenian Akropolis », dans Hesperia: Journal of the American School of Classical Studies at Athens­, 55, 1986, p. 75-87, pl. 20-24.

– Lambrinoudakis, 1999 : Vassilis Lambri­noudakis, « Le mur de l’enceinte classique de l’Acropole d’Athènes et son rôle de péribole », dans Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres de Paris, 1999, p. 551-561.

– Lapatin, 2001 : Kenneth D.S. Lapatin, Chryselephantine Statuary in the Ancient Mediterranean World, Oxford, 2001.

– Lauter, 1976 : Hans Lauter, Die Koren des Erechtheion, (Antike Plastik, 16), Berlin, 1976.

– Leibundgut, 1991 : Annalis Leibundgut­, Künstlerische Form und konservative Tendenzen­ nach Perikles: ein Stilpluralismus im 5. Jahrhundert v. Chr.?, Mayence, 1991.

– Leipen, 1971 : Neda Leipen, Athena Parthenos: A Reconstruction, Toronto, 1971.

– Lindenlauf, 1997 : Astrid Lindenlauf, « Der Perserschutt der Athener Akro­polis », dans Hoepfner, 1997, p. 46-115.

   

– Mallouchou-Tufano, 2006 : Fani Mallouchou-Tufano, « Thirty years of anastylosis works on the Athenian Acropolis 1975-2005 » dans The Journal for Conservation and Management of Archaeo­logical Sites, 8/1, 2006, p. 27-38.

– Manidaki, 2006 : Vasileia Manidaki, « The Circuit Wall of the Acropolis: docu­mentary works and studies », dans The Acropolis Restoration News, 6, 2006, p. 23-26, publié en ligne: www.ysma.gr/static/files/Newsletter_6_eng.pdf.

– Mansfield, 1994 : John M. Mansfield, The Robe of Athena and the Panathenaic Peplos­, Ann Arbor, 1994.

– Mantis, 1997 : Alexandros Mantis, « Parthenon Central South Metopes: New Evidence », dans Buitron-Oliver, 1997, p. 66-81.

– Marginesu, 2010: Giovanni Marginesu­, Gli epistati dell’Acropoli. Edilizia sacra nella città di Pericle, 447/446-433/432, Athènes, 2010.

– Mark, 1993 : Ira S. Mark, The Sanctuary of Athena Nike in Athens: Architectural Stages and Chronology, Princeton, 1999.

– Mavrommatis, 2002 : Socrates Ma­vrommatis, Photographs 1975-2005: from the Works on the Athenian Acropolis, Athènes, 2002.

– McGowan, 1997 : Elisabeth P. McGowan, « The Origins of the Athenian Ionic Capital », dans Hesperia: Journal­ of the American School of Classical Studies at Athens, 66, 1997, p. 209-233.

– Monaco, 2008 : Maria-Chiara Monaco­, « Un Acropoli per l’Impero: l’Aparche per la dea come premessa al programma pericleo », dans XLVII Convegno­ di Studi sulla Magna Grecia, Tarente­, 2008, p. 61-92.

– Mountjoy, 1995 : Penelope A. Mountjoy­, Mycenaean Athens, Göteborg, 1995.

   

– Neils, 1996 : Jenifer Neils éd., Wor­shipping Athena: Panathenaia & Parthenon, Madison, 1996.

– Neils, 2001 : Jenifer Neils, The Par­thenon Frieze, Cambridge, 2001.

– Neils, 2005 : Jenifer Neils éd., The Parthenon from Antiquity to Modern Times, Cambridge, 2005.

– Nick, 2002 : Gabriele Nick, Die Athena Parthenos: Studien zum griechischen Kultbild und seiner Rezeption, Mayence, 2002.

– Nostoi, 2008 : Nostoi: Επαναπατρισθέντα αριστουργήματα, Vivi Vasilopoulou éd., (cat. expo., Athènes, Nouveau Musée de l’Acropole, 2008), Athènes, 2008.

   

– Orlandos, 1976-1978 : Anastasios Orlandos­, ἀρχιτεκτονικὴ τοῦ Παρθενῶνος, Athènes, 1976-1978.

   

– Palagia, 1993 : Olga Palagia, The Pediments of the Parthenon, Leyde, 1993.

– Palagia, Choremi-Spetsieri, 2007 : Olga Palagia, Alkesti Choremi-Spetsieri éd., The Panathenaic Games, Oxford, 2007.

– Pasquier, 2007a : Alain Pasquier, « La ‘Tête Laborde’ rendue à elle-même », dans Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres de Paris, 2007, p. 125-140.

– Pasquier, 2007b : Alain Pasquier, « Praxitèle aujourd’hui ? La question des originaux », dans Praxitèle, Alain Pasquier, Jean-Luc Martinez éd., (cat. expo., Paris, Musée du Louvre, 2007), Paris, 2007, p. 103-104 et 126-127.

– Pentélique..., 1995 : Du Pentélique au Parthénon, Manolis Korrès éd., (cat. expo., Paris, Fondation pour la culture hellénique­, 1995), Paris, 1995.

 Platt, 2011 : Verity Platt, Facing the Gods, Epiphany and Represen­tation in Greco-Roman Art, Literature and Religion,Cambridge, 2011.

– Pollini, 2007 : John Pollini: « Christian­ desecration and mutilation of the Par­thenon », dans Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts: Athenische Ab­teilung, 122, 2007, p. 207-228, pl. 27-34.

– Pollitt, 1997 : Jerome J. Pollitt: « The Meaning of the Parthenon Frieze », dans Buitron-Oliver, 1997, p. 51-65.

– Pope, 2000 : Spencer A. Pope, « Financing and Design: the Development of the Par­thenon Program and the Parthenon Building Accounts », dans R. Ross Holloway éd., Miscellanea Mediterranea, (Archaeologia transatlantica, 18), Providence, 2000, p. 61-69.

   

– Queyrel, 2003 : François Queyrel, Les Portraits des Attalides, Athènes, 2003, p. 299-308.

– Queyrel, 2008 : François Queyrel, Le Parthénon : histoire d’un monument, Paris, 2008.

   

– Restoration, 1977, 1985, 1990, 1995, 2002 : Proceedings of the 1st, 2nd, 3rd, 4th, 5th International Meeting for the Restoration of the Acropolis Monuments, Athènes, 1977, 1985, 1990, 1995, 2002.

– Robertson, 2004 : Noel Robertson, « The Praxiergidae Decree (IG3, 7) and the Dressing of Athena’s Statue with the Peplos », dans Greek, Roman and Byzantine Studies, 44, 2004, p. 111-161.

– Rosivach, 1991 : Vincent J. Rosivach, « IG II334 and the Panathenaic Heka­tomb », dans La parola del passato, 46, 1991, p. 430-442.

   

– Sacconi, 1991 : Antonella Sacconi, L’avventura archeologica di Francesco ­Morosini ad Atene (1687-1688), Rome, 1991.

– Santi, 2010 : Fabrizio Santi, I frontoni arcaici dell’acropoli di Atene, Rome, 2010.

– Schäfer, 1998 : Thomas Schäfer­, « Spolia et signa. Baupolitik und Reichskultur nach dem Parthererfolg des Augustus », dans Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, 1998, p. 43-67.

– Schmaltz, 2009 : Bernhard Schmaltz, « Die Kore Akropolismuseum inv. 682: Versuch einer Rekonstruktion », dans Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts­, 124, 2009, p. 75-134.

– Schneider, Höcker, 2001 : Lambert Schneider, Christoph Höcker, Die Akropolis von Athen: eine Kunst- und Kultur­geschichte, Darmstadt 2001.

– Scholl, 1995 : Andreas Scholl, « Χοηφόροι. Zur Deutung der Korenhalle­ des Erechtheion », dans Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts,110, p. 179-212.

– Scholl, 2006 : Andreas Scholl, « ναθήματα τῶν Ἀρχαίων: Die Akro­polisvotive aus dem 8. bis frühen 6. Jahrhundert v. Chr. und die Staatswerdung­ Athens », dans Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts, 121, 2006, p. 1-173.

– Schulze, 2004 : Barbara Schulze, Die Votivtafeln der archaischen und klassischen Zeit von der Athener Akropolis, Möhnsee, 2004.

– Shear, 2001 : Julia Louise Shear, Polis and Panathenaia: The History and Development of Athena’s Festival, Ann Arbor, 2001.

– Sonntagbauer, 1998 : Wolfgang Sonntagbauer, « Zum Grundriss des Parthenon », dans Jahreshefte des Oesterreichischen Archäo­logischen Instituts, 67, 1998, p. 133-169.

– Steskal, 2004 : Martin Steskal, Der Zerstörungsbefund 480/479 der Athener Akropolis, Hambourg, 2004.

– Stewart, 2004 : Andrew Stewart, Attalos­: Athens and the Acropolis, ­Cambridge, 2004.

– Stewart, 2008 : Andrew Stewart, « The Persian and Carthaginian Invasions of 480 B.C.E. and the Beginning of the Classical Style: Part 1, The Strati­graphy, Chrono­logy, and Significance of the Acropolis Deposits », dans American Journal of Archaeo­logy, 112, 2008, p. 377-412.

– Stieber, 2004 : Mary Stieber, The Poetics of Appearance in the Attic Corai, Austin, 2004.

   

– Tanoulas, 1992 : Tasos Tanoulas, « Structural Relations between the Propylea and the North-West Building of the Athenian Acropolis », dans AM, 107, 1992, p. 199-215.

– Tanoulas, 1994 : Tasos Tanoulas, « The Restoration of the Propylaea », dans Resto­ration of the Acropolis, 1994, p. 150-167.

– Tanoulas, 1997 : Tasos Tanoulas, Τὰ Προπύλαια τῆς ἀθηναϊκῆς Ἀκρόπολης κατὰ τὸν Μεσαίωνα, 2 vol. , Athènes, 1997.

– Tanoulas, 2006 : Tasos Tanoulas, « The modern marble copies of the Ionic column capitals of the Propylaia », dans The Acropolis Restoration News, 6, 2006, p. 2-3, publié en ligne: www.ysma.gr/static/files/Newsletter_6_eng.pdf.

– Tournikiotis, 1994 : Panayotis Tournikiotis­ éd., The Parthenon and its Impact­ in Modern Times, Athènes, 1994.

– Τrιanti, 1998 : Ismeni Trianti, To Mouσείo Ακροπόλεως, Athènes, 1998.

– Trianti, 2012 : Ιsmeni Trianti: « Νέα από τη ζωφόρο του Ερεχθείου », dans Anthemion, 22, 2012, p. 11-20.

– Tschumi, 2009 : Bernard Tschumi Archi­tects, The New Acropolis Museum, New York, 2009.

   

– Vlassopoulou, 2003 : Christina Vlassopoulou­, Αττικοί ανάγλυφοι πίνακες της αρχαϊκής εποχής, Athènes 2003.

– Vlassopoulou, 2011 : Christina Vlasso­poulou, « La double offrande de Lysias et Evarchis recomposée au Musée de l’Acropole », dans Bulletin de corres­pondance hellénique, 135, 2011.

   

– Williams, 2002 : Dyfri Williams, « ‘Of publick utility and publick property’: Lord Elgin and the Parthenon Sculptures », dans Athena Tsingarida, Donna Kurtz éd., Appropriating Antiquity: saisir l’Antique, Bruxelles, 2002, p. 103-164.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Holtzmann, « L’Acropole d’Athènes en chantier : restaurations et études depuis 1975 », Perspective, 2 | 2012, 263-281.

Référence électronique

Bernard Holtzmann, « L’Acropole d’Athènes en chantier : restaurations et études depuis 1975 », Perspective [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://perspective.revues.org/128

Haut de page

Auteur

Bernard Holtzmann

Ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm) et ancien membre de l’École française d’Athènes, professeur émérite d’archéologie grecque, Bernard Holtzmann a participé aux fouilles de Thasos, dont il étudie la sculpture. Il est aussi l’auteur d’un ouvrage de synthèse et de plusieurs articles concernant l’Acropole d’Athènes.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org