Navigation – Plan du site
Débats

Museum ad nauseam ? Des musées dans le labyrinthe postmoderne

Serge Guilbaut
Traduction de Isabelle Dubois
p. 13-26
Cet article est une traduction de :
Museum ad nauseam? Museums in the post-modern labyrinth

Ndlr

Ce texte a fait l’objet d’une conférence qui a eu lieu le 5 novembre 2014 à l’INHA. Il a été traduit par Isabelle Dubois.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Concernant la Nouvelle Histoire

Aperçu du texte

En 1956, alors que la France commençait juste à profiter des avantages de la société de consommation, Charles Estienne, critique d’art reconnu et influent, qui défendait les formes les plus avancées de l’art moderne, décida de mettre fin définitivement à sa carrière dans le monde de l’art pour se consacrer à l’écriture de chansons populaires, en particulier pour son ami anarchiste Léo Ferré, et devint rapidement l’incarnation de la chanson à textes française.

Pour justifier un changement d’orientation aussi radical, Estienne, qui avait longtemps cru que la critique d’art était essentielle pour le développement d’une prise de conscience du public, expliquait que, face à la perte de sens progressive de la critique, souvent liée de trop près au marché de l’art et à la politique, il était alors d’un point de vue éthique préférable de prendre ses distances, tout en fredonnant une de ses propres ballades. Les espoirs et les aspirations qu’Estienne avait portés depuis la guerre s’étaient fr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Guilbaut, « Museum ad nauseam ? Des musées dans le labyrinthe postmoderne », Perspective, 2 | 2015, 13-26.

Référence électronique

Serge Guilbaut, « Museum ad nauseam ? Des musées dans le labyrinthe postmoderne », Perspective [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://perspective.revues.org/6146 ; DOI : 10.4000/perspective.6146

Haut de page

Auteur

Serge Guilbaut

Serge Guilbaut est professeur émérite d’histoire de l’art à l’University of British Columbia à Vancouver. Il a écrit sur l’art moderne et contemporain et, en particulier, sur les relations culturelles et politiques entre les États-Unis et la France. Outre de nombreuses publications (dont How New York Stole the Idea of Modern Art: Abstract Expressionism, Freedom and the Cold War, Chicago, 1983 ; traduit en cinq langues) et des expositions dont il a été le commissaire (Théodore Géricault: The Alien Body, Tradition in Chaos, Vancouver, 1997 ; et Be-Bomb: The Transatlantic War of Images and All That Jazz, 1946-1956, Barcelone, 2007), il a participé en tant qu’artiste à plusieurs expositions, dont une rétrospective à Vancouver en 2012 intitulée Retro- Perspective (art et performances de 1965 à 2012).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org