Navigation – Plan du site
Travaux

Des guerres culturelles à la guerre civile : les instituts de recherche en histoire de l’art aux États-Unis

From the culture wars to a civil war: institutes of art-historical research in the United States
Von den Kulturkriegen zum Bürgerkrieg: Forschungsinstitute der Kunstgeschichte in den USA
Dalle guerre culturali alla guerra civile: gli istituti di ricerca di storia dell’arte negli Stati Uniti
De las guerras culturales a la guerra civil: los institutos de investigación en historia del arte en los Estados Unidos
Elizabeth Mansfield
Traduction de Géraldine Bretault
p. 65-80
Cet article est une traduction de :
From the culture wars to a civil war: institutes of art-historical research in the United States

Résumés

Durant le dernier quart du xxe siècle, le nombre des instituts américains de recherche en histoire de l’art n’a cessé de s’étendre. Cette coïncidence historique a exercé une influence majeure sur l’évolution de la discipline, en autorisant les historiens de l’art à poursuivre des projets de recherche ambitieux, alors même que les conditions économiques et sociales aux États-Unis limitaient le soutien public en faveur de la recherche sur les humanités. Toutefois, les chercheurs en arts visuels n’ont pas tous bénéficié à égale mesure de ces nouvelles institutions. Les chercheurs d’Amérique et d’Europe de l’Ouest ont reçu la plus large part de ce soutien financier, surtout au moment de leur création. Par ailleurs, les travaux dédiés aux œuvres d’art canonique de l’Europe de l’Ouest et de la Méditerranée se sont taillé la part du lion en récoltant l’essentiel des bourses au cours des premières années de cette expansion. La culture visuelle et la recherche sur l’art contemporain se sont trouvées pratiquement exclues à l’origine, de même que les chercheurs travaillant en dehors du courant académique dominant en Europe et en Amérique. Ces tendances initiales ont entraîné un clivage au sein de cette discipline, dont on mesure aujourd’hui seulement les effets sur la pratique de l’histoire de l’art aux États-Unis. S’il n’est pas certain que ce fossé puisse être comblé, les tentatives menées pour corriger cette orientation nécessiteront l’engagement des principaux instituts de recherche américains : le Getty Research Institute, le CASVA, le Yale Center for British Art ainsi que les Research and Academic Programs (RAP) du Clark Art Institute.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Le Getty Research Institute
Le Center for Advanced Study in the Visual Arts
Le Yale Center for British Art
Les Research and Academic Programs du Clark Art Institute

Aperçu du texte

L’histoire des instituts de recherche avancée en arts visuels aux États-Unis est récente, et dépend tout autant des heureux hasards de la Fortune que de la fortune tout court. Des fortunes immenses, amassées pour la plupart dans la banque et dans l’industrie du pétrole, mais aussi des fortunes générées par le succès d’une chaîne de magasins à bas prix et d’un empire de la machine à coudre, qui ont permis de réunir les fonds nécessaires pour financer les principaux centres de recherche en histoire de l’art aux États-Unis : le Getty Research Institute, le Center for Advanced Study in the Visual Arts (CASVA), le Yale Center for British Art et le Clark Art Institute. Si la création de ces institutions en l’espace de deux décennies semble suggérer l’existence d’un programme public visant à promouvoir la recherche américaine en histoire de l’art, la réalité est tout autre : chacune d’elles a vu le jour indépendamment, fruit des ambitions personnelles, des affinités esthétiques et des élan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elizabeth Mansfield, « Des guerres culturelles à la guerre civile : les instituts de recherche en histoire de l’art aux États-Unis », Perspective, 2 | 2015, 65-80.

Référence électronique

Elizabeth Mansfield, « Des guerres culturelles à la guerre civile : les instituts de recherche en histoire de l’art aux États-Unis », Perspective [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://perspective.revues.org/6158 ; DOI : 10.4000/perspective.6158

Haut de page

Auteur

Elizabeth Mansfield

Elizabeth Mansfield est la vice-présidente des programmes de recherche au National Humanities Center à Durham. Elle est l’auteure de The Perfect Foil: François-André Vincent and the Revolution in French Painting (2011) et de Too Beautiful to Picture: Zeuxis, Myth, and Mimesis (2007), ainsi que l’éditrice des anthologies Art History and Its Institutions (2002), Making Art History (2007) et Seeing Satire (2013).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org