Navigation – Plan du site
Travaux

Rechercher et imaginer l’art « black » américain depuis 2005

Research and imagine the American black art since 2005
Erforschung und Imagination der amerikanischen „Black Art“ seit 2005
Ricercare e immaginare l’arte «nera» americana dal 2005
Investigar e imaginar el arte negro estadounidense desde 2005
Richard J. Powell
Traduction de Françoise Jaouën
p. 81-94
Cet article est une traduction de :
Research and Imagine the American Black Art Since 2005

Résumés

La littérature sur les artistes noirs, sur leur art, sur l’esthétique de la discrimination raciale et de la distinction culturelle ainsi que sur la représentation des Noirs a connu une nette expansion, faisant d’un phénomène plutôt marginal au début du xxe siècle une réalité relativement commune au xxie siècle. Les histoires de l’art afro-américain ont pu prendre la forme d’articles, de traités, de thèses et de monographies, mais aussi de formats moins académiques comme les catalogues d’exposition, les publications des galeries et des musées, les revues d’art, les recensions critiques et les anthologies littéraires. Parmi les sujets et les orientations théoriques adoptés au cours de ces dix dernières années, cinq thèmes et champs conceptuels ont donné lieu à de nombreux travaux inédits. Ces cinq sujets sont : les deux mouvements culturels noirs connus sous le nom de « Harlem Renaissance » et de « Black Arts Movement » ; les récits historiques qui, influencés par le féminisme, ont mis en avant la réalité des conditions selon le genre, la race, la sexualité et la classe sociale ; le concept d’une esthétique « post-Black » ; le phénomène des artistes « outsiders », marginalisés socialement, car n’ayant pas reçu de formation académique ; et enfin les révisions historiques de l’histoire officielle de l’art. Les chercheurs de ce début de xxie siècle ont pu constater le développement d’échanges productifs ainsi qu’un nouvel engagement intellectuel au sein de leur discipline, dans laquelle s’investissent non seulement des chercheurs appartenant au domaine de l’art et de la culture afro-américains, mais aussi des historiens et des théoriciens issus de l’ensemble du spectre géopolitique, idéologique, racial et culturel.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Deux mouvements noirs : la Harlem Renaissance et le Black Arts Movement
Féminin-masculin-féminin
Post-black (noirceur chimérique ou l’art noir sans négritude*)
Les marginaux de l’intérieur
Révisions historiques

Aperçu du texte

En 1916 – il y a presque cent ans – Freeman Henry Morris Murray, écrivain, éditeur et militant des droits civiques, publiait Emancipation and the Freed in American Sculpture, l’un des premiers ouvrages à se pencher sur la représentation artistique des Afro-Américains. Murray s’intéressait avant tout aux œuvres figuratives signées de quelques-uns des principaux sculpteurs américains et européens (autrement dit blancs) de la seconde moitié du xixe siècle ; mais il évoquait également plusieurs importants artistes afro-américains (notamment Mary Edmonia Lewis et Meta Vaux Warrick Fuller), et il faisait donc œuvre de pionnier en abordant sous un angle critique l’histoire de l’art noir aux États-Unis (Murray, 1916).

Depuis la parution du livre de Murray, les publications consacrées aux artistes noirs et à leurs œuvres, à l’esthétique de la différence raciale et de la spécificité culturelle, ainsi qu’à l’image des Noirs n’ont cessé de se multiplier. Phénomène rare et marginal au début du xx...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard J. Powell, « Rechercher et imaginer l’art « black » américain depuis 2005 », Perspective, 2 | 2015, 81-94.

Référence électronique

Richard J. Powell, « Rechercher et imaginer l’art « black » américain depuis 2005 », Perspective [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://perspective.revues.org/6159 ; DOI : 10.4000/perspective.6159

Haut de page

Auteur

Richard J. Powell

Richard J. Powell enseigne l’histoire de l’art à Duke University, où il occupe la chaire John Spencer Bassett. Il est l’auteur de nombreuses publications sur divers sujets, allant du primitivisme au postmodernisme, notamment Homecoming: The Art and Life of William H. Johnson (1991), Black Art: A Cultural History (2002) et Cutting A Figure: Black Portraiture (2008). Il a également dirigé la revue The Art Bulletin de 2007 à 2010.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org