Navigation – Plan du site
Travaux

L’histoire de l’art aux États-Unis et le tournant vers la mondialité

Global turns in US art history
Eine bedeutsame Wende in der amerikanischen Kunstgeschichte
Un cambiamento fondamentale nella storia dell’arte americana
Un giro mayor en la historia del arte estadounidense
Caroline A. Jones et Steven Nelson
Traduction de Françoise Jaouën
p. 95-110
Cet article est une traduction de :
Global turns in US art history

Résumés

Depuis des débuts profondément régionaux, l’histoire de l’art aux États-Unis a évolué pour devenir une des ressources mondiales majeures sur le plan de l’édition, de la pédagogie et des expositions. Au regard des utopies initiales de « transnationalisme » et de cosmopolitisme qui ont émergé à l’aube du xxe siècle, nous affirmons que les obsessions actuelles à propos de la mondialisation ne sont pas simplement la conséquence du consensus induit par l’économie dans un monde de l’art dominé par l’Occident, mais qu’elles posent également de réels défis pour une discipline fondée sur les « écoles nationales » et la segmentation linguistique. L’histoire mondialisée de l’art que nous défendons s’appuie amplement sur les critiques poststructuraliste et postcoloniale. Ainsi, le récit euro-américain de l’évolution de l’art apparaît comme une des nombreuses histoires potentielles du mouvement des peuples et des cultures au cours de la longue histoire des pays en voie de développement.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Débuts provinciaux
La violence du global
Obsessions post-Wende
Lueurs transatlantiques
Programmes globaux du millénaire
Hégémonie du global ?
La guerre froide globale

Aperçu du texte

La mondialisation semble un phénomène récent, pourtant on s’interrogeait déjà sur le nationalisme d’un point de vue plus global pendant la Grande Guerre. En 1916, par exemple, Randolph Bourne, spécialiste en sciences politiques, publia un essai intitulé « Trans-National America » dans lequel il plaidait pour le mélange cosmopolite des cultures au lieu du melting pot traditionnellement prôné aux États-Unis (Bourne, 1916). En 1917, de l’autre côté de l’Atlantique (et en territoire ennemi), le philosophe Franz Rosenweig s’exaltait à Francfort sur les « concepts spatiaux susceptibles de changer le monde » dans un essai intitulé « Globus » (Rozenweig, 1984). Ces intellectuels visionnaires n’ont guère eu d’impact sur l’histoire de l’art aux États-Unis, qui est restée, paradoxalement, à la fois provinciale et obnubilée par l’Europe durant la première moitié du xxe siècle au moins, et peu au fait des débats universalistes et transnationaux. C’est après la chute du communisme que le « tourna...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline A. Jones et Steven Nelson, « L’histoire de l’art aux États-Unis et le tournant vers la mondialité », Perspective, 2 | 2015, 95-110.

Référence électronique

Caroline A. Jones et Steven Nelson, « L’histoire de l’art aux États-Unis et le tournant vers la mondialité », Perspective [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://perspective.revues.org/6160 ; DOI : 10.4000/perspective.6160

Haut de page

Auteurs

Caroline A. Jones

Caroline A. Jones est professeure d’histoire de l’art pour les programmes d’histoire, théorie et critique dans le département d’architecture du Massachusetts Institute of Technology. Elle étudie l’art moderne et contemporain avec une orientation actuelle pour ses modes de circulation. Son prochain livre, The Global Work of Art, sera publié en 2016 aux University of Chicago Press.

Articles du même auteur

Steven Nelson

Steven Nelson est professeur d’histoire de l’art et directeur du Center for African Studies à l’University of California, Los Angeles. Il a publié de nombreux ouvrages sur les arts, l’architecture et l’urbanisme de l’Afrique et de ses diasporas, sur l’histoire de l’art afro-américain et sur les queer studies.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org