Navigation – Plan du site
Travaux

L’art de la contre-culture californienne des années 1950

The art of Californian counter-culture in the 1950s
Die Kunst der kalifornischen Gegenkultur der fünfziger Jahre
L’arte della controcultura californiana degli anni Cinquanta del Novecento
El arte de la contracultura californiana de los años 1950
Judith Delfiner
p. 111-126
Traduction(s) :
The art of California counter-culture in the 1950s

Résumés

Longtemps restée à l’écart des grands débats et événements artistiques qui agitèrent la scène new-yorkaise, la Californie demeure le parent pauvre des études sur l’art américain. Alors que New York consacrait le triomphe de l’expressionnisme abstrait, la scène artistique californienne faisait figure de désert culturel et artistique. Pourtant, dès la fin des années 1940, dans un climat de guerre froide et de terreur du maccarthysme, émerge une sensibilité qui se pose à contre-courant de l’American Way of Life. Marquée par le jazz et la spiritualité, elle donne forme à une production fragile, déployée dans tous les médiums artistiques selon une impureté fondatrice qui joue de leur hybridation. Si la mouvance de la Beat Generation a fait l’objet de nombreuses études dans le domaine littéraire et, dans une moindre mesure, dans le champ cinématographique, le présent article se propose de reconsidérer ce pan méconnu de l’art américain qui appartient aux origines de la contre-culture promise à un développement spectaculaire dans les années 1960.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Panorama des expositions et publications récentes sur l’art californien
Le paysage artistique californien à l’aube des années 1950
Les prémices d’une expression artistique dissidente : Bohemia, Funk, Funky
Une production plastique impure et éphémère
La figure du hipster
La fin des années 1950 : le tournant
Sur la notion de contre-culture

Aperçu du texte

Contrastée et marginalisée, la Californie est longtemps restée à l’écart des grands débats et événements artistiques qui agitèrent la scène new-yorkaise, ce pourquoi elle demeure aujourd’hui encore le parent pauvre des études sur l’art américain. Tandis que New York consacrait le triomphe de l’expressionnisme abstrait, la scène artistique californienne se caractérisait par une pénurie de lieux d’exposition et un manque d’intérêt pour la création contemporaine en général, et locale plus particulièrement. Cette absence de visibilité a contribué à forger, de cette région, une image de « véritable désert » pour reprendre une formulation de Man Ray installé à Hollywood dix années durant. Pourtant, dès la fin des années 1940, dans un climat de guerre froide et de terreur du maccarthysme, émerge une sensibilité artistique à contre-courant de l’American Way of Life. Marquée par le jazz et la spiritualité, elle donne forme à une production fragile et éphémère qui s’adresse à un cercle restre...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Delfiner, « L’art de la contre-culture californienne des années 1950 », Perspective, 2 | 2015, 111-126.

Référence électronique

Judith Delfiner, « L’art de la contre-culture californienne des années 1950 », Perspective [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://perspective.revues.org/6161 ; DOI : 10.4000/perspective.6161

Haut de page

Auteur

Judith Delfiner

Judith Delfiner est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université Pierre Mendès France de Grenoble. S’attachant à l’étude des relations entre l’art américain « expérimental » de l’après Seconde Guerre mondiale et les avant-gardes historiques, elle est notamment l’auteur de Double-Barrelled Gun : Dada aux États-Unis (1945-1957).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org