Navigation – Plan du site
Lectures

Horizons pacifiques de l’art américain

J. M. Mancini et Dana Leibsohn
Traduction de Françoise Jaouën
p. 148-154
Cet article est une traduction de :
American art’s Western horizons

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Aperçu du texte

Au début de ce siècle, l’historien David Armitage déclarait : « Désormais, nous sommes tous des atlantistes ». Cette assertion, qui sonne comme une bravade, contient une grande part de vérité. À leur sommet, les Atlantic studies s’efforçaient (et s’efforcent toujours) d’ouvrir des perspectives méthodologiques et historiques sur les réseaux – réels, imaginaires, ou un peu des deux – reliant les populations et les marchandises des Amériques et de l’Afrique à celles de l’Europe occidentale. Elles ont toutefois tendance à privilégier la recherche approfondie sur les régions de l’hémisphère nord, au détriment de l’hémisphère sud. Malgré tout, elles ont incité les américanistes à considérer l’Atlantique à la fois en tant qu’espace de vie et en tant que métaphore, et non plus en tant que limite continentale. Aujourd’hui, les Atlantic studies sont plus influentes dans le domaine de la recherche sur les États-Unis et la Grande-Bretagne que sur le Brésil ou le Ghana, par exemple, mais le proj...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. M. Mancini et Dana Leibsohn, « Horizons pacifiques de l’art américain », Perspective, 2 | 2015, 148-154.

Référence électronique

J. M. Mancini et Dana Leibsohn, « Horizons pacifiques de l’art américain », Perspective [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://perspective.revues.org/6172 ; DOI : 10.4000/perspective.6172

Haut de page

Auteurs

J. M. Mancini

National University of Ireland Maynooth
JoAnne.Mancini@nium.ie

Dana Leibsohn

Smith College
dleibsoh@smith.edu

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org