Navigation – Plan du site
Tribune

Un musée des Tissus au xxie siècle ?

Maximilien Durand
p. 9-12

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

La Chambre de Commerce de Lyon envisage de fonder un musée d’Art et d’Industrie à l’issue de l’Exposition universelle de Londres en 1851. Elle charge Natalis Rondot (1821-1900) de rédiger un rapport fixant les objectifs et les orientations de cet établissement. Pour cet industriel érudit, historien de l’art, chargé de plusieurs missions internationales pour le développement de l’industrie et du commerce, le projet est clair : il s’agit de fonder « un Musée où seront réunis, avec un discernement sévère, celles des œuvres de tous les temps et de tous les peuples qui se sont rapprochées le plus des types du beau, et que les traditions de l’Art ont définitivement et unanimement sanctionnées » ; il ajoute que ce serait « le faire déchoir de la hauteur où il doit être maintenu […] que d’y admettre, autrement qu’à titre d’exception, les objets dont la valeur consisterait surtout dans leur ancienneté, leur rareté, leur curiosité ; que, par les mêmes motifs, on devra en écarter tout ce qui, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maximilien Durand, « Un musée des Tissus au xxie siècle ? », Perspective, 1 | 2016, 9-12.

Référence électronique

Maximilien Durand, « Un musée des Tissus au xxie siècle ? », Perspective [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://perspective.revues.org/6240 ; DOI : 10.4000/perspective.6240

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org