Navigation – Plan du site
Débats

Les textiles à la période moderne : circulation, échanges et mondialisation

Une discussion entre Maria João Ferreira, Liza Oliver et Corinne Thépaut-Cabasset, menée par Maria Ludovica Rosati
Textiles in Early Modern Period: Circulation, Trade and Globalization
Maria João Ferreira, Liza Oliver, Maria Ludovica Rosati et Corinne Thépaut-Cabasset
Traduction de Françoise Jaouën et Monique Le Moing
p. 21-32

Résumé

Looking at the recent publications on the textiles field, it’s quite common to find the word global, variously associated with this ambit. The necessity of reframing the textiles studies within a global dimension and worldwide systems seems to follow not only the more general tendency of the present critical thought to adopt exactly a global and transcultural perspective, but seems to be dictated by the peculiar nature of the textile medium. Historically and particularly since the Early Modern Age, in fact, the textiles could be regarded as the global medium par excellence.
In the Early Modern period global was first at all the system of production: from the supply of the raw materials to the development of technical skills, without considering the genesis of the patterns, nearly each local manufacture was to be read within a wider scenario, made of contacts, migrations and exchanges with other realities and charged with manifold reciprocal interdependences. At the same time, global was the dimension of the textiles trades. Although since the Pre-modern world different actors were involved in intercultural and supranational relationships and some fabric productions conceived for export were already traceable, from the beginning of the Modern Age the exchanges’ net achieved progressively a real integrated worldwide scale, which in turn orientated manufactures and consumptions. Besides we can consider as global the diffusion of some cultural phenomena related to the textiles’ world, to their wide circulation and their forms of use, such as the tendency to invest them with particular semantic contents and to adopt them in specific social practices, or the rise of the fashion and the taste for the exotic and what is other from itself.
Playing on words, even the textiles as an inquiry field could be regarded as global: their perspectives of research are in fact manifold and tangled, including economical, artistic, technological, political, social and cultural questions, so that an interdisciplinary approach could be often the best methodological key to understand them; through the textile medium it becomes also possible to explore more articulated human phenomena.

Haut de page

Ndlr

Les contributions de Liza Oliver, Maria Ludovica Rosati et Corinne Thépaut-Cabasset ont été traduites de l’anglais par Françoise Jaouën ; la contribution de Maria João Ferreira a été traduite du portugais par Monique Le Moing.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

Dans les textes publiés récemment dans le domaine des textiles, on rencontre fréquemment le terme global associé à divers titres à ce champ de recherches. Le besoin d’inscrire les études sur le textile dans une globalité au sein de systèmes mondiaux ne répond pas seulement à la tendance qui se généralise aujourd’hui dans la réflexion critique et cherche à adopter une perspective transculturelle et mondiale ; il semble également dicté par la nature particulière du textile en tant que medium. À travers l’histoire, et plus particulièrement depuis le début de la période moderne, le textile peut être considéré comme le medium mondial par excellence.

Au début de la période moderne, c’est tout le système de production qui prend une ampleur planétaire : depuis l’approvisionnement en matières premières jusqu’au développement des techniques, en passant par la genèse des motifs, la quasi-totalité des manufactures locales s’inscrivent dans un scénario élargi reposant sur les contacts, les migrat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria João Ferreira, Liza Oliver, Maria Ludovica Rosati et Corinne Thépaut-Cabasset, « Les textiles à la période moderne : circulation, échanges et mondialisation », Perspective, 1 | 2016, 21-32.

Référence électronique

Maria João Ferreira, Liza Oliver, Maria Ludovica Rosati et Corinne Thépaut-Cabasset, « Les textiles à la période moderne : circulation, échanges et mondialisation », Perspective [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://perspective.revues.org/6287 ; DOI : 10.4000/perspective.6287

Haut de page

Auteurs

Maria João Ferreira

Maria João Ferreira est chercheur intégré au CHAM – Centre portugais pour l’histoire globale – FCSH/ NOVA-UAc ; elle étudie la consommation textile au Portugal au cours de l’époque moderne, en particulier la production textile chinoise pour le marché portugais.

Liza Oliver

Liza Oliver est Assistant Professor of Art History and South Asia Studies au Wellesley College. Ses recherches portent sur les échanges matériels et intellectuels entre l’Asie du Sud et l’Europe du xviie au xixe siècle.

Maria Ludovica Rosati

Après avoir obtenu son doctorat en histoire de l’art (Scuola Normale Superiore, Pise), Maria Ludovica Rosati a travaillé à la Scuola Normale, à l’université de Trieste, au Museo del Bargello (Florence), au Museo del Tessuto (Prato), et participé à diverses expositions sur les textiles anciens. Elle coordonne les recherches sur les vêtements sacerdotaux de Benoît XI à Pérouse, un projet financé par la Bruschettini Foundation for Islamic and Asian Art de Gênes.

Corinne Thépaut-Cabasset

Corinne Thépaut-Cabasset, historienne, est spécialiste des arts décoratifs des débuts de l’ère moderne. Chercheur associé au Victoria and Albert Museum de Londres, elle a participé au projet européen HERA baptisé « Fashioning the Early Modern, Creativity and Innovation in Europe: 1500-1800 » (2010-2013). Elle est chargée de recherche au château de Versailles, et titulaire d’une bourse Marie Skłodowska-Curie à l’université de Copenhague.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org