Navigation – Plan du site
Travaux

La confection des édifices : analogies textiles en architecture aux xixe et xxe siècles

The Fashioning of Buildings: Textile Analogies in Architecture in the 19th and 20th Centuries
Estelle Thibault
p. 109-126

Résumés

Au cours des dernières décennies, différents travaux ont permis de réévaluer le rôle des métaphores et analogies textiles dans les évolutions de l’architecture entre le milieu du xixe et le premier tiers du xxe siècle. Ce renouveau de l’historiographie, qui interagit avec l’expansion considérable de l’imaginaire textile dans l’architecture contemporaine, participe du regain d’intérêt actuel pour l’ornement et a tout particulièrement bénéficié d’un faisceau d’analyses des écrits de Gottfried Semper, au moment où ceux-ci devenaient accessibles au lecteur non germanophone. Tout en revenant sur cette œuvre séminale et sur ses échos immédiats, cet article propose un tour d’horizon des travaux récents qui ont reconsidéré la place qu’occupent les références textiles dans les théories et pratiques des architectes autour de 1900. Deux axes problématiques sont privilégiés. Le premier concerne la fécondité, pour l’architecture moderne, des réflexions sur une origine textile de la paroi et l’évolution de la conception et de la matérialité des enveloppes, au regard des interprétations variées qu’a connu la notion sempérienne de revêtement (Bekleidung). Le deuxième interroge les parallèles entre ces deux artefacts que sont l’habit et l’édifice, tout particulièrement l’habitation. L’implication des architectes dans la création ou la critique du vêtement, leurs analyses sur la mode, comme culture des apparences et comme processus socioéconomique, se révèlent être des prismes particulièrement intéressants pour relire les débats architecturaux au seuil des avant-gardes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

L’origine textile de la paroi : revêtement, surface, matérialité
Du tissage primitif à la paroi moderne : thèmes sempériens au xixe siècle
Fortunes de la notion de Bekleidung : le revêtement comme masque et surface
La textilité des enveloppes : penser l’étoffe matérielle des édifices
Corrélations entre vêtements et édifices
Habillement et habitation : unité stylistique
Interactions professionnelles
Métaphores vestimentaires : la conception architecturale au miroir de l’habillement
Le style face à la mode : processus de changement et commerce des apparences

Aperçu du texte

Ces dernières décennies, un ensemble important de publications ont réévalué le rôle des métaphores et analogies textiles dans les évolutions de l’architecture entre xixe et xxe siècles. L’expansion considérable de l’imaginaire textile dans l’architecture contemporaine comme dans les discours qui l’accompagnent interagit avec ce renouveau de l’historiographie. En témoignent plusieurs numéros spéciaux de revues – « Coating » (Rassegna, 1998), « Textiles » (Archithese, 2000), « Architextiles » (Architectural Design, 2006) – qui, tout en offrant un panorama de projets et de réalisations, tentent de les inscrire dans une généalogie conceptuelle et rejoignent à ce titre certaines problématiques des recherches historiques. En observant cette littérature architecturale récente, on peut apprécier le caractère multi­forme des références à l’univers du tissu et du vêtement. Bien au-delà de l’utilisation littérale de matériaux souples, toiles tendues et membranes, se dessine un vaste champ d’ex...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Thibault, « La confection des édifices : analogies textiles en architecture aux xixe et xxe siècles », Perspective, 1 | 2016, 109-126.

Référence électronique

Estelle Thibault, « La confection des édifices : analogies textiles en architecture aux xixe et xxe siècles », Perspective [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://perspective.revues.org/6311 ; DOI : 10.4000/perspective.6311

Haut de page

Auteur

Estelle Thibault

Estelle Thibault est architecte et historienne, maître de conférences HDR à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville (Université Paris-Est) et responsable scientifique de l’équipe de recherche IPRAUS (UMR AUSser 3329, CNRS/MCC). Ses travaux portent sur les relations entre les théories architecturales et les sciences de l’esthétique aux xixe et xxe siècles. Elle a publié plusieurs ouvrages dont La géométrie des émotions. Les esthétiques scientifiques de l’architecture en France 1860-1950 (Wavre, 2010).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org