Navigation – Plan du site
Travaux

De la tapisserie au Fiber Art : crises et renaissances au xxe siècle

From Tapestry to Fiber Art: Crisis and Renaissances in the 20th Century
Rossella Froissart et Merel van Tilburg
Traduction de Françoise Jaouën
p. 127-148

Résumés

Au passage du xixe siècle, la remise en question des frontières entre beaux-arts et arts appliqués rendent plausible une « renaissance » de la tapisserie. Les relations complexes que cet art entretient avec la peinture, l’architecture et, à partir des années 1960, la sculpture, sont vivement discutées, dans une recherche inlassable des lois qui en consacreraient l’autonomie esthétique. Muralité, structuration colorée de la surface, significations symboliques, qualités fonctionnelles ou création d’un environnement spatial : c’est à partir de ces critères que les productions du passé sont appelées à dialoguer avec l’École de Paris, le modernisme et le post-modernisme. En France, le prestige des Manufactures nationales et des ateliers creusois maintient le renouveau à l’intérieur des limites d’un rapport hiérarchique peintre/lissier qui se manifeste par l’essor extraordinaire de la production des années 1950 et 1960. En Allemagne, dans les pays de l’Europe de l’Est et aux États-Unis, le paradigme pictural laisse la place à une réflexion qui, partant des pratiques du Bauhaus, replace paradoxalement le medium textile au sein du champ des « beaux-arts ».

Haut de page

Ndlr

La contribution de Merel van Tilburg a été traduite par Françoise Jaouën.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Du modèle pictural à l’autonomie esthétique
Tisser l’art moderne
Fragilité critique du mouvement moderniste Fiber Art
La perspective « post-Fiber » dans la recherche sur l’art textile

Aperçu du texte

Dans la préface à l’ouvrage qui accompagnait l’exposition « Decorum – Tapis et tapisseries d’artistes » (Decorum, 2013), organisée en 2013 par le musée d’Art moderne de la ville de Paris, Fabrice Hergott devance la perplexité du visiteur face à des œuvres aujourd’hui peu familières de la scène contemporaine en posant d’emblée une question cruciale : « Pourquoi associer tapisserie et art actuel ? » Il justifie ensuite le parti pris de la conservatrice Anne Dressen en arguant la dissolution de la frontière entre beaux-arts et arts appliqués et la volonté des artistes d’investir des domaines considérés autrefois comme « mineurs ». Les œuvres choisies seraient ainsi emblématiques de la fin de l’idée romantique d’un créateur démiurgique, à la fois concepteur et exécutant. Fruits d’une collaboration, voire d’une démarche collective, on pourrait même considérer, comme le suggère Katharine L. H. Wells dans son essai (Wells, 2013), qu’elles annoncent les modes opératoires de l’art conceptuel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rossella Froissart et Merel van Tilburg, « De la tapisserie au Fiber Art : crises et renaissances au xxe siècle », Perspective, 1 | 2016, 127-148.

Référence électronique

Rossella Froissart et Merel van Tilburg, « De la tapisserie au Fiber Art : crises et renaissances au xxe siècle », Perspective [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://perspective.revues.org/6313 ; DOI : 10.4000/perspective.6313

Haut de page

Auteurs

Rossella Froissart

Rossella Froissart est professeur à l’Université Aix-Marseille et responsable, au sein de l’UMR 7303 TELEMME, du groupe AReA (Arts et Relations entre les Arts). Ses recherches portent sur les théories de l’ornement et sur les arts du décor aux xixe et xxe siècles. Elle a travaillé en particulier sur l’Art nouveau et l’Art déco, sur l’art social et sur les débats modernistes dans la presse artistique.

Articles du même auteur

Merel van Tilburg

Après un doctorat d’histoire de l’art sur les rapports entre le théâtre symboliste et l’œuvre de jeunesse des Nabis, les recherches postdoctorales de Merel van Tilburg portent sur les rapports entre art textile et art et théorie modernistes, y compris dans le contexte du colonialisme européen. Son projet de recherche « Le modernisme et le paradigme du tapis : historiographie et iconologie d’œuvres textiles modernes » est actuellement soutenu par le Fonds national suisse de la recherche scientifique et accueilli par The Courtauld Institute of Art à Londres.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org