Navigation – Plan du site
Lectures

Une robe de femme d’origine préhispanique dans l’extrême Nord des Andes du Pérou : l’anaco

The Anaco: A Woman’s Dress in Peru’s Andean Far North
Françoise Cousin et Anne Marie Hocquenghem
p. 188-196

Résumés

La robe de femme collectée dans les années 1980 par Anne Marie Hocquenghem au nord du Pérou dans le département de Piura, province andine de Huancabamba, constitue une survivance exceptionnelle d’un vêtement préhispanique. L’article décrit son tissage, son montage et son assemblage. Il s’agit ensuite de la comparer aux pièces archéologiques et aux descriptions des robes des Indiennes de la conquête espagnole à nos jours, pour proposer des hypothèses sur les origines ethniques de cette pièce vestimentaire.

Haut de page

Texte intégral

L’anaco de Sondorillo

  • 1 Anne Marie Hocquenghem, Para vencer la muerte. Piura y Tumbes, raíces en el bosque seco y en la sel (...)

1De 1987 à 2013 Anne Marie Hocquenghem a constitué une collection de tissus utilisés par les paysans dans les vallées de la côte pacifique et des versants andins du département de Piura, situé dans le Nord du Pérou à la frontière avec l’Équateur1. Dans cet ensemble une robe noire en laine de mouton, acquise en 1989 et provenant du district de Sondorillo, province de Huancabamba, attire l’attention car très peu de femmes, et uniquement dans cette zone, portaient alors ce vêtement aujourd’hui introuvable. Cette robe porte localement le nom d’anaco.

2Modèle préhispanique, témoignage des évolutions consécutives à la conquête espagnole ? Après une description de ses techniques de tissage et d’assemblage nous tenterons de mettre en évidence son origine préhispanique. Ce travail s’appuiera sur des enquêtes de terrain, sur la comparaison avec les robes retrouvées dans le matériel archéologique et avec les descriptions coloniales et républicaines de celles portées par les Indiennes péruviennes, enfin sur l’étude de quelques survivances actuelles proches de ce modèle.

Le tissage

  • 2 Dans le métier à dossière, la tension des fils de chaîne, sans laquelle le tissage ne peut être exé (...)

3Dans les Andes de Piura, ce sont les femmes qui filent la laine de mouton et tissent sur un métier à dossière2. Les fils de laine, tordus en S, sont très brillants et d’une profonde couleur noire qui doit avoir été obtenue, comme de coutume dans cette région, en les faisant tremper dans une décoction de noyaux de tara ou taya, une Fabacea, la Caesapinia spinosa, mélangée à de la boue.

  • 3 Raoul d’Harcourt, Les textiles anciens du Pérou et leurs techniques, Paris, 1934, p. 23. Il donne l (...)

4L’ourdissage de la chaîne se fait en continu et les fils de trame sont, eux aussi, continus. Trois lés longs de 288 cm et sensiblement de la même largeur (entre 52,1 et 55,8 cm) sont tissés. Les fils de chaîne sont doublés et les fils de trame simples, on en compte respectivement 14 au cm et 4,5 au cm. Le tissu obtenu est une toile à dominante chaîne c’est-à-dire que seule la chaîne est visible3. Chaque lé présente quatre lisières et un espace légèrement irrégulier, qui correspond à la fin de son élaboration, est visible là où la tension est telle qu’il devient difficile de passer la trame. L’ensemble pèse quatre kilos.

L’assemblage

  • 4 Appelée selon les ouvrages « surjet antique », « point glissé », ou encore « point de vous à moi ».

5Les trois lés, chaîne disposée à l’horizontale et trame à la verticale, sont cousus lisière longue contre lisière longue par un point d’assemblage4 réalisé avec un fil double de la même laine noire, de façon à obtenir une surface bien plane et uniforme. L’utilisation de la même laine vise, entre autres, à ne pas risquer de couper les lisières. Les extrémités des lés correspondant à la fin du tissage se trouvent du même côté. Un grand rectangle de 288 cm de large sur 160 cm de haut est ainsi obtenu.

  • 5 Harcourt, 1934, cité n. 3, p. 117.

6Ce rectangle est ensuite plié en deux dans le sens de la largeur et les petites lisières sont assemblées sur 128 cm de haut, par un surjet vertical chevauchant, que d’Harcourt5 propose d’appeler « à points de surjet croisés », réalisé avec des fils de différentes couleurs vives. Un large tube est ainsi constitué, laissant libres les deux angles du lé supérieur sur 32 cm de hauteur.

7Le montage n’est pas terminé. En effet, le haut du tube est cousu partiellement par un surjet à points croisés, en fils dans les mêmes couleurs que précédemment soit, à partir de la pliure, une longueur laissée libre de 19 cm destinée au passage du bras droit, un tronçon cousu d’un peu plus de 39 cm, une ouverture de 26 cm pour la tête, puis de nouveau un tronçon cousu d’un peu plus de 39 cm, enfin une longueur libre de 18,5 cm qui forme un angle libre avec les 32 cm non cousus par le surjet vertical. Les bords libres sont ornés d’un petit surjet simple de fils colorés.

8Trois points de couture sont donc utilisés pour la réalisation de la pièce vestimentaire, dont deux servent à l’assemblage. Il est intéressant de comparer leurs fonctions respectives et de voir les choix techniques opérés. La couture avec le premier, avec un fil de même nature que pour le tissu lui-même, lie ensemble, noir sur noir, les trois lés de manière à obtenir une surface parfaitement plane de manière invisible. Tout différent est le deuxième point d’assemblage : il s’agit ici d’obtenir une couture solide, qui est réalisée avec des fils multicolores, en tronçons réguliers, tranchant sur le noir de la robe. Non seulement elle est très visible mais, au contraire de la précédente, elle forme également une crête en relief. Quant au troisième point de couture, il s’agit d’un surjet simple, régulier aux points assez rapprochés, exécuté avec les mêmes fils multicolores. Outre sa fonction décorative, il borde les lisières non cousues et contribue à leur consolidation. La robe ainsi formée est très ample et trop longue pour être portée telle quelle.

Le port de la robe

  • 6 Miguel Justino Ramírez Adrianzén, Huancabamba, su Historia, su Geografía, su Folklore, Lima, 1966, (...)

9Miguel Justino Ramirez Adianzén, né en 1906 et curé de Huancabamba pendant 12 ans, décrit l’anaco tel qu’il était porté avant 1969 et qu’il appelle capuz, mot espagnol désignant un vêtement de deuil long et large avec une capuche et une traîne6. Les femmes qui le portent sont des chinas, des indiennes. Une ceinture, cushma, généralement blanche ou à rayures, divise le capuz en deux parties. Cette tunique est constituée de trois lés de laine noire unis par des coutures horizontales en laine noire. Le haut est fermé par des coutures horizontales qui laissent des ouvertures pour les bras et la tête. Ces coutures et celle verticale sur le côté gauche, appelées cumbau, sont réalisées avec des fils de différentes couleurs. Le lé supérieur est remonté au-dessus de la ceinture formant une poche sous la poitrine pour garder quelques petits objets personnels. Le bas est plissé dans le dos : pour obtenir un tel effet on humidifie et on tend le tissu, puis on forme les plis qui sont maintenus pendant plusieurs jours sous de lourdes pierres, servant de presse.

10Cette robe si élégante tend à disparaître, remarque l’auteur. Le plus souvent les femmes indiennes portent seulement le bas, une jupe de laine noire plissée, retenue par une ceinture sur une blouse de percale de couleur ou à fleurs ornée de dentelles, jusqu’aux chevilles pour les femmes mariées et à mi-mollet pour les jeunes filles. L’emploi du terme anaco semble indiquer que le nom de capuz s’est perdu avant 1969. C’est la jupe qui conserve jusqu’à aujourd’hui le nom d’anaco, portée avec un châle de laine de 30 à 40 cm de large, ultérieurement en toile de coton. Il est généralement blanc mais peut aussi être uni, rouge ou vert, et violet en cas de deuil. Deux autres morceaux de toile servent l’un de foulard noué autour du cou et l’autre de turban.

  • 7 Ricardo A. La Torre Alvarado, Huacabamba. Monografía actualizada, Piura, 2006.

11Le professeur Ricardo Adolfo La Torre Alvarado a inclus dans sa récente monographie de Huancabamba un rare, donc très précieux, témoignage sur ce costume dans les années 1980 ou 19907. Sur une photo, prise sur la place de la ville, figurent deux paysannes portant un anaco noir et un châle blanc. L’épais surjet vertical est bien visible sur le côté gauche et une épingle double, ornée de fils de couleur, est attachée au niveau du cœur. Un chapeau de paille a remplacé le turban et les sandales, oshotas, sont en pneu. Actuellement, comme en témoigne une photo prise près de Sondorillo en 2010, le lé supérieur a été remplacé par une blouse colorée de tissu industriel, les deux autres forment une jupe de laine noire, plissée dans le dos, toujours appelée anaco.

12Qu’il s’agisse du tissage, de l’assemblage et du port de la robe, que trouve-t-on dans les données archéologiques et ethno-historiques pour relier le présent au passé ?

Les évidences d’une origine préhispanique

En ce qui concerne le tissage

  • 8 Junius Bird, « Preceramic Art from Huaca Pieta, Chicama Valley », dans Ñawpa Pacha, 1, 1963, p. 29- (...)
  • 9 Anne Marie Hocquenghem, Iconografía Mochica, Lima, 1987, fig. 37.
  • 10 Felipe Guamán Poma de Ayala, Nueva Corónica y Buen Gobierno : codex péruvien illustré (achevé en 16 (...)

13Dans les Andes péruviennes l’usage du métier à dossière ainsi que l’obtention de tissus à quatre lisières est attesté à la période pré­céramique à partir de 2000 av. J.C.8. Un vase peint dans le style mochica (côte nord du Pérou, vers 500 ap. J.C.) représente un atelier de tissage où les femmes tissent sur de tels métiers, sous la direction des hommes9. Le métier est mentionné et représenté dans les textes et les illustrations de nombreux auteurs10 de la conquête espagnole à nos jours.

  • 11 Garcilaso de La Vega, Comentarios Reales de los Incas (1609), Lima, 1985, livre IV, chap. xiii et x (...)

14Les tissus préhispaniques ne sont jamais coupés, les formes des vêtements sont obtenues soit directement sur le métier, soit en cousant plusieurs pièces. Garcilaso de La Vega note en 160911 à propos de la vie et des travaux des femmes au temps des Incas que leurs tissages présentaient quatre lisières, qu’elles ourdissaient la chaîne à la mesure des tissus nécessaires pour élaborer chaque vêtement. Ceux-ci n’étaient pas coupés, insiste-t-il, mais gardés entiers, les vêtements élaborés avec les pièces au sortir du métier de la longueur et la largeur voulues. Il ajoute qu’en cas de raccommodage, celui-ci était exécuté de manière à reconstituer la continuité des fils.

  • 12 Anne Marie Hocquenghem, « Hanan y Hurin », dans « Chantier Amerindia », supplément 1 d’Amerindia, 9 (...)

15Encore actuellement il est impensable pour un Andin de couper un tel tissu. Le tissage à quatre lisières et la continuité des fils de chaîne et des fils de trame semblent être en rapport avec le système de pensée dualiste andin qui implique que chaque entité est composée de deux moitiés. L’interruption de l’entrecroisement des fils de chaîne et de trame signifierait la séparation des deux moitiés opposées et complémentaires qui constituent le tissu et sans lesquelles il ne saurait être12.

En ce qui concerne l’assemblage

  • 13 Les pluies y sont très rares, ce qui permet la bonne conservation des textiles.
  • 14 Mary Frame, « What the Women Were Wearing: A Deposit of Early Nasca Dresses and Shawls from Cahuach (...)

16Des robes et châles féminins ont été mis au jour lors des fouilles de plusieurs sites13. À Cahuachi, dans le département de Nasca sur la côte sud du Pérou, ils avaient été déposés en offrande, entre le ier et le iiie siècle de notre ère. L’assemblage des robes étudié par Mary Frame14 ainsi que leur grand pli dorsal peuvent être rapprochés de l’anaco de Sondorillo. Pour la plupart en coton, les robes de Cahuachi sont composées de deux lés présentant quatre lisières, longs de 3 à 3,5 m de long sur 70 à 80 cm de large. Les lés, chaîne disposée à l’horizontale, auraient été pliés en deux, leurs petites lisières unies par une couture verticale, puis joints par une couture horizontale. Un jeu de plis verticaux et horizontaux permet de réduire la largeur et la hauteur de la robe. La pliure horizontale est fermée par deux coutures de façon à laisser trois ouvertures horizontales, deux sur les côtés et une au centre, qui permettent le passage des bras et de la tête. Comme l’indiquent les robes tissées des figurines féminines déposées dans les tombes nasca, ainsi que l’iconographie de ce style, le grand pli vertical des robes de Cahuachi se plaçait dans le dos.

  • 15 Ann Pollard Rowe, « Inca Weaving and Costume », dans The Textile Museum Journal, 34-35, 1995-1996, (...)

17Plusieurs robes provenant des sites incas des vallées de Lurín et d’Ica, au sud de Lima, ainsi que quelques robes-miniatures qui revêtent les figurines féminines incas montrent les mêmes dispositions. Une paire de grandes épingles, appelées tupu en quechua, retenait l’assemblage sur les épaules et une ceinture serrait la robe à la taille15.

  • 16 Hocquenghem, 1987, cité n. 9, fig. 38 ; Luisa María Vetter Parodi, « La evolución del Tupu en forma (...)
  • 17 Diego Gonzalez Holguín, Vocabulario de la Lengua General del Perú llamada Lengua Qquichua o del Inc (...)

18Les lés des robes préhispaniques, du début de notre ère à la fin de l’époque inca, semblent avoir été assemblés suivant un même modèle. Mais si les robes de style nasca, comme l’est l’anaco de Sondorillo, sont fermées par une couture verticale sur le côté et sont cousues sur les épaules, celles de style inca ne le sont pas, elles sont juste retenues sur les épaules à l’aide de tupu. L’iconographie préhispanique, à partir du début de notre ère et dans les styles tant de la côte que des hautes terres, atteste que certaines femmes retenaient leur robe sur les épaules à l’aide des tupu, dont les pointes sont piquées vers le haut16. En or, argent, bronze ou cuivre et de diverses formes, ces épingles figurent parmi le matériel funéraire17.

En ce qui concerne le port

  • 18 Diego de Ocaña, A través de la América del Sur (v. 1605), Madrid, 1987 ; Martín de Murúa, Historia (...)

19Si les vêtements féminins, châle et anaco, se portent la chaîne des lés et les ouvertures pour la tête et le bras droit, à l’horizontale, le vêtement masculin composé de deux lés, uncu puis poncho18, se porte à l’inverse, la chaîne et l’ouverture pour la tête à la verticale.

  • 19 Voir John Howland Rowe, « Standardization in Inca Tapestry Tunic », dans Ann Pollard Rowe, Elizabet (...)

20L’opposition se remarque dans toutes les illustrations, des chroniques coloniales aux photographies prises de la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours. Elles attestent que toutes les robes des femmes indiennes, que ce soit sous l’Empire inca ou après la conquête espagnole, parmi la noblesse ou le commun, présentaient une ouverture horizontale pour la tête. À l’inverse les tuniques des hommes sont figurées avec une ouverture verticale, comme l’uncu préhispanique, la cushma amazonienne et le poncho19. Cette opposition n’est pas fortuite. Elle permet de distinguer les deux sexes, les deux moitiés opposées et complémentaires qui composent toute société selon le système de pensée dualiste andin comme on l’a vu plus haut.

  • 20 Francisco de Xerez, « Verdadera relacion de la Conquis­ta del Peru… », dans El Perú través de los s (...)
  • 21 Pedro Cieza de León, Crónica del Perú, Primera parte (1550), Lima, 1986, p. 192.
  • 22 Ocaña, (v. 1605) 1987, cité n. 18, p. 66.
  • 23 Antonio Vásquez de Espinosa, Compendio y descripción de las Indias Occidentales (1615), Washington, (...)

21En ce qui concerne les robes de la côte pacifique, Francisco de Xerez et Juan Ruiz de Arce, deux soldats débarqués avec Francisco Pizarro en 1532, remarquent que la robe en coton des Indiennes est longue et traîne sur le sol, à la manière des robes des femmes de Castille20. Deux décennies plus tard le soldat Pedro Cieza de León note que le vêtement des Indiennes est grand et large et comprend des ouvertures sur les côtés pour les bras21. En 1599, Fray Diego de Ocaña fait la même observation. La robe, sans d’autres ouvertures que celles par où sortaient la tête et les bras était d’ordinaire de coton noir, parfois une moitié d’une couleur et l’autre d’une autre22. Le carme Antonio Vásquez de Espinosa note qu’à Piura, au début du xviie siècle, les Indiennes s’habillaient avec un grand sac noir en coton, avec une traîne comme les chanoines. Plus la femme était de haut rang et plus longue était sa traîne, en rapport avec l’autorité de celle qui la portait23. La comparaison avec un sac laisse penser que les robes étaient, comme les robes préhispaniques de Cahuachi et comme l’anaco de Sondorillo, cousues sur le côté.

  • 24 Cieza de León, (1550) 1986, cité n. 21, p. 132.
  • 25 Gonzalez Holguín, (1608) 1989, cité n. 17, p. 525, 213, 347, 343 et 359.

22Sur les hautes terres andines, la robe en laine est décrite par Cieza de León, qui traverse en 1548 le territoire des indiens Panzaleos, dans l’actuelle province de Pichincha au sud de Quito. Certaines femmes, très élégantes, sont vêtues à la mode de Cusco. Une longue manta, couverture en espagnol, qui ne laisse dépasser que la tête et les bras, est retenue à la taille par une corde appelée chumbe, d’excellente qualité et très belle. Une deuxième manta, dénommée liquida, plus fine que la première, leur recouvre les épaules et le dos jusqu’aux pieds. Pour tenir leurs mantas ces femmes utilisent de grands topo, à large tête, en argent ou en or. Elles ont un ruban sur la tête et des oxotas en paille tressée aux pieds24. Le vocabulaire de Diego Gonzalez Holguín indique qu’en quechua, langue imposée par les Incas aux caciques des populations qu’ils avaient soumises, chumpi désigne une étroite ceinture de femme, lliclla la manta, tupu le topo avec lequel elles attachent la robe, ttipqui l’épingle ou petit topo qui retient la manta du dessus, et ussuta les chaussures25. Que Cieza de León note que c’est d’une manta que se couvrent les femmes vêtues à la mode de Cusco laisse supposer que leurs robes, comme celles des Incas, n’étaient pas fermées par une couture verticale sur le côté.

  • 26 Cobo, (1553) 1964, cité n. 10, II, p. 239.

23Le jésuite Bernabé Cobo, qui a vécu à Cusco de 1609 à 1613 et circulé de 1615 à 1626 entre Puno et Arequipa ainsi qu’en Bolivie, connaissait bien les hautes terres du Sud de la vice-royauté du Pérou mais pas celles du Nord. Plus d’un siècle après la conquête espagnole26, il fait les mêmes observations. Bien qu’un côté recouvre largement l’autre, les lisières verticales découvrent en partie sa jambe et sa cuisse lorsque la femme bouge. Cependant les Indiennes en devenant chrétiennes prétendent à plus d’honnêteté et, pour éviter cette immodestie, elles cousent les lisières sur le côté de leur robe.

  • 27 Luisa María Vetter Parodi, Martín MacKay, « Tupe un pueblo olvidado en el tiempo », dans Arqueologí (...)

24Après la révolte de Tupac Amaru II contre les Espagnols en 1781, puis de nouveau au moment de l’Indépendance du Pérou en 1821, il est interdit aux Indiens, sans grand résultat, de porter leurs costumes traditionnels. Ceux-ci ont perduré dans les campagnes comme c’est le cas de la communauté de Tupe, sur le versant pacifique des Andes du département de Lima dans la province de Yauyos. Une photo, prise en 2002 par Luisa Vetter Parodi, témoigne du port de l’anaco27. Il est en laine noire, attaché sur les épaules à l’aide de deux grands tupu en argent, retenu à la taille par une ceinture ; il est ouvert sur le côté.

  • 28 Remarquons que ces variantes, drapées ou cousues, montrent l’ambiguïté de cette opposition dans un (...)

25Si les robes andines sont, depuis deux millénaires, assemblées sur le même modèle, elles présentent une certaine variété quant à la fibre utilisée, la qualité du tissage, le nombre de lés qui les composent, le style de leurs décors et la manière de les porter28.

Les variantes des robes : spécificités de statut et spécificités d’origine

26Les textes de Garcilaso de La Vega et de Cobo indiquent que la finesse du tissu et du décor des robes était en rapport avec le statut social de la femme qui les portait. Le style des motifs et la manière de porter les robes étaient aussi en relation avec l’origine du groupe ethnique des femmes qui les utilisaient.

  • 29 La Vega, (1609) 1985, cité n. 11, livre V, chap. vi, p. 172.

27Selon Garcilaso, les vêtements dans les hautes terres étaient en laine et sur la côte, plus chaude, en coton. La laine était filée par les femmes qui tissaient également les tissus les plus communs sur un métier à dossière, tandis que les plus fins étaient confectionnés par les hommes sur un métier vertical29.

  • 30 Cobo, (1553) 1964, cité n. 10, livre XIV, chap. xi, p. 259.
  • 31 Gonzalez Hoguín, (1608) 1989, cité n. 17, p. 225.
  • 32 Rongeur d’altitude de la famille des chinchillas.

28Bernabé Cobo, qui énumère cinq qualités de tissus en laine de lama ou d’alpaca30, précise que les plus fins étaient tissés pour la noblesse, par des hommes ou par des mamaconas (des matrones ou femmes de sang noble et honnêtes, selon le vocabulaire de Gonzales Hoguín31). Les plus somptueux, élaborés pour l’Inca et les grands seigneurs, étaient, entièrement ou partiellement, en laine de vigogne qui pouvait être mélangée avec des poils de vizcacha32, très légers et souples, ou avec ceux de chauve-souris qui sont encore plus délicats.

  • 33 José de Acosta, Histoire naturelle et morale des Indes (1590), Mexico, 1985.

29Si le costume et les vêtements des Indiens du commun étaient simples, ils se distinguaient d’une province à l’autre. Le jésuite Joseph de Acosta rapporte qu’une loi inviolable, instaurée par l’Inca, interdisait aux Indiens de changer d’habits, même lorsqu’ils s’installaient dans une autre province33. En ce qui concerne l’anaco de Sondorillo, la qualité de ses lés, semblables à celle du poncho masculin, témoigne du statut de paysanne.

  • 34 Hocquenghem, 1998, cité n. 1, p. 190-192.

30La forme et la manière de porter cette robe pourrait nous renseigner sur l’origine de la communauté de Sondorillo. La province de Huancabamba a été contrôlée à partir de 900 ap. J.C., par les Sicans des vallées côtières du département de Lambayeque, quelques trois siècles plus tard par les Chimus du département de La Libertad et, moins d’un siècle avant la conquête espagnole, par les Incas de Cusco. En tenant compte d’une part de la coutume pré-inca de déplacer les populations en les obligeant à conserver les vêtements propres à leurs communautés d’origine et d’installer des colonies multiethniques dans les régions récemment soumises, et d’autre part du manque d’informations archéologiques et ethno-historiques sur l’origine des communautés des Andes de Piura, les caractéristiques particulières formelles et stylistiques de l’anaco de Sondorillo pourraient contribuer à identifier l’origine de cette communauté34.

  • 35 Schaedel, 1988, cité n. 10 ; Raddatz, 1990, citée n. 18.

31Un document de 1645, concernant la fondation de la communauté de Sondorillo, mentionne parmi les noms de ses douze fondateurs des noms à consonance mochica, la langue parlée sur la côte pacifique du département de Lambayeque, ce qui pourrait indiquer une origine sican et non chimu des Indiens de Sondorillo. La forme de l’anaco de cette communauté renforcerait cette hypothèse. En effet sa couture sur le côté rappelle celle des robes préhispaniques portées sur la côte pacifique depuis le début de notre ère et sa ressemblance avec un grand sac noir la rapproche des capuz des femmes de la côte nord observées par les Espagnols dès 1532 et encore portées au début du xxe siècle, comme l’attestent les photos prises par Heinrich Brüning entre 1886 et 1925 dans les communautés indiennes de Lambayeque et Piura35.

32Ce qui est frappant lorsque l’on observe l’anaco de Sondorillo ce sont les deux coins laissés libres pour passer le bras gauche, une particularité qui pourrait être en rapport avec son origine. Il en va peut-être de même de la technique et des couleurs de ses surjets. Pour confirmer cette hypothèse comme celle d’une possible origine sican de l’anaco de Sondorillo il faudrait pouvoir le comparer avec les robes préhispaniques de style sican. Ce n’est malheureusement pas possible car les pluies diluviennes sur la côte nord n’ont pas permis la conservation de tissus préhispaniques comme sur la côte sud.

En ce qui concerne la terminologie

  • 36 Miguel Cabello Valboa, Miscelánea Antártica (1586), Lima, 1951, chap. xxix, p. 441.
  • 37 Gonzalez Holguín, (1608) 1989, cité n. 17, p. 524.
  • 38 Gonzalez Holguín, (1608) 1989, cité n. 17, p. 67.
  • 39 Gonzalez Holguín, (1608) 1989, cité n. 17, p. 359.

33La population actuelle des Andes de Piura ne parle que l’espagnol, il semble que le quechua se soit perdu dans cette région pendant le xviiie siècle, même si certains termes sont encore utilisés ; quant au mochica il a dû disparaître bien avant l’arrivée des Espagnols. Anaco ne figure pas dans le vocabulaire de Gonzalez Holguín. Le mot apparaît cependant dans la Miscelánea Antartica36, une histoire du Pérou écrite par Miguel Cabello Valboa et publiée en 1586, sur la base d’informations provenant des Andes du nord. Il est rapporté que l’Inca Guascar, pour humilier son frère Guanca Auqui, défait par les Bracamoros qui résistaient aux Incas sur le versant amazonien des Andes du Sud de l’Équateur, lui avait envoyé des habits de femme, dont un anaco qu’il devait porter pour rentrer à Cusco. Bernabé Cobo appelait anacu la robe des Indiennes, nommée acsu dans le vocabulaire de Gonzalez Holguín37. Cumbau, la dénomination des surjets de l’anaco de Sondorillo, pourrait dériver du terme quechua cumbi ou ccumpi que Gonzalez Holguín traduit par « vêtement délicat38 ». Oshota doit venir d’ussuta, la chaussure des Indiens39. Si le père Ramirez ne mentionne pas ce terme encore utilisé actuellement c’est que de son temps les femmes de Sondorillo marchaient pieds nus, ce qu’elles ont continué à faire, pour la plupart, jusqu’au début du xxie siècle.

  • 40 Santo Tomas Domingo, Lexicón, o Vocabulario de la lengua general del Peru (1563), Lima, 1951, p. 23 (...)
  • 41 Communication personnelle de César Itier.

34Le dictionnaire de Santo Tomas donne le terme anaco comme synonyme de acssu, sous cette entrée40. La forme anaku est celle que l’on trouve aujourd’hui depuis la zone de Huamanga jusqu’à la Colombie, en passant par tout le centre et le Nord du Pérou et l’Équateur, alors que les variétés parlées depuis Cusco jusqu’à la Bolivie présentent la forme aksu41, pour une pièce vestimentaire différente.

La permanence d’un modèle préhispanique

35Le tissage, l’assemblage et la façon de porter l’anaco de Sondorillo, ainsi que quelques termes quechua en rapport avec ce vêtement, attestent une origine préhispanique. Si l’usage de l’anaco s’est maintenu aussi longtemps à Sondorillo c’est sans doute parce que cette zone aride est restée très isolée, la piste carrossable qui mène de la capitale du département à celle du district n’ayant été ouverte qu’en 1965, et que sa population survit en autarcie dans une extrême pauvreté.

  • 42 Vetter, MacKay, 2008, cité n. 27, fig. 6.

36Des modèles de robes semblables ont perduré dans certaines communautés andines abandonnées, elles aussi dans la misère, sur le versant pacifique ou amazonien de la cordillère des Andes. C’est le cas déjà mentionné de Tupe dans le département de Lima, où se portait encore dans les années 2000 l’anaco à la mode de Cusco du temps des Incas, ouvert sur le côté et retenu sur les épaules à l’aide de deux grands tupu42. Et c’est avant tout sur le versant amazonien que s’est maintenu l’usage de cette robe, qu’elle soit portée avec ou sans ceinture, dans les communautés ahuajuns et wampis du département d’Amazonas, yaneshas, asheninkas, du département de Junín ou machiguengas dans celui de Cusco, toutes populations d’origine andine refoulées après la conquête, ce qui explique leur présence sur le versant amazonien des Andes. Ce même modèle se retrouve bien au-delà des actuelles frontières péruviennes, de la Colombie jusqu’au Sud du Chili.

37Proposer l’origine préhispanique de l’anaco semblait facile, mais l’examen des vestiges archéologiques et des descriptions a montré que cette forme, dans sa simplicité apparente, présentait de nombreuses variantes liées à l’origine ethnique de celles qui les portaient et les portent encore aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Anne Marie Hocquenghem, Para vencer la muerte. Piura y Tumbes, raíces en el bosque seco y en la selva alta – Horizontes en el Pacífico y en la Amazonía, Lima, 1998.

2 Dans le métier à dossière, la tension des fils de chaîne, sans laquelle le tissage ne peut être exécuté, est assurée par le corps même de la tisserande. Celle-ci s’appuie sur une sangle qui passe au niveau des reins et qui est reliée aux deux extrémités de l’ensouple proximale. Un métier où les ensouples sont fixées à des montants s’observe également.

3 Raoul d’Harcourt, Les textiles anciens du Pérou et leurs techniques, Paris, 1934, p. 23. Il donne le nom de « reps » à ce tissage, terme aujourd’hui réservé à un usage commercial.

4 Appelée selon les ouvrages « surjet antique », « point glissé », ou encore « point de vous à moi ».

5 Harcourt, 1934, cité n. 3, p. 117.

6 Miguel Justino Ramírez Adrianzén, Huancabamba, su Historia, su Geografía, su Folklore, Lima, 1966, p. 13-14, et p. 253.

7 Ricardo A. La Torre Alvarado, Huacabamba. Monografía actualizada, Piura, 2006.

8 Junius Bird, « Preceramic Art from Huaca Pieta, Chicama Valley », dans Ñawpa Pacha, 1, 1963, p. 29-34 ; Terence Grieder, « Pre-ceramic and Initial Period Textiles from La Galgada, Peru », dans Ann Pollard Rowe (dir.), The Junius B. Bird Conference On Andean Textiles, actes de colloque (Washington D.C., 1984), Washinton D.C., 1986, p. 19-29.

9 Anne Marie Hocquenghem, Iconografía Mochica, Lima, 1987, fig. 37.

10 Felipe Guamán Poma de Ayala, Nueva Corónica y Buen Gobierno : codex péruvien illustré (achevé en 1615), Paris, 1936, p. 215, 217 ; Bernabé Cobo, Historia del Nuevo Mundo (1553), Madrid, 1964, p. 258 ; Baltasar Jaime Martínez Compañón, Trujillo Del Perú (1782-1785), Madrid, 1991, II, p. 100 ; Richard P. Schaedel, La etnografía muchik en las fotografías de H. Brüning, Lima, 1988, p. 92-93.

11 Garcilaso de La Vega, Comentarios Reales de los Incas (1609), Lima, 1985, livre IV, chap. xiii et xiv, p. 148-149.

12 Anne Marie Hocquenghem, « Hanan y Hurin », dans « Chantier Amerindia », supplément 1 d’Amerindia, 9, 1984 ; « Relación entre el objeto y su significado: textiles y orden del mundo », dans Anne Marie Hocquenghem, Peter Tamási, Christiane Villain-Gandossi (dir.), Pre-Columbian Collections in European Museums, Budapest, 1987, p. 299-304 ; Hocquenghem, 1987, cité n. 9 ; Hocquenghem, 1998, cité n. 1.

13 Les pluies y sont très rares, ce qui permet la bonne conservation des textiles.

14 Mary Frame, « What the Women Were Wearing: A Deposit of Early Nasca Dresses and Shawls from Cahuachi, Peru », dans The Textile Museum Journal, 42-43, 2003-2004, p. 13-53.

15 Ann Pollard Rowe, « Inca Weaving and Costume », dans The Textile Museum Journal, 34-35, 1995-1996, p. 5-54.

16 Hocquenghem, 1987, cité n. 9, fig. 38 ; Luisa María Vetter Parodi, « La evolución del Tupu en forma y manufactura desde los incas hasta el siglo xix », dans Roberto Lleras Pérez (dir.), Metalurgia en la América Antigua. Teoría, arqueología, simbología y tecnología de los metales prehispánicos, Bogota, 2007, p. 101-128 ; Luisa María Vetter Parodi, Plateros indígenas en el Virreinato del Perú: siglos xvi y xvii, Lima, 2008, p. 181, fig. 6, 7 ; Luisa María Vetter Parodi, Paloma Carcedo de Mufarech, El tupo. Símbolo ancestral de identidad femenina, Lima, 2009.

17 Diego Gonzalez Holguín, Vocabulario de la Lengua General del Perú llamada Lengua Qquichua o del Inca (1608), Lima, 1989, p. 347.

18 Diego de Ocaña, A través de la América del Sur (v. 1605), Madrid, 1987 ; Martín de Murúa, Historia general del Perú, Origen y descendencia de los Incas (v. 1600), Madrid, 1962 ; Guamán Poma de Ayala, (1615) 1936, cité n. 10 ; Martínez Compañón, (1782-1785) 1991, cité n. 10 ; H. Brüning, dans Schaedel, 1988, cité n. 10 et Corinna Raddatz, Fotodokumente aus Nordperu von Hans Heinrich Brüning (1848-1928) / Documentos fotográficos del Norte del Perú de Juan Enrique Brüning (1848-1928), Hambourg, 1990.

19 Voir John Howland Rowe, « Standardization in Inca Tapestry Tunic », dans Ann Pollard Rowe, Elizabeth P. Benson, Anne-Louise Schaffer (dir.), The Junius B. Bird Pre-Columbian Textile Conference, actes de colloque (Washington D.C., Textile Museum, 1973), Washington D.C., 1979, p. 239-264.

20 Francisco de Xerez, « Verdadera relacion de la Conquis­ta del Peru… », dans El Perú través de los siglos, Lima, 1968, p. 214, et Juan Ruiz de Arce, « Advertencias… (1545) », dans le même volume, p. 420.

21 Pedro Cieza de León, Crónica del Perú, Primera parte (1550), Lima, 1986, p. 192.

22 Ocaña, (v. 1605) 1987, cité n. 18, p. 66.

23 Antonio Vásquez de Espinosa, Compendio y descripción de las Indias Occidentales (1615), Washington, 1948.

24 Cieza de León, (1550) 1986, cité n. 21, p. 132.

25 Gonzalez Holguín, (1608) 1989, cité n. 17, p. 525, 213, 347, 343 et 359.

26 Cobo, (1553) 1964, cité n. 10, II, p. 239.

27 Luisa María Vetter Parodi, Martín MacKay, « Tupe un pueblo olvidado en el tiempo », dans Arqueología y Sociedad, 18, 2008, p. 265-292 et fig. 6.

28 Remarquons que ces variantes, drapées ou cousues, montrent l’ambiguïté de cette opposition dans un système descriptif des vêtements. Voir Hélène Balfet, « Forme et fonction : la position ambiguë des “drapés” dans un système descriptif du vêtement », dans Yves Delaporte (dir.), Vêtement et Sociétés, 2 (L’Ethnographie, 92-94), actes de colloque (CNRS, « Vers une anthropologie du vêtement », 1983), Paris, 1984, p. 383-386 ; Françoise Cousin, « Forms in Progress: From Fabric to Body », dans Ptychoseis = Folds + Pleats, Drapery from Ancient Greek Dress to 21st-Century Fashion, Iōanna Papantōniou (dir.), cat exp (Athènes, The Benaki Museum, 2004), Athènes, 2004, p. 34-49.

29 La Vega, (1609) 1985, cité n. 11, livre V, chap. vi, p. 172.

30 Cobo, (1553) 1964, cité n. 10, livre XIV, chap. xi, p. 259.

31 Gonzalez Hoguín, (1608) 1989, cité n. 17, p. 225.

32 Rongeur d’altitude de la famille des chinchillas.

33 José de Acosta, Histoire naturelle et morale des Indes (1590), Mexico, 1985.

34 Hocquenghem, 1998, cité n. 1, p. 190-192.

35 Schaedel, 1988, cité n. 10 ; Raddatz, 1990, citée n. 18.

36 Miguel Cabello Valboa, Miscelánea Antártica (1586), Lima, 1951, chap. xxix, p. 441.

37 Gonzalez Holguín, (1608) 1989, cité n. 17, p. 524.

38 Gonzalez Holguín, (1608) 1989, cité n. 17, p. 67.

39 Gonzalez Holguín, (1608) 1989, cité n. 17, p. 359.

40 Santo Tomas Domingo, Lexicón, o Vocabulario de la lengua general del Peru (1563), Lima, 1951, p. 230.

41 Communication personnelle de César Itier.

42 Vetter, MacKay, 2008, cité n. 27, fig. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Cousin et Anne Marie Hocquenghem, « Une robe de femme d’origine préhispanique dans l’extrême Nord des Andes du Pérou : l’anaco », Perspective, 1 | 2016, 188-196.

Référence électronique

Françoise Cousin et Anne Marie Hocquenghem, « Une robe de femme d’origine préhispanique dans l’extrême Nord des Andes du Pérou : l’anaco », Perspective [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://perspective.revues.org/6388 ; DOI : 10.4000/perspective.6388

Haut de page

Auteurs

Françoise Cousin

Anciennement MNHN – musée de l’Homme et musée du quai Branly
fmmcousin@gmail.com

Anne Marie Hocquenghem

Ancien directeur de recherche, CNRS
amhocke@gmail.fr

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org