Navigation – Plan du site
Lectures

Le textile derrière la grille : une abstraction impure ?

Textiles Behind the Grid: Impure Abstraction?
Lucile Encrevé
p. 204-209

Résumés

Rapprocher la grille peinte et dessinée du textile (structure, matière et motifs) permet de comprendre cet outil de prédilection de l’abstraction, du début du xxe siècle à aujourd’hui, comme l’image d’une forme originelle, celle produite dès le néolithique par le tissage, point de départ de tout art pour Gottfried Semper. Dans cette forme première, apparemment détachée du réel (pure visibilité), se révèle paradoxalement, à travers le lien au textile, la présence d’un corps (impure tactilité) – corps qui fait l’œuvre, reprenant un geste ancestral, artisanal et souvent féminin (maternel), corps de l’œuvre (sa matérialité), corps qui pourrait s’y inscrire (la grille comme espace de transfert, d’apparition, d’évocation et d’incarnation, mais aussi comme interdit). Ce dialogue avec le textile invite ainsi à une nouvelle lecture de la grille révélant, abstraite et impure, sa dimension mémorielle.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Dialogues
Logique du tactile
Figure et corps
Origine du monde, origine de l’art

Aperçu du texte

La grille peinte et dessinée constitue au xxe siècle l’une des formes privilégiées de l’art abstrait bidimensionnel, et notamment de l’abstraction moderniste telle qu’elle a été définie par Clement Greenberg : issue du cubisme, plane, désincarnée, autoréférentielle, c’est-à-dire, selon ses propres termes, pure. Elle frappe aussi par sa densité, sa complexité, relevées dès la fin des années 1970, au moment de l’un de ses grands retours, par Rosalind Krauss, qui, dans le célèbre texte « Grids », publié en 1979 dans la revue October (no 9), s’intéresse aux contradictions d’une forme qui se présente comme « autonome et autotélique » mais dans laquelle elle voit une fenêtre symboliste refoulée. Cette complexité est lisible aussi dans le rapport que la grille peinte entretient avec le textile : n’est-ce pas là justement que l’une de ses contradictions se révèle, une forme d’impureté, au sens d’altération par le mélange, ici avec le décoratif,  avec le monde, avec le corps ? Penser le text...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucile Encrevé, « Le textile derrière la grille : une abstraction impure ? », Perspective, 1 | 2016, 204-209.

Référence électronique

Lucile Encrevé, « Le textile derrière la grille : une abstraction impure ? », Perspective [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://perspective.revues.org/6440 ; DOI : 10.4000/perspective.6440

Haut de page

Auteur

Lucile Encrevé

École nationale supérieure des Arts Décoratifs
lucile.encreve@ensad.fr

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org