Navigation – Plan du site
Postface

Postfactum

Tristan Weddigen
p. 216-218

Ndlr

Le point de départ de ce texte de Tristan Weddigen est une œuvre de Louise Bourgeois : [sans titre], 2008, tapisserie et encre d'archive sur étoffe, 101 ×77,5 × 0,6 cm, New York, The Easton Foundation, visible ici.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Aperçu du texte

Des bribes de tapisserie éparpillées sur une toile rectangulaire enferment une araignée peinte. Un casse-tête.

Le tissu porte les initiales soigneusement brodées de Louise Bourgeois, qui décèdera deux ans plus tard à New York à l’âge de 98 ans. On en sait déjà apparemment trop sur elle grâce à la tapisserie de figures biographiques récurrentes qu’elle a tissée. Mais comment faire parler ce morceau d’art textile post mortem ?

Le tissu ressemble à une serviette de table qui pourrait avoir appartenu à son trousseau, expédié de France par son père, avec lequel elle avait un rapport décousu. En tant que serviette ou mouchoir, il est censé absorber des sécrétions corporelles, de la saleté. Mais des traces brunâtres entrecroisées semblent indiquer qu’il est resté plié pendant des décennies ou pour toujours, attendant d’être déplié par l’artiste à la fin de ses jours, au moment où elle commence à métamorphoser ses vêtements et ses textiles en œuvres d’art, poursuivant la quête de son passé. S...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tristan Weddigen, « Postfactum », Perspective, 1 | 2016, 216-218.

Référence électronique

Tristan Weddigen, « Postfactum », Perspective [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://perspective.revues.org/6457 ; DOI : 10.4000/perspective.6457

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org