Navigation – Plan du site
Lectures

Une cartographie en ligne des centres de recherche, institutions et groupes de travail sur le textile

Élodie Vaudry

Texte intégral

1L’élaboration d’un répertoire des ressources en ligne sur le textile a mis en lumière des catégories précises, notamment autour des deux secteurs d’activités majeurs que sont l’industrie et les collections muséales (publiques et privées). Cette étude a également révélé un grand nombre de groupes de recherche (européens et nord-américains), principalement pluridisciplinaires, exploitant les données textiles à des fins aussi diverses que la datation archéologique, les transferts culturels ou encore le design industriel. Nous avons voulu mettre en réseau les différents acteurs, tant à une échelle nationale qu’européenne et même internationale.

Associations et réseaux professionnels

2– Textiles, Industrieverband Veredlung – Garne – Gewebe – Technische Textilien e.V
http://www.ivgt.de/​ (allemand/anglais)
Cette base regroupe cent-soixante-dix compagnies allemandes spécialisées dans le secteur du textile. En organisant des ateliers sur le thème du textile et en établissant des recherches sur le marché textile, principalement allemand, le groupe entretient des liens étroits entre les industries textiles et chimiques, tant sur les plans nationaux qu’européens. Le site rassemble les différentes industries textiles et met en réseau ses principaux acteurs.

3– Réseau innovation immatérielle pour l’industrie (R3ilab)
http://www.r3ilab.fr/​ (français)
Soutenu par l’Institut Français de la Mode ainsi que par le Ministère de l’Industrie, de l’Économie et de l’Emploi, le Réseau innovation immatérielle pour l’industrie (R3ilab) est un groupe interprofessionnel, doublé d’un laboratoire de recherche transdisciplinaire destiné aux professionnels du textile, de la mode et des industries connexes. La Direction générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services (DGCIS) assure son fonctionnement et participe de la promotion de l’innovation spécifique dans ce domaine. La base de données, sous la forme d’une carte géographique, recense les centres de recherche et les entreprises du secteur liés à la discipline en France, tout en s’efforçant de rassembler les programmes d’étude mis en place par le laboratoire afin de dynamiser la création et l’innovation des entreprises.

4– Textile source. The Premier International Wholesale Textile Sourcing Directory
http://textilesource.com/​ (anglais)
Cette base répertorie les industries textiles dans le monde (coordonnées et spécialité de l’entreprise) et propose des entrées par matériaux et par techniques. La liste des résultats ouvre sur une géographie internationale, non exhaustive mais conséquente, des entreprises regroupées par spécialités.

5– Textile Arts
http://www.textilearts.net/​ (anglais)
Cette base fondée par un groupe de chercheurs, d’étudiants et d’aficionados du textile propose des sites et des ressources sur le textile provenant principalement d’Angleterre. Elle répertorie autant des artisans, designers et autres artistes liés au textile que des index explicatifs sur des techniques, des sources historiques et des bibliographies. Elle constitue surtout une interface de liens renvoyant à d’autres musées, blogs d’artistes, réseaux, etc. La précision des onglets et des sous-catégories rend efficace la recherche mais présente l’inconvénient d’ouvrir sur une sélection de sites qui ne sont pas toujours issus de domaines scientifiques.

Fonds d’archives

6– Knitting Together. The Heritage of the East Midlands Knitting Industry
http://www.knittingtogether.org.uk/​ (anglais)
Créé en 2001, le site internet est issu de la réunion des musées de la ville de Leicester et de nombreux autres partenaires, institutionnels comme The Pasold Research Fund et Ruddington Framework Knitters Museum, et privés, notamment par le biais de la collaboration d’historiens du textile anglais. L’aboutissement de ce projet en 2004 donne lieu à une base de données spécialisée dans le tricot et la bonneterie. Bien qu’elle ne propose pas de nombreuses pièces et possède une interface surannée, elle a le mérite de constituer un véritable musée virtuel et de présenter des expositions en ligne ainsi que de courts articles sur les industries textiles dans l’East Midlands en Angleterre. La recherche peut se faire par catégories de vêtements, de techniques, par personnalités, etc.
En plus de cette base, le site permet d’accéder à une partie des archives de l’historien de l’industrie du tricot Bill Partridge qui a restauré, collectionné et documenté depuis le début du xxe siècle tout ce qui concerne cette discipline dans la région de l’East Midlands.

7– Kirklees Image Archive
http://www.kirkleesimages.org.uk/​index.php (anglais)
Cette base de données n’est pas exclusivement consacrée au textile mais elle regroupe tout de même les archives (industries, vendeurs, producteurs, etc.) de trois importantes villes textiles (Huddersfield, Dewsbury et Batley) de l’agglomération de Kirklees dans le West Yorkshire en Angleterre. Dans ces archives, datées pour les plus anciennes du xixe siècle, sont conservés plus de deux-cent-cinquante mille documents dont des photographies. Ce fonds est déposé au Tolson Memorial Museum depuis 2004.

8– Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, Paris
http://webmuseo.com/​ws/​archives-pb-ysl/​app/​collection/​expo/​1 (français, anglais)
La Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent met en ligne, grâce au soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, l’intégralité des croquis de mode du couturier. Leur accès est rendu possible par une recherche à entrées multiples, notamment par types de costume (cinéma, théâtre) ou par titre d’une pièce de théâtre, ou d'un film, par année, etc. Chaque dessin est accompagné d’une notice détaillant le titre, la genèse de l’œuvre, l’année d’exécution, les matières et techniques, et les dimensions.

Bibliothèques et bibliographies

9– Bibliographica Textilia Historiae
http://egressfoundation.info/​ (anglais)
La Bibliographica Textilia historiae est une base de données libre d’accès constituée par l’américain Seth Siegelaub (1941-2013), successivement marchand d’art, critique, chercheur et éditeur, qui propose une bibliographie spécialisée sur le textile, élaborée à partir du fonds documentaire du Center For Social Research on Old Textiles (CSROT). Ce projet mené par la Stichting Egress Foundation d’Amsterdam et mis en ligne en 2012 rassemble essentiellement des sources européennes recensées depuis vingt-cinq ans. Son avantage réside d’abord dans sa spécialisation mais ses références bibliographiques permettent aussi d’appréhender une historiographie précise des intérêts autour du textile suivant les pays.

10– The Textile Manufactures of India
http://www.tmoi.org.uk/​ (anglais)
Cette base présente les dix-huit volumes réunis par l’écossais John Forbes Watson en 1866 et publiés par le bureau indien du gouvernement britannique. Plus de sept cents échantillons de textiles sont consultables via une recherche multicritères par matériaux, par types d’objet, par motifs, par techniques ou par usages. Chaque pièce est accompagnée d’une fiche et d’une carte géographique pour en situer l’origine. Véritable histoire culturelle de l’Inde par le textile, ces ouvrages en ligne ont servi de base pour l’exposition Global Threads: Asian Textiles & Fashion Today qui s’est tenue au Harris Museum & Art Gallery du 14 mai 2011 au 30 juin 2012. Sa mise en œuvre s’inscrit dans le programme « Stories of the World » initié en 2008 par les Olympiades culturelles de Londres.

11– Berg Fashion Library
https://www.bloomsburyfashioncentral.com/​products/​berg-fashion-library (anglais)
La base de données de la Berg Fashion Library de l’université d’Oxford spécialisée, comme son nom l’indique, dans la mode est payante pour les particuliers mais peut être accessible gratuitement dans certaines institutions. Il s’agit d’une excellente base avec la possibilité de rechercher des objets par noms, par zones géographiques, par périodes. Chaque type de recherche ouvre sur un contexte historique et des références bibliographiques ainsi que sur des ouvrages, des cours et des chronologies en ligne. Les treize mille images disponibles et l’aspect intuitif de l’interface – des tutoriels didactiques sont aussi disponibles – rendent la recherche efficace, autant par la qualité des informations recensées que par leur diversité.

Musées, institutions culturelles et collections

12– Textile Museum of Canada (TMC), Toronto
http://www.textilemuseum.ca/​accueil (anglais/français)
Le Textile Museum of Canada propose sur son site une base de données permettant de consulter les douze mille objets de la collection du musée. Rassemblant des pièces de plus de deux cents pays et régions, le musée possède des tissus traditionnels, des collections de vêtements, des tapis et des artefacts connexes tels que la bijouterie perlée et la vannerie. La recherche bilingue peut s’effectuer par types d’objets, par régions, par matériaux, par techniques et/ou par périodes. Chaque recherche donne lieu à un large choix d’objets dont les spécificités sont explicitées dans une fiche analytique précise.

13– Musée d’Art et d’Industrie, Saint-Étienne
http://www.musee-art-industrie.saint-etienne.fr/​ (français)
Sur le site du musée, la rubrique « Ressources » renvoie à quatre fonds d’archives consultables sous la rubrique « Tissuthèque ».
D’abord, les quinze registres de dessins de cravates pour dames et de rubans brochés entre 1848 et 1920 de la maison Troyet fondée en 1848 par Pétrus Troyet (1819-1893) et située à Saint-Étienne sont entièrement numérisées. La base se consulte registre par registre et le format choisi est celui d’un ouvrage numérisé consultable en ligne. Ensuite, la collection de soixante-huit registres de la maison Gérentet Coignet qui rassemble des dessins et des rubans de 1852 à 1876 est également accessible. Le musée conserve et met également à disposition les registres de modèles déposés au Conseil des Prud’hommes de 1812 à 1980. Certains fabricants de la région stéphanoise ont alors pu déposer des créations dont ils reconnaissaient le caractère de nouveauté. Ce registre permet évidemment d’appréhender les innovations et les recherches textiles de la région pendant un siècle et demi.
Enfin, l’accès peut également se faire par thématiques et par techniques et permet dans ce cas de consulter tous les registres sous une même entrée. Si le site ne permet pas l’enregistrement des images, la qualité de reproduction et de visionnage (zooms) ouvre sur un vaste répertoire de motifs variés.

14– Museum of Applied Arts and Sciences, Sydney
https://maas.museum/​ (anglais)
Ce musée met en ligne sa collection, soit plus de 500 000 pièces dont 116 449 pièces rassemblées depuis 1880. La base de données est générale mais la recherche reste relativement précise avec deux onglets liés au textile : un onglet « technology Textile » rassemble des centaines de techniques et d’objets liés au textile et le second onglet « Textile » ouvre sur un choix de plus de cent sous-onglets concernant les diverses catégories de costumes et d’accessoires. Chaque pièce est accompagnée d’une note extrêmement détaillée sur l’histoire de la catégorie de l’objet, sur sa (ou ses) signification(s), son utilisation et son histoire muséale.

15– Tissuthèque du musée de La Piscine – Musée d’art et d’industrie André Diligent, Roubaix
http://www.roubaix-lapiscine.com/​le-musee/​ressources/​tissutheque-en-ligne/​ (français)
La tissuthèque du musée de la piscine de Roubaix propose une base de données en ligne (payante) ou des consultations sur place sur rendez-vous. Le fonds comprend plus de 3 300 images de tissus, de livres d’échantillons, de planches à imprimer et de pochoirs japonais et couvre une large période allant de pièces du xviiie à la fin du xxe siècle. Cette collection recèle des pièces rarement consultables comme les textiles de Paule Leleu, ou encore les créations de Raoul Dufy et de Vanessa Bell.

16– Textilmuseum St. Gallen
http://www.textilmuseum.ch/​fr/​ (français/anglais/allemand)
Les collections du musée du Textile de Saint-Gall (Suisse) regroupent des pièces confectionnées depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, des textiles d’art aux pièces ethnographiques. Conçu dans une perspective internationale, le fonds est principalement constitué en fonction des différentes interactions révélées par les pièces collectionnées. La bibliothèque du musée conserve des milliers de catalogues d’échantillons provenant des maisons de textiles suisses. La broderie, l’impression sur tissu, les tissages sont largement représentés par plus de deux millions de documents. Le fonds est à consulter sur place mais le catalogue en ligne donne un aperçu des collections.

17– Quilt Museum and Gallery, York
http://www.quiltmuseum.org.uk/​ (anglais)
La base de données présente les collections du Quilt Museum de York en Angleterre, constituées à partir de 1979. Rassemblant plus de huit cents édredons et accessoires textiles de l’antiquité occidentale et orientale à nos jours, la divulgation en ligne de cette collection est d’autant plus importante que le musée a fermé ses portes en octobre 2015. Les pièces, assez peu détaillées dans les fiches descriptives, sont principalement des créations de patchworks et des broderies.

18– William Morris Gallery, Londres
http://www.wmgallery.org.uk/​collection/​browse-the-collection (anglais)
La galerie William Morris présente les collections en ligne mais également tous les aspects de la vie, privée et professionnelle, du designer textile. Des œuvres de nombreux créateurs de l’époque comme celles d’Arthur Sanderson ou de Charles Robert Ashbee enrichissent l’étude et permettent d’avoir une vision plus large du contexte artistique dans lequel W. Morris a évolué. La recherche peut s’effectuer par catégories d’objets ou par saisie libre et chaque pièce est accompagnée d’une fiche descriptive succincte.

19– Metropolitan Museum of Art, Thomas Watson Library, Costume Institute, New York
http://www.metmuseum.org/​art/​libraries-and-research-centers/​thomas-j-watson-library/​digital-collections (anglais)
Les deux bases de la Thomas Watson Library et du MET sont incontournables pour l’étude des textiles. La première, celle de la « Costume Institute Collection », rassemble les collections du Costume Institute et du Irene Lewisohn Costume Reference Library du MET et présente des costumes de théâtre anciens et contemporains, mais également des costumes de fêtes populaires, de mode pour femmes et hommes, etc. Ces archives contiennent plus précisément les croquis des tenues dessinées par Chanel, Dior, Schiaparelli, etc., et présentées dans le magasin Bergdorf Goodman à New York. D’autres entrées ouvrent sur des thèmes comme le dandysme, les dessins présentés dans telle exposition ou encore la mode française du xixe au xxe siècle.
La seconde base, plus générale, présente tous les textiles, toutes formes et toutes époques confondues, conservés dans les collections du musée.
Pour les deux bases, la quantité et la qualité des images ainsi que la précision des fiches descriptives (designer, artisan, matériaux, dimensions et liens avec d’autres créations) en font un véritable outil de travail scientifique.

20– Arizona State Museum, University of Arizona, Tucson
http://www.statemuseum.arizona.edu/​coll/​textile/​asm_southwest_textile_database/​textiles/​find (anglais)
Le musée de l’état d’Arizona propose ses collections en ligne ainsi qu’une base de données rassemblant les textiles de plusieurs musées américains (l’Arizona State Museum Southwest Textile Database et la Joe Ben Wheat Southwest Textile Database).
La première, créée par l’anthropologue américaine Ann Lane Hedlund à la fin des années 1970, est généraliste mais recense des textiles mexicains et indiens (Amérique du Nord) anciens et contemporains. Outre les 5 000 – au bas mot – textiles rassemblés, cet ensemble représente le premier essai de base de données spécialisée dans les textiles du Sud-Ouest américain et met également en lumière l’état des recherches scientifiques sur cette discipline de 1977 à nos jours. La recherche peut s’effectuer par mots-clefs, par catégories d’objets, par techniques, par auteurs, par aires culturelles ainsi que par périodes. La fiche descriptive proposée regroupe des données classiques comme la culture, les matériaux, les techniques, etc., mais propose aussi une étude précise (provenance, fibres, couleurs, types) de toutes les laines utilisées dans le textile sélectionné.
La deuxième base présente la collection exclusivement dédiée aux textiles et analysée par l’anthropologue américain Joe Ben Wheat (1916-1997). Elle rassemble ses données analytiques (données stylistiques : influences et échanges culturels, et informations chronologiques : datations) mais aussi des tissus traditionnels Pueblo, Navajo et des populations américaines du Sud-Ouest de l’Amérique du xviiie au xxe siècle provenant de cinquante musées américains et étrangers. Les fiches descriptives pour chaque pièce sont extrêmement détaillées avec, notamment l’analyse des matériaux utilisés pour chacune des créations.
La troisième base est un glossaire succinct du vocabulaire anglais propre au textile – techniques, matériaux, fabrication – de toutes aires et de toutes époques confondues.

21– Musée des Arts décoratifs et musée des Tissus de Lyon
http://www.mtmad.fr/​fr/​pages/​topnavigation/​musees_et_collections/​mt_les_collections/​rechercher_une_oeuvre/​mt-rechercher-oeuvre.aspx (français)
La base de données réunit les collections des musées des Arts décoratifs et des Tissus de Lyon. L’intégralité des fonds est versée dans la base actualisée quotidiennement. L’aspect inédit de nombreuses pièces, la visée internationale de ces musées ainsi que la quantité très importante de textiles conservés en font un outil majeur pour les recherches sur les textiles. Les fiches descriptives détaillées (notice de l’œuvre, description très complète de la pièce, bibliographie et expositions concernant l’objet) facilitent également l’utilisation scientifique de cet outil.

22– Les Arts décoratifs, Paris
http://www.lesartsdecoratifs.fr/​francais/​qui-sommes-nous/​ressources-et-recherche/​bases-de-donnees-1447/​ (français)
Les bases de données du musée des Arts décoratifs de Paris – catalogue des œuvres et fonds documentaire – rassemblent respectivement plusieurs milliers d'objets relatifs textiles et près de 300 000 références.
La première permet d’effectuer une recherche parmi la collection « mode et textile » du musée, qui peut ensuite être affinée par domaine, type, auteur, date et lieu de création. Les fiches descriptives sont laconiques (titre, création, matériaux, techniques, etc.) mais les images peuvent être téléchargées ou réunies dans un « panier », ce qui facilite les regroupements.
La deuxième permet d’accéder aux fonds documentaires à la fois de la bibliothèque et du centre de documentation du musée qui contiennent autant de croquis de mode, d’aquarelles et de motifs textiles que d’ouvrages imprimés, de périodiques et de pièces d’archives. Le système de recherche reprend celui de la précédente base à ceci près qu’elle peut renvoyer à des catalogues de bibliothèques comme le Sudoc et le catalogue en ligne de la BnF, et qu’elle classe en marge les documents par types, par thèmes, par sujets, etc.
Ces deux bases peuvent être interrogées simultanément grâce à l’onglet « le catalogue des œuvres et les fonds documentaires ».
Enfin, le site des bases de données présente aussi un lien vers des portails partenaires qui regroupe les deux bases auxquelles le musée des Arts décoratifs est associé : Europeana Fashion qui, comme l’indique son nom, présente des créations de mode de vingt-cinq institutions et fondations issues de douze pays européens et Les Collections Design dédiée aux objets et mobiliers des xxe et xxie siècles provenant des Arts décoratifs, du Centre national des arts plastiques/Fonds national d’art contemporain, du Centre Pompidou, Musée national d’Art moderne/Centre de création industrielle et du Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole.

23– Musée de l’Impression sur Étoffes, Mulhouse
http://www.imagomag.com/​ (français)
La base de données Imago Mag du musée de l’Impression sur Étoffes de Mulhouse est constituée à partir du fonds de la bibliothèque textile créée par les industriels mulhousiens en 1833. Regroupant six millions de volumes du xviiie siècle à nos jours et représentant la plus importante collection d’imprimés au monde, cette base en ligne a été composée dans le but de présenter un large répertoire de motifs utile aux designers, aux artisans, aux architectes, etc. Malheureusement l’accès payant à la base – davantage destinée à un usage professionnel qu’à la recherche scientifique – ne permet qu’une consultation partielle et une recherche thématique (par types de motifs).

24– Centre de documentation et musée textile (CDMT), Barcelone
http://imatex.cdmt.es/​_cat/​pubIndexPub.aspx?idioma=2 (espagnol, catalan, anglais)
La base de données du musée textile de Barcelone permet la consultation de 26 000 textiles de toutes les époques et de toutes les cultures. La consultation à entrées multiples et la possibilité de conserver les favoris ou de les partager avec un tiers ainsi que la précision des fiches descriptives (bibliographies, expositions, documents liés, plusieurs vues possibles, etc.) font de cette bibliothèque textile un outil pour les chercheurs et les professionnels.

25– Fine Arts Museums of San Francisco
https://art.famsf.org/​ (anglais)
Les collections du M. H. De Young Museum et du Legion of Honour Museum de San Francisco sont regroupées dans une seule et même base de données. Plus de 13 000 textiles sont consultables en ligne grâce à une recherche par auteurs, par zones géographiques et par époques. Chaque œuvre est pourvue d’une fiche détaillée (date, localisation, matériaux, dimensions, etc.) et renvoie à une sélection d’œuvres du même siècle et du même pays.

26– Indianapolis Museum of Art
http://www.imamuseum.org/​collections/​browse-collection/​textile-fashion-arts (anglais)
La base de données des collections du musée d’art d’Indianapolis comprend plus de 7 000 textiles provenant surtout d’Asie et d’Orient, mais le fonds recèle aussi des créations africaines (tapis, costumes et broderies du Maroc) ainsi que la donation, en 1996, de la collection du colonel Jeff W. Boucher rassemblant soixante-huit tapis et tentures Baluchi (Iran). Enfin, les créations textiles européennes sont représentées par des soies couvrant la période du xvie au xixe siècle et des collections vestimentaires du xviiie au xxe siècle. En dépit de l’envergure du fonds, tant d’un point de vue chronologique que géographique, les fiches analytiques sont succinctes (titre, auteur, technique) et beaucoup de textiles référencés ne sont pas visibles.

27– Rijksmuseum, Amsterdam
https://www.rijksmuseum.nl/​en/​search?v=&s=&q=textiles&ii=0&p=1 (anglais, néerlandais)
Le Rijksmuseum met en ligne sa collection dont une grande part est constituée de pièces textiles (environ 10 000 pièces). La base permet de consulter des croquis de mode, des ensembles vestimentaires, des costumes ainsi que des ouvrages et des pièces textiles du xvie au xxe siècle. Téléchargeables, tous les documents sont pourvus d’une description détaillée (identification de l’objet, contexte de création, documentation bibliographique) et les recherches peuvent être regroupées en « paniers ». Enfin, ludique mais surtout pratique, la base propose un logiciel de recadrage et d’impression des photographies sélectionnées.

28– Centre national du costume de scène, Moulins
http://cncs.skin-web.org/​?mode=list (français)
Le Centre national du costume de scène met en ligne les fonds de l’Opéra national de Paris (opéra Garnier), de la Bibliothèque nationale de France et de la Comédie-Française. Environ 20 000 costumes, accessoires et ensembles de décors sont consultables en ligne, et la documentation relative téléchargeable gratuitement. La recherche s’effectue par domaines (opéra, danse ou théâtre), par collections, par genres ou par costumiers, et est optimisée par la fonction « panier » qui facilite les regroupements. À chaque pièce textile sont associés un historique détaillé et une description qui renseigne le genre, la pièce pour laquelle elle a été créée, le costumier, etc. Les multiples vues photographiques permettent un aperçu visuel précis de chaque pièce.

29– American Textile History museum, Lowell
http://chace.athm.org/​main.php (anglais)
Le Chace catalogue provient de la réunion des collections de l’American Textile History Museum et de la bibliothèque Osborne situés à Lowell, dans le Massachusetts, et rassemble 15 000 pièces dont des textiles ainsi que 90 000 documents (manuscrits, ouvrages, périodiques). L’intérêt de ce fonds réside dans l’étendue des ponts établis avec le domaine du textile, notamment par l’intégration des différents outils liés à son processus de fabrication ainsi que sa réception en littérature et en arts décoratifs. En d’autres termes, il intègre tout ce qui concerne, de près ou de loin, la création textile telle que la représentation de l’industrie (une estampe d’une usine chinoise de textile, par exemple), les affiches évoquant le développement des compagnies de coton au xixe siècle, les débuts de l’ethnographie (des articles du xviiie siècle sur les tenues vestimentaires indiennes), la création de tissus (gravures et peintures de motifs textiles…), etc.

30– Museum of Fashion Institute of Technology, New York
http://fashionmuseum.fitnyc.edu/​search/​quick/​doSearch?t:state:flow=66f7e2a1-ebbc-4960-b3a7-67e8067827d0 (anglais)
Le musée de la mode de New York propose une base de données de 50 000 vêtements et accessoires de mode du xviiie siècle à nos jours, notamment des chaussures de Perugia, des collections de Paul Poiret, de Charles James, d’Azzedine Alaïa ou de Balenciaga. La collection en ligne présente également plus de 30 000 pièces textiles du ve siècle à aujourd’hui avec, entres autres, des pièces de William Morris, Salvador Dalí ou Raoul Dufy. Enfin, le musée possède une petite collection de photographies de mode de Louise Dahl-Wolfe et de John Rawlings. Si la recherche peut s’effectuer par plusieurs entrées (collections, types d’objets, dates) et qu’une biographie est disponible pour chaque artiste, les fiches descriptives des pièces (téléchargeables) sont très succinctes.

Universités, centres de recherche, réseaux et groupes d’étude/de recherche

31– TEXTILE (An Iconology of the Textile in Art and Architecture), Zurich
http://www.khist.uzh.ch/​de/​chairs/​neuzeit/​res/​textile.html (anglais)
Ce groupe de recherche de l’université de Zurich, créé en 2008 et dirigé par Tristan Weddigen, étudie le textile particulièrement dans le cadre de l’histoire de l’art et de l’architecture en ouvrant aux études sociales et littéraires. Dans une chronologie qui s’étend du Moyen Âge à nos jours, les études mettent en lien les recherches universitaires et muséales et analysent la réception des textiles dans les médias, dans les performances artistiques ainsi que leurs liens avec la peinture et sculpture. Cette approche transdisciplinaire questionne également la narrativité, le pouvoir discursif du matériau.

32– Goldsmiths Textile Collection & Constance Howard Gallery, Londres
http://www.calmview.eu/​Goldsmiths/​CalmView/​Record.aspx?src=CalmView.Catalog&id=TC%2fM (anglais)
La collection de Constance Howard et Audry Walker, créée dans les années 1980, constitue la base matérielle du centre de recherche consacré au textile du Goldsmiths College, University of London. Le fonds concerne surtout le design textile, la broderie et les vêtements de divers continents. En plus du centre de recherche et de la collection, l’espace abrite une bibliothèque spécialisée dans les textiles. La base de données recèle plus de 3 000 pièces textiles et est intégrée au catalogue Goldsmiths Special Collections & Archives de Londres, par conséquent la recherche ne concerne pas exclusivement les textiles. En revanche, elle lie des fonds d’archives susceptibles de concerner la requête.

33– ULITA: an Archive of International Textiles, Leeds
http://ulita.leeds.ac.uk/​ (anglais)
ULITA est un centre d’archives sur les textiles internationaux intégré à l’université de Leeds dont le dessein est de rassembler tous les documents concernant l’industrie textile du monde entier. Le centre de recherche lié aux archives propose chaque année des publications et expositions sur le thème, ainsi que des bourses de recherche sur les textiles. La base de données permet d’effectuer une recherche libre ou multicritères, par zones géographiques ou par types de collection ; chaque objet est accompagné d’une fiche descriptive complète.

34– Université du Nebraska, Lincoln
http://www.quiltstudy.org/​collections/​search.html (anglais)
Le centre de recherche et le musée de l’université du Nebraska, Lincoln, mettent en ligne leur collection de plus de 4 500 édredons et objets liés provenant de plus de cinquante pays. Le fonds, dont certaines pièces datent de plus de quatre siècles, peut se consulter par différents biais : par mots-clefs, par types de motifs, par dates, par origines, par techniques, par expositions, etc. Si les images peuvent être téléchargées, les fiches descriptives restent succinctes (titre, technique, dimensions, matériau et dans certains cas expositions).

35– CAUB, université de Bonn
http://www.textile-dates.info/​ (anglais)
Ce centre de recherche de l’université de Bonn, qui développe avant tout un projet sur les méthodes de datation du textile, a créé une base de données qui répertorie les textiles datés au carbone 14 du monde entier, des premiers millénaires avant Jésus-Christ jusqu’à des périodes plus récentes. Encore en cours d’élaboration, la base propose malgré tout des données précises, notamment des parallèles entre des anciennes et des nouvelles datations de tissus. La recherche s’effectue par deux entrées principales – Textile List et Textiles Gallery – avec pour chaque sélection des accès plus précis (dates, origine, matériaux). La première entrée renvoie à une fiche technique de la pièce (technique, culture, références, datation, bibliographie) et la seconde présente une série d’images de textiles avec seulement trois indications (titre, date, lieu). Enfin, le site propose une bibliographie regroupant tous les ouvrages cités dans la base de données.

36– European Textile Network
http://etn-net.org/​database/​address.html (anglais, français, allemand)
Cette association européenne à but non lucratif créée en 1993 sous les auspices du Conseil Européen a pour dessein de constituer un réseau d’artistes, de chercheurs ou autres intervenants sur la création textile en Europe. Ce projet s’intègre dans le programme « Carrier Network for the European Textile Routes » et propose des conférences, des publications et des événements autour des recherches sur le textile. Cette association de coordination et de promotion du textile met à disposition une base de données qui répertorie toutes les organisations (d’enseignement, et autres) et événements en lien avec les textiles du monde entier. Si l’inscription est nécessaire, l’utilisation libre donne malgré tout accès aux noms et aux adresses d’entreprises textiles, d’établissement d’enseignement, de musées et d’institution de recherche comme l’Institute of Africultural and Environmental Engineering de Wageningen, ou encore d’entreprises privées comme la Bulgarian Association for Tourism de Sofia.

37– The Danish National Research Foundation’s Centre for Textile Research, Copenhague
http://ctr.hum.ku.dk/​conferences/​tools_workshop/​ (anglais)
Le CTR ne possède pas de base de données mais ce centre d’étude spécialisé dans les textiles préhistoriques scandinaves, méditerranéens, asiatiques, etc., permet la mise en réseau de chercheurs confirmés. Fruit de la coopération de l’université de Copenhague et au Musée national du Danemark, le projet est dirigé par la professeure Marie-Louise Nosch et co-dirigé par les archéologues Ulla Mannering, Eva Andersson-Strand et Karin Margarita Frei. Ses recherches académiques portent avant tout sur les outils propres à la confection de tissus et leur impact sur la production textile et se concentrent plus généralement sur l’élaboration d’analyses précises et adaptées à l’archéologie du textile.

38– CIETA, Centre International d’Étude des Textiles Anciens
http://www.cieta.fr/​ (français, anglais)
Le CIETA ne propose pas de base de données mais se présente comme une association internationale fondée en 1954 et dont le dessein est de rassembler (par des adhésions) et de coordonner les recherches des historiens et des spécialistes du Textile. Dans une perspective internationale, le centre a également pour but d’homogénéiser les travaux des chercheurs liés à ce domaine d’étude grâce à la création d’une méthode descriptive et normalisée propre au textile et par la formation de spécialistes à ces pratiques spécifiques. Composée de plus de 500 membres provenant de plusieurs pays (France, États-Unis, Grande-Bretagne, Italie, Allemagne, etc.), l’association rassemble les chercheurs autour de groupes spécialisés (broderie, dentelle, tapisserie, teintures, etc.). Cette association met également en réseau une trentaine de musées puisque la présidente du CIETA, Birgitt Borkopp-Restle de l’Institut Für Kunstgeschichte de Bern est entourée d’un conseil de direction composé de conservateurs issus des plus prestigieux musées, tels le Victoria & Albert Museum, le Kunsthistorisches Museum de Vienne ou encore le Metropolitan Museum of Art de New York. L’inventaire et les analyses de textiles anciens de plusieurs pays coordonnés par le centre sont consultables au musée des Tissus de Lyon.

Revues, publications et périodiques

39– Bibliothèque et publications de l’Institut Français de la mode
http://www.ifm-paris.com/​fr/​observatoire-etudes-mode/​ifm/​presentation.html (français)
L’Institut Français de la mode propose sur son site un « observatoire économique » qui regroupe des articles mensuels traitant de l’économie textile, de la consommation relative à l’habillement, du commerce national et international, etc. Les liaisons permanentes et privilégiées entre l’Institut et les industries textiles permet une visibilité ad hoc et un suivi précis de l’évolution des marchés liés au textile en France et à l’étranger. La recherche peut se faire exclusivement par catégories (industrie, veille internationale, distribilan) et chaque article est téléchargeable gratuitement.

40– Les Éditions Jalou
http://patrimoine.editionsjalou.com/​ (français)
Les éditions Jalou proposent une base de données des périodiques de mode de 1921 à 2007 donnant accès notamment aux archives de l’Officiel de la mode, L’art et la mode, Officiel homme, etc. Entièrement gratuite, cette base permet d’effectuer des recherches générales par mots-clefs, des recherches plus ciblées, ainsi que d’enregistrer des données consultées.

Banques et bases de données

41– Europeana Fashion International Association
http://www.europeanafashion.eu/​portal/​home.html (anglais)
Cette association européenne propose une base de données de 700 000 objets de modes européens provenant de plus de trente institutions publiques et privées localisées dans treize pays d’Europe. La recherche peut s’effectuer par champ libre, par entrées thématiques, par designers, par types d’objets, par techniques, par couleurs ou encore par provenances. Dans cette base intuitive aux ressources considérables, chaque pièce est accompagnée d’une fiche descriptive détaillée.

42– Europeana collections
http://www.europeana.eu/​portal/​ (multilingue)
Base de données regroupant les collections de vingt-cinq musées et institutions de douze pays européens, Europeana permet aussi d’accéder aux sites des musées partenaires. Elle contient plus de 2 000 tissus, esquisses pour créations textiles, vêtements, etc., et se présente comme un outil de recherche qui permet un accès thématique, par pays, par époques, etc. La base permet également d’accéder aux fiches techniques des œuvres (classifications, date, provenance, etc.) qui peuvent être consultées via ce site ou directement sur celui du musée dans lequel est conservée l’œuvre étudiée. Tous les documents – fiche détaillée et images – sont téléchargeables gratuitement.

43– Bridgeman Education
https://www.bridgemaneducation.com/​en/​ (anglais)
Le site Bridgeman Education met en ligne les collections des principaux musées, collections d’art et sites historiques du monde. Bien que cette base ne soit pas entièrement dédiée au textile, une grande part des collections numérisées, soit 800 000 pièces, concerne ce domaine. De plus, chaque pièce est accompagnée d’une fiche descriptive que l’on peut adjoindre à une sélection personnelle. Des outils sont également mis à disposition pour créer des présentations Powerpoint et autres. Cette base est certainement un outil destiné aux écoles comme aux universités, à l’usage des étudiants, enseignants et chercheurs.

44– Visual Arts Data Service (VADS), University for the Creative Arts (UCA)
http://www.vads.ac.uk/​collections/​ (anglais)
Constituée par Ella McLeod, la collection textile de la University for the Creative Arts contient plus de 3 000 artefacts. Des tissus coptes du premier millénaire de notre ère aux textiles africains, en passant par les créations scandinaves. Cet ensemble regroupe également les créations, croquis et outils de créateurs anglais et français du xixe siècle à nos jours. La VADS possède un onglet « textile » spécifique. La recherche peut s’effectuer par de multiples entrées (fonctions, origines, artistes, matériaux…) et une fiche descriptive détaillée est adjointe à l’objet.

45– EBSCO: World Textiles
https://www.ebscohost.com/​academic/​world-textiles (anglais)
Cette base de données, bien que privée et donc consultable uniquement dans les universités et institutions académiques abonnées, constitue une référence de premier ordre dans la recherche sur le textile puisqu’elle recense quarante ans de documentation liée au développement et à l’innovation de l’industrie textile, principalement en Occident. Elle renvoie également à un répertoire de brevets américains, anglais et européens déposés dans cette discipline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Vaudry, « Une cartographie en ligne des centres de recherche, institutions et groupes de travail sur le textile », Perspective [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://perspective.revues.org/6615 ; DOI : 10.4000/perspective.6615

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org