Navigation – Plan du site
2016

Les tentures du Parlement de Bretagne, un décor oublié du Palais de Justice de Rennes (1887-1924), Guillaume Kazerouni (dir.), Anne-Henriette Auffret, Thomas Bohl, Laure Delaveau, Bruno Isbled, Pascale Morne, Laurianne Obry, Pierre Sérié et Marion Thomas, catalogue d’exposition (Rennes, musée des Beaux-Arts, 27 février – 7 mai 2016), Rennes, musée des Beaux-Arts/Gand, Éditions Snoeck, 2016.

Rossella Froissart
Références :

Les tentures du Parlement de Bretagne, un décor oublié du Palais de Justice de Rennes (1887-1924), Guillaume Kazerouni (dir.), Anne-Henriette Auffret, Thomas Bohl, Laure Delaveau, Bruno Isbled, Pascale Morne, Laurianne Obry, Pierre Sérié et Marion Thomas, catalogue d’exposition (Rennes, musée des Beaux-Arts, 27 février – 7 mai 2016), Rennes, musée des Beaux-Arts/Gand, Éditions Snoeck, 2016.

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Éditions Snoeck, 2016

1C’est une suite de découvertes et un travail passionnant de recherche qui ont motivé l’organisation de l’exposition du printemps 2016 et la publication de cet ouvrage, dont l’intérêt et la haute tenue scientifique en font un jalon essentiel dans l’étude de la tapisserie et du grand décor au tournant du xixe siècle. Les raisons de l’équipe réunie autour du responsable des collections anciennes (peintures et dessins) du musée des Beaux-Arts de Rennes, Guillaume Kazerouni, ont été tout d’abord patrimoniales : documenter et mettre en valeur ce qui reste du décor tissé pour le Parlement de Bretagne après les deux incendies qui ont en partie ravagé, en 1994, l’édifice puis, en 1997, les ateliers Bobin où les tapisseries attendaient d’être restaurées. Des vingt tapisseries composant les deux tentures qui ornaient la première chambre civile et la Grand’Chambre seules dix ont pu être récupérées et, à l’exception d’une, présentées au public, accompagnées des cartons (jusque-là dispersés et presque oubliés), des maquettes et d’un ensemble exceptionnel de dessins et de calques permettant de reconstituer le processus complexe de création et de transposition, de la peinture au tissage. L’entrée en 2000 aux Archives départementales du très riche fonds Laloy, témoignant, entre autres, de la restauration du Palais de Justice opérée par Jean-Marie Laloy (1883-1894), s’est révélée essentielle pour établir plus précisément la part prise par l’architecte et par le peintre Joseph Blanc dans la conception de la première série de tapisseries allégoriques et de leurs alentours. Quant à la tenture de la Grand’Chambre – la plus imposante des réalisations entreprise par les Gobelins pendant la Troisième République – son iconographie, les détails de la commande aux peintres Édouard Toudouze et Auguste Gorguet, les évolutions des compositions et leur réception ont pu être élucidés grâce à la collaboration étroite établie pour l’occasion entre le musée de Rennes et le Mobilier national.
Aussi précises soient-elles sur le plan historique, les notices des œuvres exposées ne sont pas l’atout principal de cet ouvrage. Sa valeur réside plutôt dans la volonté des auteurs de saisir l’occasion offerte par la restauration de cet ensemble exceptionnel pour rouvrir le dossier fascinant de la peinture décorative dans les premières décennies de la Troisième République et de sa relation avec les techniques du décor mural – fresque, vitrail et, ici, tapisserie –, en prenant en considération les artistes auxquels le récit moderniste n’avait pas ménagé de place. Ainsi, après une première partie consacrée à l’aménagement du Parlement (M. Thomas, L. Delaveau, B. Isbled, P. Morne), les auteurs élargissent très utilement le champ de vision en vue d’une recontextualisation des plus efficaces qui permet au lecteur de comprendre les enjeux esthétiques de la tapisserie et du décor dans les années 1880-1910. Ils reviennent d’abord sur la riche production des Gobelins sous les administrateurs Alfred Darcel, Édouard Gerspach, Jules Guiffrey et Gustave Geffroy, qui tous ont œuvré en faveur de sa rénovation, soit en puisant dans des répertoires historicistes – renaissant, médiéval ou classique – soit en se rapprochant d’artistes modernes (G. Kazerouni, T. Bohl). L’examen des cycles pour la première chambre civile et pour la Grand’Chambre offre aux auteurs l’opportunité de revenir sur le parcours de Joseph Blanc (P. Sérié), Édouard Toudouze (G. Kazerouni) et Auguste Gorguet (M.-H. Auffret). Sont ainsi abordées les questions délicates du « pastiche » et de l’invention, ou celle d’une originalité qui, tout en s’inscrivant dans les strictes limites du « métier », réussit à déborder l’académisme pour se frayer un passage dans les frontières de plus en plus labiles entre peinture d’histoire, peinture de genre et peinture décorative. C’est alors tout un pan d’un « art relatif » (A. H. Auffret) que cet ouvrage laisse émerger, avec ses mobiles, ses modes de conception bien spécifiques et sa nécessaire soumission au cadre architectural. Véritable concentré des enjeux du décor monumental au moment où la jeune République tente de concilier élan national et attachement à la « petite patrie », les tentures du Parlement de Bretagne méritaient amplement ce formidable coup de projecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rossella Froissart, « Les tentures du Parlement de Bretagne, un décor oublié du Palais de Justice de Rennes (1887-1924), Guillaume Kazerouni (dir.), Anne-Henriette Auffret, Thomas Bohl, Laure Delaveau, Bruno Isbled, Pascale Morne, Laurianne Obry, Pierre Sérié et Marion Thomas, catalogue d’exposition (Rennes, musée des Beaux-Arts, 27 février – 7 mai 2016), Rennes, musée des Beaux-Arts/Gand, Éditions Snoeck, 2016. », Perspective [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 21 septembre 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://perspective.revues.org/6684

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org