Skip to navigation – Site map
Débats

La bibliothèque et ceux qui la mettent en mouvement

Libraries and Those Who Put Them in Motion
Werner Oechslin
Translated by Emmanuel Faure
p. 15-28

Abstracts

At first sight, a library appears to be for conservation and the “consolidation of knowledge”. With its gaze turned towards an elevated tradition, it is also doubtless a key institution of collective memory. Nevertheless, if a user or a reader joins the game, this situation is radically changed straight away and everything is in motion. The configuratio and the collocatio, the classification of books and their (organized) content – everything is determined from that point in the mediation with the reader and his or her apparatus of sensory perception, knowledge, memory and their forms. Libraries and users form a whole in which advantages of economy, the most effective shortcuts, and inspiration determine it as a dynamic machina or, more precisely, an “intellectual machine” by means of which we try to grasp and understand the world.

Top of page

Editor’s note

Ce texte est paru dans le volume consacré aux Bibliothèques de la revue Perspective (2016-2) dans une version abrégée.

Excerpt

Full text document will be published online on June 2017.

Outline

Histoire, changement… mouvement
La (relative) constance de la bibliothèque
Dispositions variées, figuratio in anima, configuratio, collocatio, et l’effet recherché : « d’un coup d’œil »
La bibliothèque en mouvement
L’économie comme moteur
L’ordre de la bibliothèque et les mouvements de notre âme : ex dulcedine animi delectationem
Cela brille comme l’éclair, cela pense... « Figures architecturales ramifiées » et « complexes de sensations »
Vers des « sens plus parfaits » et un « vécu ordonné à tout prix »

First lines

Theoriam motus vobiscum auditores!

Πάντα ῥεῑ, pánta rheî, tout s’écoule ! « Rien ne demeure en repos. Malgré leurs apparentes régressions, l’humanité et la science sont contraintes de toujours progresser, quand bien même devraient-elles en fin de compte revenir toutes deux en elles-mêmes », comme l’écrit Goethe dans l’introduction à la partie historique de sa théorie des couleurs. Il vient d’évoquer au premier paragraphe la « jeunesse ambitieuse », pour qui l’histoire paraît « plus importune qu’agréable », qui « préfèrerait inaugurer elle-même une nouvelle époque, peut-être même un monde primitif ». Et nous voilà donc plongés dans l’histoire, telle qu’elle a été de tous temps : pleine de mouvement. Mais pour constater ce mouvement, elle a manifestement besoin d’un point de référence, conçu à l’inverse comme « immobile » et permettant de mieux s’assurer de son propre mouvement. Il s’instaure alors un curieux mécanisme qui se retrouve bien souvent niché dans des conceptions modernes po...

Top of page

References

Bibliographical reference

Werner Oechslin, « La bibliothèque et ceux qui la mettent en mouvement », Perspective, 2 | 2016, 15-28.

Electronic reference

Werner Oechslin, « La bibliothèque et ceux qui la mettent en mouvement », Perspective [Online], 2 | 2016, Online since 30 June 2017, connection on 28 June 2017. URL : http://perspective.revues.org/6738 ; DOI : 10.4000/perspective.6738

Top of page

About the author

Werner Oechslin

Werner Oechslin a fondé la Bibliothek Werner Oechslin à Einsiedeln (Suisse, www.bibliothek-oechslin.ch). Après des études en histoire de l’art, archéologie, mathématique et philosophie, il a enseigné au MIT (Cambrige, MA), à la Freie Universität Berlin, à la Harvard University et à la Tongji University (Shanghai) ; il a été professeur ordinaire à l’Universität Bonn et à l’Eidgenössische Technische Hochschule de Zurich, où il a dirigé de 1986 à 2006 l’Insitut d’histoire et de théorie de l’architecture (gta).

Top of page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org