Navigeren – Plan van de website
Débats

La bibliothèque et ceux qui la mettent en mouvement

Libraries and Those Who Put Them in Motion
Werner Oechslin
Vertaling van Emmanuel Faure
p. 15-28

Samenvattingen

À première vue, une bibliothèque semble d’abord servir la conservation et la « consolidation du savoir ». Par son regard tourné vers une tradition grandiose, elle est sans nul doute aussi une institution cruciale de la mémoire collective. Et cependant il suffit qu’un usager, ou encore qu’un lecteur entre en jeu, pour que cette situation se voie aussitôt radicalement changée et que tout soit en mouvement ! La configuratio et la collocatio, le classement des livres et leur contenu (ordonné), tout se trouve déterminé à partir de là dans la médiation au lecteur et à son appareil de perception sensible, son savoir, sa mémoire et les formes de ceux-ci. Bibliothèque et usagers constituent un tout dans lequel les avantages de l’économie, les raccourcis les plus efficaces et les fulgurances contribuent de manière déterminante à en faire une machina dynamique, ou plus exactement une « machine intellectuelle » avec laquelle nous cherchons à saisir et à comprendre le monde.

Hoofding

Noten van de redactie

Ce texte est paru dans le volume consacré aux Bibliothèques de la revue Perspective (2016-2) dans une version abrégée.

Tekstfragment

Dit document zal online worden gepubliceerd met de integrale tekst in juni 2017.

Plan

Histoire, changement… mouvement
La (relative) constance de la bibliothèque
Dispositions variées, figuratio in anima, configuratio, collocatio, et l’effet recherché : « d’un coup d’œil »
La bibliothèque en mouvement
L’économie comme moteur
L’ordre de la bibliothèque et les mouvements de notre âme : ex dulcedine animi delectationem
Cela brille comme l’éclair, cela pense... « Figures architecturales ramifiées » et « complexes de sensations »
Vers des « sens plus parfaits » et un « vécu ordonné à tout prix »

Overzicht

Theoriam motus vobiscum auditores!

Πάντα ῥεῑ, pánta rheî, tout s’écoule ! « Rien ne demeure en repos. Malgré leurs apparentes régressions, l’humanité et la science sont contraintes de toujours progresser, quand bien même devraient-elles en fin de compte revenir toutes deux en elles-mêmes », comme l’écrit Goethe dans l’introduction à la partie historique de sa théorie des couleurs. Il vient d’évoquer au premier paragraphe la « jeunesse ambitieuse », pour qui l’histoire paraît « plus importune qu’agréable », qui « préfèrerait inaugurer elle-même une nouvelle époque, peut-être même un monde primitif ». Et nous voilà donc plongés dans l’histoire, telle qu’elle a été de tous temps : pleine de mouvement. Mais pour constater ce mouvement, elle a manifestement besoin d’un point de référence, conçu à l’inverse comme « immobile » et permettant de mieux s’assurer de son propre mouvement. Il s’instaure alors un curieux mécanisme qui se retrouve bien souvent niché dans des conceptions modernes po...

Hoofding

Om dit artikel te citeren

Referentie papier

Werner Oechslin, « La bibliothèque et ceux qui la mettent en mouvement », Perspective, 2 | 2016, 15-28.

Elektronische referentie

Werner Oechslin, « La bibliothèque et ceux qui la mettent en mouvement », Perspective [Online], 2 | 2016, Online op 30 juni 2017, geraadpleegd op 28 juni 2017. URL : http://perspective.revues.org/6738 ; DOI : 10.4000/perspective.6738

Hoofding

Werner Oechslin

Werner Oechslin a fondé la Bibliothek Werner Oechslin à Einsiedeln (Suisse, www.bibliothek-oechslin.ch). Après des études en histoire de l’art, archéologie, mathématique et philosophie, il a enseigné au MIT (Cambrige, MA), à la Freie Universität Berlin, à la Harvard University et à la Tongji University (Shanghai) ; il a été professeur ordinaire à l’Universität Bonn et à l’Eidgenössische Technische Hochschule de Zurich, où il a dirigé de 1986 à 2006 l’Insitut d’histoire et de théorie de l’architecture (gta).

Hoofding
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org