Navigation – Plan du site
Lectures

Collections et bibliothèques d’art spoliées par les nazis, deux pertes irréparables

Art Collections and Libraries Plundered by the Nazis, Two Irreparable Losses
Martine Poulain
p. 153-160

Résumés

Les recherches des années récentes ont remis en lumière l’un des aspects durablement sous-évalué de la violence nazie : la spoliation à travers toute l’Europe, et singulièrement en France, de milliers (de millions) de biens culturels. La mémoire collective avait parfois retenu celle des œuvres d’art, et notamment des peintures, au poids symbolique toujours premier dans les imaginaires. Mais le vol (ou la destruction, c’est selon) de tableaux ne fut pas le seul signe de la volonté de puissance nazie sur les choses de l’âme et de l’esprit : sculptures, objets d’art, œuvres graphiques, mobiliers, instruments de musique, archives, livres furent pourchassés avec autant de détermination que le furent ceux qui les possédaient. Ces biens furent bien souvent saisis ensemble, prenant, après de multiples tris qui les démembraient, voire les détruisaient, le chemin de l’Allemagne, stockés ou abandonnés en France quand ils ne paraissaient pas essentiels aux occupants.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Grâce à l’expertise d’historiens de l’art, des saisies planifiées
Les œuvres d’art spoliées
Des bibliothèques indispensables
Des restitutions lentes et partielles, un deuil difficile
Pas d’œuvre d’art sans bibliothèque

Aperçu du texte

Les recherches des années récentes ont remis en lumière l’un des aspects durablement sous-évalué de la violence nazie : la spoliation à travers toute l’Europe, et singulièrement en France, de milliers (de millions) de biens culturels. La mémoire collective avait parfois retenu celle des œuvres d’art, et notamment des peintures, au poids symbolique toujours premier dans les imaginaires. Mais le vol de tableaux ne fut pas le seul signe de la volonté de puissance nazie sur les choses de l’âme et de l’esprit : sculptures, objets d’art, œuvres graphiques, mobiliers, instruments de musique, archives et livres furent pourchassés avec autant de détermination que le furent ceux qui les possédaient. Ces biens furent bien souvent saisis ensemble, prenant, après de multiples tris qui les démembraient, voire les détruisaient, le chemin de l’Allemagne, ou furent abandonnés en France lorsqu’ils ne paraissaient pas essentiels aux occupants. Délaissant dans le cadre de ce court article les plus gran...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Poulain, « Collections et bibliothèques d’art spoliées par les nazis, deux pertes irréparables », Perspective, 2 | 2016, 153-160.

Référence électronique

Martine Poulain, « Collections et bibliothèques d’art spoliées par les nazis, deux pertes irréparables », Perspective [En ligne], 2 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://perspective.revues.org/6905 ; DOI : 10.4000/perspective.6905

Haut de page

Auteur

Martine Poulain

Martine Poulain, conservatrice générale des bibliothèques, chercheuse associée à l’Institut d’histoire du temps présent et à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques ; directrice de la bibliothèque de l’INHA de 2002 à 2013.
martine2.poulain@free.fr

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org