Navigation – Plan du site
Lectures

Livres d’artistes et ephemera en bibliothèque

Artists’ Books and Ephemera in the Library
Roman Koot
Traduction de Édouard Vergnon
p. 167-174

Résumés

De très nombreuses bibliothèques partout dans le monde collectent et gèrent des livres d’artistes, et les mettent à disposition du public. Pourquoi les bibliothèques (d’art) sont-elles si aptes à remplir ce rôle ? Du fait de la spécificité des livres d’artiste, la collecte, l’inventaire et la mise à disposition pose des exigences particulières aux bibliothécaires. La bibliothèque en tant qu’institution prestataire de services offre les meilleures garanties pour des conditions de consultation optimales. Les livres d’artistes peuvent être envisagés comme des œuvres d’art à part entière, mais aussi être consultés en bibliothèque en lien avec de la littérature dite secondaire ou d’autres sources de l’histoire de l’art, comme les pièces d’archives et les imprimés éphémères. Ces derniers présentent une source inestimable d’informations pour les historiens de l’art, comme le montre la place de plus en plus importante qu’ils occupent dans les expositions. La valeur d’un livre d’artiste en tant que source historique et artistique dépend, en dernière analyse, de la nature de chaque ouvrage et de la problématique du chercheur.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Acquisition
Accessibilité, gestion et présentation
Livres d’artistes et ephemera : des sources pour l’histoire de l’art ?

Aperçu du texte

« Les librairies, les musées, les archives sont de parfaits cimetières de livres », affirmait Ulises Carrión (1941-1989). Rares sont les bibliothécaires qui partageraient aujourd’hui la vision des choses de celui qui fut pourtant l’un des plus ardents promoteurs des livres d’artistes. Dans les années 1970, Carrión s’est efforcé, autant qu’il a pu, de rapprocher l’art et la société, notamment en fabriquant, éditant, exposant, vendant et en collectionnant des livres, des revues et d’autres publications d’artistes. Il a constitué à Amsterdam un important fonds d’archives privées pour initier le plus grand nombre d’amateurs possible à l’art de son époque. Encourager la diffusion des publications d’artistes était le moteur de son action et sa principale motivation.

Qu’en est-il de la pratique actuelle ? De très nombreux musées, bibliothèques et archives de par le monde collectionnent et gèrent des livres d’artistes, mais sont-ils pour autant des « cimetières » ? Le chemin qui mène vers un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roman Koot, « Livres d’artistes et ephemera en bibliothèque », Perspective, 2 | 2016, 167-174.

Référence électronique

Roman Koot, « Livres d’artistes et ephemera en bibliothèque », Perspective [En ligne], 2 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://perspective.revues.org/6929 ; DOI : 10.4000/perspective.6929

Haut de page

Auteur

Roman Koot

Directeur du département Bibliothèque & Archives, RKD – Institut néerlandais pour l’histoire de l’art, La Haye, Pays-Bas
koot@rkd.nl

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org