Navigation – Plan du site
Tribune

Palmyre

Christiane Delplace
p. 9-12

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

La guerre en Syrie et les menaces sur le patrimoine culturel syrien ont profondément secoué la communauté internationale, pour atteindre la paranoïa lorsque Palmyre fut menacée, puis prise par Daech au printemps 2015.

Or, le patrimoine syrien était gravement atteint depuis plusieurs années, de même que le patrimoine irakien, et bien avant encore, l’Orient de l’Asie Centrale, depuis les événements d’Afghanistan, avec la destruction des Bouddhas de Bamyan.

Pour en revenir à la Syrie, dès 2013, des photographies prises par satellite avaient mis en évidence le pillage du site d’Apamée sur l’Oronte, puis de ceux situés sur l’Euphrate (Doura Europos, Mari…), la destruction d’Alep, de même que celle de Mossoul… Mais les cris d’orfraie ont atteint un tel niveau dans les médias, lors de l’arrivée de Daech à Palmyre en mai 2015, qu’ils ont conforté les terroristes dans leur volonté d’anéantissement d’un patrimoine considéré par eux comme étranger et qu’il convenait de détruire : temples de Bêl ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christiane Delplace, « Palmyre », Perspective, 1 | 2017, 9-12.

Référence électronique

Christiane Delplace, « Palmyre », Perspective [En ligne], 1 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://perspective.revues.org/7029 ; DOI : 10.4000/perspective.7029

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org