Navigation – Plan du site
Lectures

Les ivoires gothiques : foisonnement et renouveau des études

Gothic Ivories: Flowering and Renewal of Studies
Gotische Elfenbeinarbeiten: Blütezeit und Neubetrachtung der Forschung
Gli avori gotici: proliferazione e rinnovamento degli studi
Los marfiles góticos: profusión y renovación de sus estudios
Michele Tomasi
p. 153-158
Références :

 Davies, Guérin, 2014 : Glyn Davies, Sarah M. Guérin (dir.), New Work on Old Bones: Recent Studies in Gothic Ivories, numéro thématique de la revue Sculpture Journal, no 23-1, 2014, 115 p.

– Guérin, 2015 : Sarah M. Guérin (dir.), Gothic Ivories. Calouste Gulbenkian Collection, Londres, Scala, 2015, 128 p.

 Williamson, Davies, 2014 : Paul Williamson, Glyn Davies, Medieval Ivory Carvings, 1200-1550, 2 vol., Londres, V&A Publishing, 2014, 928 p.

Résumés

Les recherches sur les ivoires gothiques ont connu depuis les années 1970 un véritable renouveau qui s’est encore accentué ces dernières années, grâce notamment à la mise en place d’une base de données en ligne recensant plus de cinq mille pièces sur le site du Courtauld Institute of Art. Des publications récentes permettent d’apprécier la nouvelle perception que l’on a de la sculpture gothique en ivoire, mais aussi de mettre en exergue les problèmes qui restent ouverts, notamment à propos de la datation et de la localisation, ou certaines avancées, surtout concernant des œuvres autrefois injustement condamnées comme des faux. Plus encore, ces ouvrages mettent en œuvre des nouvelles démarches, montrant une attention accrue pour les modes de production, les choix iconographiques et les fonctions, ainsi que pour l’histoire du collectionnisme et de la recherche.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

L’importance reconnue des ivoires gothiques
L’attention au matériau
Questions d’attribution, de datation, de localisation
Des questions nouvelles

Aperçu du texte

Depuis 2015, une base de données en ligne du Courtauld Institute of Art recense plus de cinq mille objets en ivoire (ou en os) sculptés en Europe entre 1200 et 1530 environ, en incluant les imitations ou falsifications et en excluant les produits issus de l’atelier des Embriachi et ceux qui leurs sont apparentés. Lancé en 2008, le projet ayant abouti à cette base, dont John Lowden a été l’initiateur et Catherine Yvard la responsable, a encore stimulé les études sur les ivoires gothiques, qui faisaient déjà preuve d’un remarquable dynamisme depuis la fin des années 1990, sur la lancée d’un renouveau amorcé à la fin des années 1970. Deux colloques organisés en lien avec le projet ont eu lieu à Londres en 2012 et en 2014 : certaines communications du premier ont été publiées dans un numéro thématique du Sculpture Journal en 2014, alors que plusieurs interventions du second viennent de paraître dans un ouvrage en ligne.

L’importance reconnue des ivoires gothiques

L’ampleur même de la base...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michele Tomasi, « Les ivoires gothiques : foisonnement et renouveau des études », Perspective, 1 | 2017, 153-158.

Référence électronique

Michele Tomasi, « Les ivoires gothiques : foisonnement et renouveau des études », Perspective [En ligne], 1 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://perspective.revues.org/7301

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org