Navigation – Plan du site
Lectures

Les mots et les choses : nouvelles études sur les arts visuels français du xviie siècle

Words and Things: New Studies in Seventeenth-Century French Visual Culture
Die Ordnung der Dinge : Neue Studien zu den bildenden Künsten im Frankreich des 17. Jahrhunderts
Le parole e le cose: nuovi studi sulle arti visive francesi del xvii secolo
Las palabras y las cosas: nuevos estudios sobre las artes visuales francesas del siglo xvii
Todd P. Olson
Traduction de Françoise Jaouën
p. 161-167
Références :

Bonfait, 2015: Olivier Bonfait, Poussin et Louis XIV, peinture et monarchie dans la France du Grand Siècle, Paris, Éditions Hazan, 2015, 352 p., 48 ill.

Castelluccio, 2015: Stéphane Castelluccio, L’éclairage, le chauffage et l’eau aux xviie et xviiie siècles, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2015, 280 p.

– Cousinié, 2011: Frédéric Cousinié, Esthétique des fluides. Sang, sperme, merde dans la peinture française du xviie siècle, Paris, Éditions du Félin, 2011, 368 p.

Lahire, 2015: Bernard Lahire, Ceci n’est pas qu’un tableau : essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré, Paris, Éditions la découverte, 2015, 600 p.

Résumés

Quatre publications récentes abordent les tensions fécondes nées du débat entre l’étude du langage et la question de la matérialité dans les études visuelles françaises sur le xviie siècle. Olivier Bonfait et Laurent Lahire examinent la réception critique de Nicolas Poussin. Leurs livres étudient la manière dont l’évaluation artistique, politique et économique de l’art était constitué par de multiples institutions et discours : entre autres artistiques, politiques et juridiques. Stéphane Castelluccio et Frédéric Cousinié s’intéressent à la culture matérielle sous des aspects divers : le premier, à l’élaboration des besoins humains dans les arts décoratifs à Versailles, le second à la relation entre les fluides corporels et la viscosité de la peinture à l’huile chez Philippe de Champaigne, Jacques Blanchard et Claude le Lorrain. Autant d’études qui ouvrent de nouvelles perspectives sur le Grand Siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

On a exagéré l’opposition entre discours théorique et étude des objets artistiques, comme le démontrent les évolutions institutionnelles des dernières décennies. En matière d’arts visuels du xviie siècle, les expositions et leurs catalogues restent des sources d’études de qualité, qui combinent les traditions intellectuelles françaises et un intérêt soutenu pour les archives. D’autre part, les collaborations internationales entre divers partenaires brouillent les distinctions entre institutions culturelles, universités, musées et organismes de recherche. Les enseignants-chercheurs deviennent commissaires d’exposition. Les commissaires publient. Les archéologues et les conservateurs se retrouvent autour d’une table de séminaire. Outre cette porosité des formations institutionnelles, le fameux « tournant linguistique » emprunté par les humanities a été remplacé par un « tournant matériel ».

Gerhard Wolf a récemment mis en lumière un « nouvel intérêt pour les choses, la matière, la mat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Todd P. Olson, « Les mots et les choses : nouvelles études sur les arts visuels français du xviie siècle », Perspective, 1 | 2017, 161-167.

Référence électronique

Todd P. Olson, « Les mots et les choses : nouvelles études sur les arts visuels français du xviie siècle », Perspective [En ligne], 1 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://perspective.revues.org/7313

Haut de page

Auteur

Todd P. Olson

University of California, Berkeley
toddolson@berkeley.edu

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • Revues.org